Le pervers narcissique souffre-t-il ?

Souffrance et angoisse du pervers narcissique

 

La notion de souffrance du pervers narcissique est une interrogation récurrente chez ses victimes.

Le manipulateur pervers narcissique peut-il souffrir, peut-il sombrer dans la dépression, peut-il même en arriver à se suicider ?

La réponse est oui!

Oui, le pervers narcissique « souffre« , de ses manques.
Oui, le pervers narcissique « souffre », de ses manques.
Oui, le pervers narcissique pleure…, sur lui-même.
Oui, le pervers narcissique peut en arriver à se suicider pour éviter son morcèlement psychique.

Nous pouvons même affirmer que le pervers narcissique est un être de souffrance.

J’entends déjà s’élever les indignations des victimes, et je les comprends.

Pour arriver à comprendre cette réalité, comme toutes celles qui concernent le pervers narcissique, il faut accepter une fois pour toutes qu’il ne fonctionne pas de la même manière que les personnes dites « normales ». Le fonctionnement de ces personnalités perverses est différent du vôtre et il ne faut pas tenter de le décoder avec votre propre manière de penser, avec vos propres codes.

Il évolue dans un autre monde, qui percute le vôtre, qui vous souille, qui vous blesse et vous tue parfois, mais c’est un autre monde, avec son langage propre.

 

Pour parfaitement comprendre cette réalité, il faut se rappeler certaines choses:

La personnalité perverse narcissique se construit autour d’un vide sidéral, autour d’un Moi totalement immature.

Les manipulations, mensonges, comportements paranoïaques, violences psychologiques et physiques, les grandes capacités d’absorber les autres par la parole et tous les autres comportements limites ont pour seul et unique objectif de préserver son contrôle sur l’autre afin de se protéger lui-même.

Tous ces comportements-là, et bien d’autres encore, sont des adaptations et des protections qui permettent au pervers narcissique de ne pas être happé par le vide sidéral qui constitue son centre et dans lequel il se disloquerait.

Le pervers narcissique vit donc la nécessité fondamentale d’utiliser l’autre pour ne pas sombrer dans sa propre folie.
Dans son fonctionnement instinctif de protection personnelle, le pervers narcissique est constamment en alerte, toujours aux aguets. C’est un être en perpétuelle carence que rien ni personne ne pourra jamais combler.

Il est en prise directe avec son soleil noir avec son angoisse viscérale de disparaître pour toujours.

Le pervers narcissique se trouve dans un « état limite« , dans le sens psychiatrique du terme, dans lequel il court le danger de basculer dans un état de folie psychotique qui peut mener à une déstructuration, un morcèlement psychique, en bref, la folie.

Le pervers narcissique vit donc la nécessité fondamentale d’utiliser l’autre pour ne pas sombrer dans sa propre folie.

Nous pouvons comparer le pervers narcissique, toujours dans le contrôle, à celui qui a basculé dans l’état psychotique, à une boite contenant un puzzle et que l’on secouerait en gardant le couvercle pour le premier, ou sans conserver le couvercle pour le second.
Dans le premier cas, celui du pervers narcissique dans le contrôle, il garde toutes ses pièces.
Dans le second cas, celui du pervers narcissique qui a basculé dans le vide de son Moi, une partie de ses pièces s’est éjectée de la boite.

Il est plus simple maintenant de comprendre qu’il est extrêmement dangereux de pousser un pervers narcissique vers la reconnaissance de ce qu’il est, étant donné que l’on court le risque de déclencher chez lui un réflexe de survie d’une violence incontrôlable et durable.

Le pervers narcissique va en permanence tenter d’éviter les conflits, les frustrations, les confrontations qui pourraient montrer son impuissance et l’obligeraient à se confronter à sa faiblesse.
Il le fera par un contrôle absolu de son environnement.

Pour lui, entrer en conflit serait reconnaitre sa faiblesse. Cela viendrait à montrer qu’il est « castré« , qu’il n’est pas complet, qu’il s’est construit autour du vide.

Nous savons donc maintenant qu’il a une peur panique, bien qu’inconsciente, de sa propre dislocation dans ce vide autour duquel il s’est construit.

Et même si le pervers narcissique est en partie conscient de son comportement, son ego démesuré, bâti sur l’angoisse de la dislocation de son Moi, l’empêche de le reconnaitre et donc d’y faire face.

Ceci permet aussi de comprendre pourquoi le pervers narcissique ne se remettra jamais en question, et ne consultera jamais un thérapeute dans l’objectif de régler ses propres névroses.

Entrer dans le conflit, marque pour le pervers narcissique un point de non-retour, un crime de lèse-majesté, bref, une déclaration de guerre immédiate dont la seule issue sera la mise à mort de celui ou celle qui l’a mené dans ses retranchements.

 

Conclusion :

Vivant en permanence au bord de son précipice, le pervers narcissique lutte contre un puissant stress et une angoisse constante. Il est contraint à un hyper contrôle permanent des autres et de lui-même.

Au vu de tout cela, il est plus aisé de comprendre, sans pour autant chercher à l’excuser, que le pervers narcissique patauge dans la souffrance qu’il génère pour survivre à lui-même.

Le pervers narcissique est contraint de par sa nature même, de grandir, de vivre, de refouler et de composer à chaque instant avec cette peur panique de sa propre mort psychique.

Le pervers narcissique vit donc la nécessité fondamentale d’utiliser l’autre pour ne pas sombrer dans sa propre folie.

Nous pouvons donc bien parler de « souffrance », permanente, consciente et inconsciente, présentes chez le pervers narcissique.

Voir la vidéo sur le même sujet:

le pn souffre-t-il

 

 

 

 

 

Le manipulateur pervers narcissique - Comment s'en libérer - SCHMIT

Extrait du livre de Geneviève Schmit
Le manipulateur pervers narcissique – Comment s’en libérer –
Victimes, prenez le pouvoir sur votre vie !  
Editions Grancher

 

Geneviève Schmit - Coaching thérapeutique pour les victimes de manipulateurs pervers narcissiques © Geneviève Schmit, experte dans l’aide aux victimes de manipulateurs pervers narcissiques.

novembre 2015

Besoin d’aide ?

Geneviève Schmit © Toute reproduction, même partielle est interdite sans l’accord de l’auteur

J’aurais grand plaisir à lire vos interventions sur le
Facebook qui vous est dédié:
Facebook pour les victimes de violence psychologique et de manipulation perverse. https://www.facebook.com/Soutien.Psy - Geneviève Schmit Soutien.Psy

http://bit.ly/souffrance

.

.http://bit.ly/souffrance

A propos Genevieve Schmit

Thérapeute - Experte dans l'aide aux victimes de manipulateurs pervers narcissiques - Thérapie brèves - Psychologie positive

41 Commentaires

  1. Bonjour madame,
    Je vous avais contacte il y a maintenant presque un an, et puis je mettais raviser en pensant que les choses s’arrangerait.
    Voilà ma situation en 2012 j’ai rencontré un homme bien sous tous rapports, beau, élégant sportif intelligent et financières a l’abri de tout probleme.
    Je suis tombée sous le charme nous avions les mêmes points communs au niveau du sport.
    Moi je suis plutôt une battante je me suis construite seule mais je sortais de plusieurs échecs sentimentaux,
    Alors je me suis dis que je prendrais mon temps cette fois, au bout de quelques mois mes sentiments on évolues et je suis tombée amoureuse, je le voyais comme le chevalier servant sur son beau cheval et parfois déjà je me sentais moins bien que lui, pas a la hauteur ! Je me dévalorisais puis j’ai réussit à reprendre le dessus sur ces sentiments en me disant que c’était quelqu’un comme les autres et que j’étais quelqu’un de bien.
    Un soir j’ai été invité à rencontré une de ses sœurs qui habitait les us. Ce soir a été horrible, quand je suis arrivée elle faisait la tête, tout le long du repas elle ne m’as pas adresse la parole sauf quand je lui posait des questions sur elle, pas une fois elle m’a demandé d’où je venais ce que je faisais.
    A la fin du repas , son frère propose un dessert de simple mousse au chocolat je réponds que je veux bien en avoir une et la catastrophe elle fait la gueule, lui se ravise et dit qu’elle sont uniquement pour sa sœur car au état unis il y a pas bcp de chocolat !
    Je me souviens avoir une petite voix me dire fuit fuit ne reste pas ils sont timbrés !
    Ce qu’évidemment je n’ai pas fait, car je me suis dis que dans toutes les familles il y avait des personnes bizarre
    Bref la fin du repas arrive elle est parti sans me dire au revoir.
    Évidement que j’aurais dû partir mais je suis restée
    Quelques mois apres j’ai emménage chez lui tout en concernant ma colocation au cas où !
    Les choses se passaient plutôt bien.
    Puis nous avons décidé de nous maries en septembre 2013 soit un an et un mois après notre rencontre je suis incapable de vous dire comment est venue l’idée du mariage si c’est moi ou qui a lancé l’idée .
    Un mois avant le mariage je n’avais toujours pas rencontré sa mère qui habitait en belgique.
    Cela ne me posait pas trop de soucis puisque de mon côté je n’ai presque pas de famille et pas de relation avec ma mère. Mais J’ai quand meme insiste pour la rencontre ce qui a été fait 15 jours avant le jour J.
    Sa sœur je l’ai rencontré le jour même de notre mariage alors qu’elle habitait en suisse soit à 4 heures de notre domicile .
    Tout le long du mariage sa mère a pleures comme si elle enterrait son fils, moi je l’ai mis sur le coup de l’émotion , cela a choqué plusieurs personne de mon entourage mais je l’ai su qu’une fois séparée.
    J’oublie un point avant mon mariage je suis tombée enceinte mais j’ai fait une fausse couche.
    Je n’étais pas prête pour retomber enceinte mais lui insistait en disant tu trouves des excuses, malgré une contraception je suis tombée enceinte j’étais heureuse lui aussi .
    A partir de ce moment le comportement a changé , réflexion de sa famille ( exemple sa sœur me disait qu’elle ne voulait pas que la petite naisse à la même date que son anniversaire )
    Lui commençait à me rabaisser que j’étais jalouse bi polaire. J’ai donc consulte un psy, peut être que j’avais une pathologie sans m’en rendre compte . Le psy m’a demandé pourquoi je venais et quand je lui ai dit que j’étais bi polaire il m’a demandé si je savais ce qu’était la bi polarité ! J’ai répondu que oui
    Il m’a alors demandé pourquoi je pensais cela de moi ! je lui ai dit que mon mari me disait que j’étais bi polaire , a l’époque j’étais enceinte de six mois et avait une hypothiroidite.
    le psy a voulu rencontrer mon mari
    Mon ex est venu mais il ne parlait presque pas . Au bout de deux séances nous avons arrêtes le psy, je me souviens avoir dit en bas de l’immeuble à mon mari c’est chouette ça nous a aidé et lui me rétorquant il à servi à rien !!
    Et puis j’ai accouché, accouchement avec césarienne en urgence.
    La petite est née. J’ai souhaite l’allaiter et déjà il me faisait des réflexions parce que notre petite fille avait perdu du poids à l’époque je lui avait dit de plutôt m’aider au lieu de me casser.
    Une semaine après être rentré il m’a dit que j’avais été chiante pendant l accouchement je lui ai dit que cela ne se disait pas que c’était déplacé.
    Les mois ont passes plusieurs fois nous nous sommes disputes il me menaçait de divorce à chaque fois , et à chaque fois cela me mettais mal. Ascenseur émotionnel
    Je ne savais plus quoi pense je ne savais plus prendre de décision .
    En août 2015 la maman de mon mari devait garder ma fille mais elle nous a planté pour garder ses autres petits enfants car sa fille devait se faire opérer.
    En soit je pouvais comprendre mais elle m’a dit que j’avais pas donnes les bonnes date que j’étais une menteuse! Je me suis pas laisse faire j’ai montré à mon mari les SMS de sa mère mais lui a quand même dit que j’étais une menteuse. Que je devais couper le cordon avec ma fille alors qu’elle avait à peine un an
    En novembre 2015 Un fois il a jeté sa bague en me disant que j’étais qu’une amie qu’il ne m’aimait plus , cela me mettais mal j’ai eu le courage d’appeler une avocate puis me suis ravisée car je pensais à ma petite fille qui avait à peine un an .
    En avril 2016 sa mère vient à notre domicile elle commence à rentrer dans notre vie privée j’apprends que mon mari est entrain d’acheter un appartement sans me le dire , elle me dit que si je suis pas contente je n’ai qu’a divorce
    Je tiens à signaler qu’elle aussi me faisait des réflexions du genre mais quand arrêteras tu d’acheter des appartements , ou les impôts sur le revenu c’est à toi de les payer musique mon fils travail en suisse!
    En mai apres une semaine de vacances nous sommes rentrés une dispute à encore éclate
    Il m’a dit que j’étais qu’une pauvre fille a deux balle que je ne valais rien sans lui , je lui ai mis une claque, je l’ai d’ailleurs loupé .. mais lui m’a regardé et m’a dit maintenant tu vas tout perdre … j’ai compri mon erreur
    il a été immédiatement a la gendarmerie pour porter plainte.
    J’ai été convoqué à la gendarmerie , j’ai expliqué que monsieur m’insultait me rabaissait et que j’avais trouvé ce seul moyen de défense et que je m’en voulais .
    La gendarme a compris assez vite à qui elle avait à faire elle m’a dit que monsieur voulait divorcer qu’il voulait la garde de notre fille exclusive car j’étais folle .
    J’ai eu la chance d’avoir cette personne car moi de mon côté malgré sa plainte je souhaitais essayer de sauver mon couple je lui avait meme proposer de retourner voir un psy . J’avais d’ailleurs repris un rdv chez une psy de couple et trouver une solution pour faire garder ma fille sauf que j’ai su par d’autre personne qu’il montait un dossier contre moi .
    Quand j’ai su cela je lui ai dit : je pense que l’on va arrêter la et divorcer .
    J’ai appelé une avocate et pris rdv j’ai lancé la procédure de divorce en pensant que je n’aurais plus de soucis avec lui et que je n’allais plus être sous son emprise .
    Grosse erreur … je suis la femme à abattre maintenant!
    il a été essayé de porter plainte pour un carnet de santé pas donner en temps et en heure alors que j’étais hospitalisée
    Il est monté à la gendarmerie pour porter plainte pour intrusion dans la vie privé plainte qui n’a pas été prise en compte car pas de preuve
    j’ai su aussi qu’il avait mis deux mains courantes un an avant notre separation une pour violence conjugale et l’autre pour kidnapping de notre fille .
    Il m’a fait suivre et m’a suivi à plusieurs reprises
    M’a filmer sur un quasi de gare à 21h30 alors que je rentrais d’une formation professionnelle.
    il m’a jeter mon courier et n’a pas payer les impots donc j’ai pri une majoration
    J’ai eu des insultes de mauvaise mère pauvre fille que je suis rien sans lui etc
    je tiens aussi a signaler qie je suis reparti qu’avec une valise de linge lui a tout conserver et le peu que nous avions en commun il le garde et ne veut pas me le rembourser j’en ai fait d’ailleurs mon deuil .
    Avec toute ses attaques j’ai perdu 8 kilos et attrapée toutes les maladies qui traînaient : grippe, perte de cheveux, calcul neffretique, etc
    Nous sommes passe devant le JAF et j’ai eu la garde de
    notre petite fille , sa mere sa soeur de suisse et lui ont fait des attestations en disant que j’etais une mauvaise mere nomadisme au suivi medicale de ma fille que je travaillais trop donc je ne pouvais m’occuper d’elle .
    que j’etais folle et que je le battais sans preuves
    Il a été voir la Creche en disant que sa fille était fatigué depuis que j’avais la garde, comme il est tres calme maitrisant ses emotions il a reussit a ce mettre la directrice dans la poche .
    il jouait le calimero devant elle en disant qu’il ne voyait pas sa fille qu’ii etait un bon pere que c’etait injuste.
    sauf que qu’en je lui propose de la prendre il me dit que c’est pour m’arranger.
    un jour la directrice a compri car elle n’a pas ete dans son sens et il est devenu nerveux, agressif
    je ne peux pas tout vous citer cela serait trop long .

    aujourd’hui nous sommes en appel
    et l’horreur recommence je ne sais pas comment me protéger. Depuis le divorce j’ai dû avoir 50 courriers de son avocate elle écrit n’importe quoi … ne lui demande aucuns justificatif de ces dires aucunes preuves c’est marrant elle lui ressemble bcp mais bon elle fait son travail !
    J’ai rencontré quelqu’un c’est d’ailleurs depuis qu’il recommence à me persécuter .
    Nous avons eu à faire une médiation après deux rdv je n’ai pas souhaitez continuer car je sais qu’il racontait ce qu’il voulait et essayait de me pousser à bout dans mes retranchement. Ce qu’il a bien evidment réussit à faire devant la médiatrice je suis passée pour une cingle incapable de me contrôler . Cela me mettais mal et me replongait dans ce que j’avais vécu l’année dernière.
    Aujourd’hui ma question est : comment faire pour me protéger sachant que nous sommes en appel et que nous avons une petite fille ?
    Dois je répondre à ses SMS quand il me dit que je suis la personne qui le harcele qui le frappe qui le harcele ?
    Etant en appel je ne sais pas comment me comporter ?
    Comment faire pour ne pas rentrer dans son jeu ?
    Il me connais par cœur a contrario de moi car il ne sais jamais vraiment livre …

    pour vous aider c’est une personne qui vient d’une classe sociale plutôt élevé moi de famille ouvrière
    Son père était alcoolique c’est tout ce que je sais sur lui
    J’ai l’impression pas d’avoir un pervers mais deux car sa mère est très souvent chez lui !!!
    J’ai envie de fuir…
    Pouvez vous m’aider ?
    Cdt

    • Chantal Cégretin

      Bonjour,
      Vous venez de raconter ma vie, et, cela depuis ma rencontre avec mon mari. Sauf que c’est lui qui a décidé du mariage, qui a organisé du début jusqu’à la fin. J’ai subit les mêmes atrocités que vous. Sauf qu’il a mis ma fille à la rue l’année dernière. Je n’arrive plus à écrire, je souffre trop. Et pourtant je l’aimais, et je pense que je l’aime encore. De plus il me violait, en faisant passé cela pour un jeu. Je doute de moi même. J’ai besoin d’aide. Je veux savoir si je suis folle ou pas. Ses parents et lui m’avaient fait interné il y a deux ans. L’année dernière je voulais partir en vacance car j’étais fatigué, il a voulu que je parte en maison d’internement encore, je me suis opposé, en lui disant que j’étais fatigué, que j’avais tout simplement besoin de vacance. Chantal

  2. Bonjour
    Rencontré sur Meetic , j ai récemment été en contact avec un homme , chef d entreprise fortuné de 60ans bien sous tout rapport… Dès les premiers jours il m a carrément promis mons et merveilles, dit a maintes reprises qu il m aimait , qu il me soutiendrait financièrement( je suis en difficulté et mon travail me pose problème depuis quelques temps ) promis voyages et j en passe .. Il m a même donné de l argent en espèces très rapidement par a coups de 300 ou 400euros en me precisant toujours qu il ne cherchait pas a m acheter.. De plus il a une situation particulière puisque papa de 2 très jeunes enfants, dont il a la garde , la mère ayant été écartée a force de procès.. Dès le départ, il a tout mis en oeuvre pour que ces enfants s attachent a moi et reciproquement en nous faisant rencontrer très regulierement.. Elles étaient priées de me dire et répéter en ma présence tout le bien qu elles pensaient de moi .. ..j ai très vite eu l impression qu il les instrumentalisait pour créer un lien très fort et très rapide entre ses enfants et moi….Sexuellement cet homme était assez violent, brusque, comme incapable de se contrôler.. J ai remarqué aussi , qu il ne supportait pas d être contrarié,qu il insistait outrageusement lorsque je disais non.. Les conversations téléphoniques ou de visu étaient systematiquement recentrées sur lui et sa reussite sociale… J ai été très vite présentée a toute sa famille.. Lorsque j ai commencé a résister un peu et a lui tenir tête, tous les magnifiques discours d amour fou et de vie facile se sont estompés pour faire place a quelques petites piques et remarques anodines ici et là.. De plus il se connectait encore sur meetic !!! Un matin , il etait absent et j ai pris toutes mes affaires et suis partie..il n a même pas cherché d explications.. J avais un sentiment de malaise et de peur en sa presence mais pas au début , pas du tout bien au contraire.. Celà a duré 1mois et demi en tout et pour tout… Pensez vous que j ai eu affaire a un PN dont je me suis extraite avant qu il ne me détruise ??

    • Bonjour,
      Je pense effectivement que vous aviez là tous les paramètre pour avoir une vie épouvantable.
      Vous avez bien fait de plier bagages !
      SUrtout, s’il rappelle, ne répondez pas !
      Bon courage, Geneviève Schmit

  3. Une seule consigne , fuire …
    Le Pn ne change pas …il recommence inlassablement .
    Moi j ai vécu une histoire de 20ans avec un Pn De rupture de réconciliations , je croyais que je l’aimais , une passion dévorante et grâce aux conseils de mme Shmidt , je lisais , relisais les articles en boucle pour m’en imprégner.je me suis abonnée à tous les réseaux sociaux , les blog . Dans mon portable , ma tête , j’avais remplacé son nom par DIABLE et je m’en suis sortie j’ai récupére mes affaires , je suis LIBRE aujourdhui . Le PN est FOU , n’en espérer rien ! Il vous ruinera alors qu’il vous fait croire qu’il est généreux et vous en êtes convaincu .
    J ai compris que c’est par orgueil que j’étais avec lui . Fière d’être avec lui ..il me flattait ….un mensonge il me haïssait , il me mettait en avant , j’étais son faire valoir pour son ego démesuré , il était jaloux de moi : faute d’orgueil pour moi …
    j’étais le corbeau que décrit jean De La Fontaine . Un seul mot d ordre fuiez!

    Et merci à mme shmidt , voir lettre à St Jude egalement (sur le net)

  4. Bonjour,
    Je demande pardon, j’ai complétement inventé le témoignage de Maya. Je voulais témoigner par rapport à une personne que je connais et voulais me faire passer pour elle pour voir quelles conseils j’aurais eu à lui donner.
    Désolée, je me repens, car cette personne si elle avait témoigné elle-même n’aurait pas écrit les choses telles que je l’ai fait je pense.
    Voilà, merci de supprimer le message de « Maya ».
    Encore pardon.

  5. J ai vécu avec un pn durant 8 ans….destructrice expérience….désormais heureuse….Et surtout vivante…auprès d un autre homme…. Mon départ ma redonné vie…. Il s est suicidé qqls mois après notre séparation…. Mais sans mon départ c est moi qui y serait passé…. C est triste…Mais le pn n est pas soignable.

    • je crois que je suis dans le meme cas, mon ancien conjoint sest suicidé et moi qui suis toujours dans l’empathie, je m’en veux et jai zappé tout ce que jai vecu de difficile. ça parait bete mais surtout ce qui me rend triste c’est que notre fils n’a plus son papa. mais en relisant la description de pervers narcissique, je mapercois que il correspondait à l’époque ou l’on était ensemble completement à cela et des psy pensaient cela de lui des que jen parlais et des le premier rendez vous. je ne savais pas qu’un pervers narcissique pouvait se suicider,jaimerais avoir des témoignages dautres femmes dont l’ancien conjoint était pn et sest suicidé et comment elles ont vecu çela! merci davance

  6. Bonjour,
    Je voudrais savoir comment on s’en sort lorsque notre fils est pervers narcissique, qu’il nous culpabilise de tout, qu’il nous transforme en vache à lait, qu’il demande de l’argent sans en apporter ou quand il en donne il le reprend après 3 jours parce qu’il en a besoin, qu’il utilise les mots pour faire en sorte que tout cela c’est de l’amour « je t’aime comme un fou maman », « t’es ma number one » et pourtant qui explose dans une colère pas possible à la première remise en question normale : vas-tu commencer à travailler à 25 ans ? pourquoi sens-tu le cannabis ? quel projet vas-tu mettre en place pour ta vie ?
    Mes proches le trouvent puéril pour son âge, j’entends « il réagit comme un enfant » « on dirait un gamin ! », cela me vexe j’aurais aimé qu’il soit admiré.
    Au départ, je pensais qu’il souffrait juste d’orgueil mal placé « je suis trop bien pour faire ça », « attends t’as cru que moi j’allais faire ça ? » lorsque je lui parlais d’aller faire un petit boulot pour attaquer la vie professionnelle. Il me disait « non, maman, moi je vais ouvrir mon propre atelier, être mon propre patron! » => j’attends toujours !!!

    C’est très rare, exceptionnel qu’il aide à ranger la maison, il dort, il mange, il regarde la télé, joue aux vidéos, va voir ses copains, rentre à pas d’heure.
    Bobonne trop conne est à la maison et s’occupe de tout, le ménage, les courses, lui faire un câlin lorsqu’il a peur (il a des petites crises de terreur nocturne), travaille pour remplir le frigo… et lui un parasite qui taxe mais ça me fait mal d’écrire cela de lui, je suis sa mère, c’est normal que je subvienne à ses besoins mais quand même !

    Il n’est pas toujours comme ça parfois il vient plaisanter avec moi et il est tellement charmeur, il me fait craquer ! Mais ma colère contre lui reprends le dessus lorsqu’il explose parce que je lui demande de faire quelque chose ou que la conversation tourne sur quelque chose qui ne lui plait pas sur lui-même. Il a déjà cassé des objets à la maison, en me disant que c’est de ma faute que je n’aurais pas dû dire une chose aussi blessante pour lui qui a tant souffert dans son enfance à cause de moi (un divorce, je l’ai un peu délaissé apparemment, j’ai voulu lui imposer un beau-père qu’il a fait fuir mais cela était aussi de ma faute, je n’ai pas le droit de refaire ma vie, je suis SA chose, je ne dois pas le faire souffrir plus qu’il n’a déjà souffert). JE N’OSE PLUS PARLER. JE N’OSE PLUS RIEN LUI DEMANDER. J’AI PEUR. Je me demande parfois si je l’aime ou si j’ai peur de lui ou les deux. Si je vais rendre visite à une amie il m’appelle sur mon portable sans arrêt jusqu’à ce que je rentre, je me sens sous son contrôle, il me dit qu’il s’inquiète pour moi, qu’il m’aime.

    Que puis-je faire ? Je lis partout qu’on doit s’éloigner, se mettre à l’abri des pervers narcissiques, mais lorsqu’il s’agit de l’enfant qu’on a mis au monde, qu’on aime, qu’on voudrait sauver, qu’on voudrait voir réussir ?
    Que puis-je faire ? Je passe des nuits à pleurer, j’ai maigri, je dépéri et personne ne voit rien ! Je dois être là pour lui, pour SA souffrance.
    SVP quel est le mode d’emploi pour la mère que je suis qui aime son enfant qui souffre mais qui la fait aussi beaucoup souffrir ?

  7. Le long commentaire ET le rectificatif…

  8. Bonjour, j’ai 39 ans, je suis maman de 3 garçons et belle-maman d’une fille (12 ans) que je n’arrive plus à supporter.
    Plus je lis de choses sur les PN, plus je me dis que c’est ce dont elle souffre.
    Depuis peu, et suite à un ultimatum de ma part, son père a repris contact (coupé depuis 3 ans) avec la mère de la petite.
    Ce qui en ressort est hallucinant. Cette petite a profité de cette absence de contact entre ses parents pour manipuler les deux côtés allègrement.
    A la maison, elle est invivable, menteuse, occasionne sans cesse les conflits (entre le couple, les frères et soeurs, mais aussi les personnes extérieures, de son âge ou non), n’obéit absolument à aucune demande (répétée de nombreuses fois, gentiment ou non, comme si ca rentrait par une oreille et ressortait par l’autre à la même seconde), invente des scénarios pour faire punir les autres enfants.
    Elle en est même arrivée à accuser sa maman de maltraitance (nous en avons la garde principale, elle y va 2 fois par mois) pour ne plus y aller.
    Elle raconte que sa maman dit des choses horribles sur nous, sur moi, et qu’elle ne doit surtout pas m’écouter. Mais elle fait la même chose dans l’autre sens, càd qu’elle raconte n’importe quoi sur ce qu’il se passe à la maison quand elle voit sa maman.
    J’ai toujours su que cette petite était en souffrance, elle a vécu des moments très durs entre ses parents qui étaient constamment en conflit, ou qui vivaient chacun des difficultés de leur propre côté.
    Cela fait 4 ans que je demande à son père de la faire suivre, mais il n’y a jamais eu aucune réaction, jusqu’à ces dernières révélations qui je pense vont maintenant le faire réagir.
    Mais en attendant, je suis dans une situation où je ne parviens même plus à supporter la présence de cette petite dans la même pièce que moi, tellement elle m’en a fait voir de toutes les couleurs.
    Bref, sont-ce des signes de PN ?
    On parle toujours des adultes, ou des enfants de PN, mais ici est-ce possible que nous soyons face à ce genre de problématique ?
    Une thérapie va être entamée, mais cela suffit-il à changer la donne ?
    Je pense régulièrement à la séparation, pour me protéger et protéger mes enfants, mais j’aime mon compagnon.
    Nous avons construit de jolies choses ensemble et je n’ai pas envie de tout « foutre par terre » pour une gamine qui ne respecte rien ni personne !
    Que me conseillez-vous ? Merci d’avance pour vos avis.

    • Bonjour,

      C’est une situation effroyable effectivement !

      Il ne faut surtout pas mettre en l’air votre vie et ce que vous avez construit ! Cela n’apporterait rien de positif, même pas à elle.
      Il semble indispensable que la petite soit suivie, et ses 2 parents aidés … mais là … j’imagine que c’est impossible.
      Parfois, un placement est nécessaire … pour sauver ce qui peut l’être …
      Cette petite a trouvé sa place en usant des codes appris par son environnement, et cela se rajoute à son adolescence …
      Cela ne veut pas dire qu’elle soit PN, mais ne l’infirme pas non plus.
      Faites vous aider, et vite !!

      Si vous le souhaitez nous pouvons en parler lors d’une consultation à distance.

      Bon courage, Geneviève Schmit

  9. Je viens de quitter mon mari pn apres 18 annees de vie commune.
    Je suis revenue vivre dans mon pays avec mon fils de 13 ans.
    Mes questions actuellement concernent mon fils:bien qu’il soit tellement heureux d’etre revenu(jusqu’a notre départ,j’avais pris soin de lui demander régulièrement s’il etait toujours ok de partir,parce que le cas contraire,mon fils et moi serions aller vivre dans une autre maison)je le vois affecte par son père qui ne lui ecrit presque pas,ni ne l’appelle(vous avez peut être remarqué comme les pn rejettent la responsabilité sur les autres,mais aussi SUR LEURS ENFANTS: »oui dit il,son fils ne lui écrit même pas ».
    Je ne sais que lui dire sur son père,mais je voudrais l’aider à ne surtout pas culpabiliser.Merci.

    • Bonjour,
      Vous avez bien de la chance qu’il préfère fuir ses responsabilités plutôt qu’utiliser l’enfant pour vous détruire ..
      Je ne peux vous répondre directement par manque d’informations sur votre situation: age de l’enfant, comportement du père avant, après, votre situation, etc…
      Je vous invite donc à fixer avec moi un rendez-vous pour une consultation à distance dans laquelle je pourrais alors, en toute connaissance de cause, vous donner les bons conseils.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  10. Pour moi c est net, un pervers reporte son immense souffrance sur sa victime. C’est un être intelligent qui possède un ego +++ et qui se posihionne en victime dès que le/la partenaire tente de lui faire prendre conscience de ses agissements. Je suis tombée sur l’un d’eux. Il m’a fallu consulter trois médiums différents pour être convaincue de fuir à nouveau. Mediums pourquoi ? Parce qu ils ne connaissent pas la personne, ne s’appuient sur rien d’ autre qu’un ressenti. Je me gardais de donner aucun détail. Juste: pouvez vous me donner un ressenti sur cette personne?
    La premiere me dit de fuir :personne méchante toxique. La 2nde me dit ego surdimmensionné il ne le sait pas il n y a rien a faire avec. La 3eme me dit :brillante carriere…. pervers narcissique? Mauvaises vibrations… rien de bon.
    Par ailleurs Je connaissais bien le tableau clinique car je sortais d’une relation de plus de 2 ans avec un pervers. Et oui! Mais je ne pouvais imaginer que ça allait recommencer. Le pire c’est que j’ai vécu cette relation à distance. Mais même sans contact physique pour ainsi dire je me suis laissée happer à nouveau.
    Cet homme est une personnalité publique. Un artiste très apprécié. Je suis certaine que face à son public il se montre fantastique et même doit vraiment l’être. Il m a dit avoir été marié de nombreuses années et que je suis la première à le traiter ainsi. Ce n’est pas « traiter » que de dire ce que l’on ressent. Je suis restée tellement zen… persuadee encore une fois qu il allait se reveiller et que mon calme et ma perseverance allaient le calmer. Je n ai jamais baissé les bras. Envoi de photos poèmes petits mots pour le rassurer. Soit il gardait le silence soit il trouvait à redire. Vous demandez.vous pourquoi j’ai poursuivi? Je n’osais pas partir. J’avais besoin qu’il parte, lui. Au terme de discussions ou après ses tirades a mon sujet ,( j’aurais pu me suicider en entendant ses propos). Il disait quand il terminait de parler (si j’intervenais c’était de suite « laisse.moi une chance de parler!) » : « et maintenant qu’est.ce qu’on fait? » Et je lui disais qu’il voulait sans doute arreter. A quoi il repondait: « t’ai.je dit que c’est fini?  » Alors je continuais d’espérer qu’il redevienne celui du début. Mais j ai souffert en attendant qu ‘il se réveille. Il était incohérent injuste même moqueur mesquin, toujours sur la défensive tout en reconnaissant disait.il tous ces traits en moi. Je suis allée à sa rencontre ces jours.ci dans sa ville si eloignee de la mienne. Il avait repondu a mon message qu il serait ravi que lon se retrouve…mais tous les prétextes étaient bons pour lui quand je suis arrivee dans sa ville, pour me reprocher des choses et me dire que ne pas nous voir n’était pas grave. 2 jours après j’ai fait l’effort de mettre un terme et la il m’écrit qu’il s’apprêtait à faire la paix. Et a me voir car il doit sz deplacer pres de chez moi. … Je n’ai jamais été en guerre!!!
    ! Dans un ultime message je lui ai cette fois révélé toutes ses failles ses manipulations etc avant je parlais de moi et mes difficultés la je l accusais clairement de ses agissements…. c est donc bien fini maintenant.
    Je garde tous nos multiples échanges écrits où son attitude incohérente est claire. J en ai des centaines. C est la reconnaissance de ce que j’ ai supporté. Ça m appartient.
    Aujourd’hui je sais qu il clame partout  » je remercie ceux qui sont gentils avec moi ». Et comme aux yeux de tous il est adorable, des centaines de gens lui disent « je t aime etc.
    . Et il répond aussi je t aime. Lui qui me disait « je ne réponds jamais aux personnes »₩….

    J ai de la peine du fait qu il ne sache pas de quoi il est capable en négatif à cause de cette pathologie tellement sournoise et dévastatrice. ..

  11. J’ai vécu pendant 4 ans avec un PN à l’heure de maintenant le passage de l’amour pour cet homme est passée à la haine et je dirais même à essayer de le détruire comment il m’a détruit mais je n’ai aucune idée de comment faire puisque rien ne le touche je me suis confiée à cet homme dévoilé mes peines qui tout compte fait finissaient par lui servir contre moi comment faire pour être comme lui être insensible violante et lui rendre un minimum je suis peut-être devenue comme lui et cela me fait peur de penser à ça puisqu’il me disait tous les deux on se ressemble je voulais savoir si j’étais là seule à penser comme ça et comment les autres ont fait pour pardonner parce que moi je n’y arrive pas

  12. Bonjour.

    Tout d’abord, je tiens à vous remercier. Vos articles m’ont permis il y a quelques semaines d’obtenir (enfin !) les réponses à la situation invraisemblable à laquelle j’ai été confronté fin décembre avec d’importantes conséquences.

    Je suis un homme de 42 ans, pourtant relativement solide. Mais j’avoue avoir été particulièrement déstabilisé par l’expérience.

    Je vivais avec ma compagne depuis deux ans. Lorsque nous nous sommes rencontrés, elle était au plus bas, ceci dû à une séparation d’avec le père de ses enfants qui, selon elle, était violent.
    D’apparence, une femme forte et fragile à la fois, très charismatique, touchante, très drôle lorsqu’elle se sentait bien. Puis parfois, des crises de pleurs qu’elle avait tendance à dissimuler.
    Durant ces presque deux années, j’ai été à son écoute. Je leur ai donné, à elle et ses enfants, tout l’amour et l’attention possible. Elle voulait que je sois comme un père pour eux et j’avais fini par les considérer comme tel. C’était ma petite famille…
    Je l’ai soutenu dans le jugement pour la garde des enfants ; jugement durant lequel son ex affirmait qu’elle avait des problèmes psychologiques, qu’elle tenait des propos déments… L’enquêtrice sociale avait elle-même soupçonné la chose. Elle avait noté dans son rapport que ma compagne semblait avoir retrouvé un équilibre auprès de moi mais avait également noté que cela restait à confirmer sur la durée…
    Pour ma part, je ne voyais rien d’autre en elle qu’une « victime » et je mettais ses moments de faiblesse sur son douloureux passé.

    L’été dernier, elle a été remarquée sur le plan artistique par des personnalités. A partir de là, elle a commencé à manifester une personnalité hautaine, orgueilleuse, méprisante à mon égard. Cela s’est accentué au fil des mois. Ses phrases devenaient de plus en plus écrasantes, castratrices. En parallèle, durant ses moments d’apaisement, elle continuait de nourrir des projets communs, de me dire qu’elle m’aimait. Bref, tout semblait normal.

    Et puis, le 23 décembre, j’ai brutalement été confronté à une étrangère. Ce qu’elle a manifesté à ce moment-là est si « irrationnel » que j’ai du mal à décrire la chose. Elle a affiché une attitude particulièrement méprisante, mis entre nous une distance définitive. Certaines paroles étaient autant de lames de couteau et d’autres me laissaient dans l’incompréhension, certaines phrases semblaient être adressées à quelqu’un d’autre que moi, parce qu’elles ne correspondaient pas à notre vécu, à ce que j’étais, etc.

    Deux jours plus tard, je pris conscience qu’elle était en train de se livrer à une compagne de diffamation à mon égard auprès d’un certain nombre de personnes. La situation est devenue si invraisemblable que j’ai choisi de partir et ce en dépit du fait que le seul endroit où je pouvais me rendre se trouvait à 600 kilomètres de là, dans ma région natale (que j’avais quittée pour la rejoindre).
    Au final, elle a dressé tout le monde contre moi, me faisant passer pour un monstre, un « dément ». Autrement dit, elle était en train de me faire ce que son ex avait fait contre elle, ce face à quoi je l’avais moi-même défendu !
    Tout cela va vraiment très loin et je suis maintenant coupé de personnes pensant réellement que je suis la cause du problème quand je n’ai fait qu’aimer cette femme et la respecter.

    J’ai tenté depuis d’obtenir des réponses à travers de nombreux mails mais elle a utilisé ça contre moi, parlant de harcèlement. Les quelques rares réponses n’étaient une fois de plus que des phrases visant à m’abaisser. En revanche, elle ne répondait à aucune des questions embarrassantes la mettant face à elle-même.

    Aujourd’hui, j’ai tout à reconstruire. Je suis isolé et l’impression de vivre depuis trois mois et demi un vrai cauchemar. Je n’ai plus rien et n’ai aucun recours du fait que le logement était à son nom. Nous devions déménager mais le jugement nous contraignait à rester où nous étions pour le moment. J’avais confiance et n’ai pas demandé à ce qu’elle ajoute mon nom sur le bail.

    Avec le recul et une analyse poussée de la situation, je réalise qu’elle a projeté sur moi ses propres démons. Elle est devenue le bourreau. Elle a déclaré depuis se sentir très bien, soulagée de ne plus ressentir le « besoin de contrôler l’extérieur » (ce qui m’a interpellé). Elle m’a écrit qu’elle faisait de nouvelles rencontres merveilleuses… Elle semble n’éprouver aucun regret, aucune émotion face à la situation dans laquelle je suis. C’est assez effrayant je dois dire. Elle semble comme « déconnectée » de ce que nous avons vécu, presque comme si ce n’était plus la personne avec qui j’ai vécu cette relation qui me semble aujourd’hui n’avoir été qu’une illusion.

    C’est très violent à vivre. Et deux enfants que je ne reverrai plus…

    • Je viens de vivre exactement le même truc.
      C’est terrible.

    • .Cyrille, courage; J’ai vécu la même chose. 20 ans de mariage passés à le soutenir dans les « épreuves » dont il se disait victime. Notamment une grosse condamnation dans une affaire politico financière. A chaque fois que ces actes étaient démasqués, je réagissais, essayais de lui faire comprendre qu’il était responsable mais que je le soutiendrais jusqu’au bout. Et je l’ai fait, supportant ses propos destructeurs, sa sexualité humiliante, l’isolement dans lequel il a tenté de me plonger. Dieu merci, une part en moi me disait que ca ne pouvait continuer comme ca tout en espérant une prise de conscience de sa part, une fois ses ennuis judiciaires terminés.
      Et bien non, il est parti en douce, lachement nous laissant notre fille et moi sans scrupule ni explication. Puis pendant 6 mois, harcelement téléphonique et visistes nocturnes…Je laissais faire, incapable d’admettre qu’il pouvait être si noir.
      Sans explication, je n’arrivais pas àn me le sortir de la tête, le relançait pour qu il s occupe de notre fille; Il alternait silence radio et coups de fils sans queue ni tête;
      En septembre 2015, tous ses mensonges ont été dévoilés et là ma colère a explosé. Pendant un mois je lui ai écrit des sms où je lui disais ce que je pensais de lui, mon dégoût pour son immoralité et sa méchanceté. Il a fait une citation directe et m’a fait condamner pour harcèlement…Mon avocate n’a rien pu faire …l’audience a duré 5 minutes. Ces PN sont très forts, procéduriers et destructeurs, mais au moins je suis enfin libérée de lui psychologiquement et déterminée à ne plus me laisser faire; Le divorce va être long;

  13. Rien a redire tellement bien expliqué et souvent le miens disait  » tu me pousses dans mes retranchements  » ça vient de me frapper a l’esprit en lisant votre article.

    A chaque fois que j’essayais de le remettre en place lui faire comprendre que ce qu’il m’a dit ou fait n’était pas correcte c’était le ramener a lui a son  » moi intérieur « . Mais vous savez il y a beaucoup de gens comme ça en société. Quand on les ramène a leur propre miroir a leur propre frustration leur mal être ils nient et vont tout faire pour retourner le problème en question le reproche que vous avez fait contre vous en se servant d’une faiblesse ils appuient sur le petit point faible quelque chose qui nous a blessé dans notre vie. Et la ils vont en jouer et nous le reprocher. Et du coup on se retrouve a se dire mais finalement c’est moi la méchante j’aurai jamais du lui faire ça. Ils sont très malins.

    Pour éviter la remise en question tous nos points faibles ils s’en servent. Et forcement comme ça fait mal et bien on arrête de le faire des reproches et on se plie a eux.

    J’ai entendue de la part de mon PN  » je suis une coquille vide dépourvue d’émotion sans affect et aucun empathie envers les gens ».

    Lui meme il m’a énoncé qu’il s’est crée cette carapace parce qu’il avait subi des harcèlements scolaire pendant son enfance. Que j’ai moi meme subis primaire, collège, lycée et université. Ce n’est pas pourtant que je suis devenue une PN en me déchargeant de mon mal être sur les autres.

    Je ne comprendrai jamais leur fonctionnement. J’ai analysé je l’ai écouté tellement de fois. Mais a chaque fois c’était moi qui souffrait et c’était moi qui pleurait.

    Ils n’ont pas envie d’aller mieux c’est un faite ils souffrent on le sait. Les plus a plaindre ce sont eux on le sait, ils seront en souffrance toute leur vie, quand a la victime meme si elle est aussi en souffrance mais différente de celle du PN elle s’en sortira plus forte et grandi de ce cheminement. Grace a mon ex j’ai compris qui j’étais et les qualités dont je disposais, meme si je me suis pas totalement défaite de lui, j’ai compris beaucoup de chose sur moi grâce à lui.

    Mais je ne comprendrai jamais ce mode de fonctionnement, d’être en souffrance c’est une chose de faire souffrir quelqu’un s’en est une autre et c’est grave !

  14. Je suis sortie avec un PN pendant 3ans je crois que celui là c’était un cas sévère vu ce qu’il m’a fait en si peu de temps. Nu été ma force d’encaissement je serais morte aujourd’hui. Ça fait 4 mois qu’on est séparé et 4 mois qu’on s’est plus vu. Il y’a un moi j’ai rompu tout contact en le bloquant sur tous mes réseaux sociaux.
    Ça fait tout juste 1jr que j’ai découvert l’expression manipulateur pervers narcissique sur Google et après lecture j’ai enfin compris à qui j’avais à faire et quelle chance j’ai de plus être avec lui.
    Pourtant je l’aime toujours. il ne me manque pas mais je me demande comment pouvoir l’aider car je sais qu’il est malheureux pendant que moi je commence tout juste à sortir la tête de l’eau.
    J’ai honte ressentir ça après tout ce qu’il m’as fait et sachant à quel point il est maléfique pourtant j’aimerais l’aider.
    Est ce normal ? Comment faire pour le sortir de ma tête maintenant qu’il est sorti de ma vie? Car il occupe toujours 80% de mes pensées..

    • Bonjour ,
      Il n’y a pas de honte à ressentir cela mais vous devez résister à l’envie (le besoin) de l’aider !!!
      C’est un piège de votre addiction !
      Restez éloignée et vous pourrez reprendre votre vie en main.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  15. Mon conjoint a toutes ses caractéristiques. Je dis souvent qu’il a un caractère de dingue avec des réactions illogiques et des excuses inappropriées mais il est aussi drôle, bon vivant, sensible, aimant avec les enfants alors j’aimerai savoir comment peut-on être sur qu’il s’agisse bien d’un pervers narcissique. Merci

  16. j’ai oublié de vous précisez que mes fils sont agés de 15 et13 ans aujourd’hui et que ce pervers narcissique agit comme un fou devant mes fils et que j’ai porté plainte et prévenu plusieurs fois le commissariat

  17. bonjour Geneviève Schmit
    J’ai 46 ans depuis la naissance de mon deuxième fils ma vie à virée au cauchemar. Mon fils ainé agé environs 3 ans voulait manger avec ses couverts couteau et fourchette, comme un grand. Je l’ai encouragé. je suis retournée dans la cuisine et j’ai entendu qu’il avait fait tombé sa fourchette par terre, son père au lieu de le rassurer c’est mis dans une colère noire et l’a insulté de con, handicapé, etc…j’étais si effrayée à cet instant j’ai connu la vraie peur ! j’ai répondu calmement à son père » se n’est pas grave david il faut un tant d’apprentissage » il est venu vers moi gentillement pensant qu’il s’était calmé. Je me retourne pour prendre un saladier et la j’ai sentit une douleur à la tete, il me tirait les cheveux si fort me donnait des coups de poing sur le crane et des coups de pied au ventre il m’obligeait à me mettre à genoux ensuite il m’a trainé jusque devant mon fils ainé « mon cadet était sur la chaise haute » il a continué à me battre, il a balançé ma tete vers le sol et a dit à mon fils « tu vois la prochainement fois que tu fais tombé la fourchette, je ferai ça à ta mère. Pendant 12 ans battue violée il me disait à la vie à la mort, que si je parlais il s’en prendrait aux enfants, si je partais il me retrouverait. En mai 2015 il s’en ai pris à jérémy et m’a fracturé une main . Et là il s’est mis en mode « destruction » car j’ai fait une demande de divorce. Il est partit et revenu à détruit ma porte d’entrée avec une masse « devant les policier » à vidé les comptes bancaire , pris mon fils jérémy pendant 1 mois , volé téléviseur ordi bijoux , tout l’argent des comptes bancaire de mes fils ,coupé l’eau électricité etc..avant noel et il continu à me harceler encore et encore.J’ai un avocat J’ai avisé à plusieurs reprises je suis au Cidff J’ai prévenu la famille, téléphoné aux associations averti la juge MAIS RIEN RIEN ON NE M’AIDE PAS . Mon fils jérémy est avec moi aujourd’hui car il s’est enfuit de chez ce pervers, il est très mal, il à vécu l’horreur avec son père, j’ai même du le changer de collège à cause de se monstre. TOUS LES JOURS JE ME BATS pour tenir le coup pour mes fils, trouver de l’argent car meme avec l’aide de l’assistante j’ai trop besoin d’argent pneus crevés portes cassées , il m’a aussi cassé la porte-fenêtre de la terrasse salle de bain, je vend tout ce que je peux , je me suis cachée pendant 10 jours mais rien ne l’arrete . Le pire c’est qu’il n’a jamais pu aimer ses propres enfants ! Après on se demande ou est la justice et pourquoi il y autant de femme qui meurent chaque année sous les coups de leur conjoint

  18. bonjour a tous et toutes.
    je viens de decouvrir mon mari,un pervers narcissique,je viens de mettre une etiquette sur son trouble,
    nous avons 4mois de mariage,je l’ai connu pendant une annee et bien avant sur le net.
    il m’a trompé et aussi toute ma famille,rien ne prédisait un etre anormal,quelques indices,mais pour moi sans trop d’importance,il a bien joué sa carte pour m’avoir;;il a menti sur tous les plans,
    et a peine,un mois de vie commune,je commensais a souffrir et a me poser des questions,j’ai cherche et j’ai trouve des reponses,
    je suis plus que persuadée qu’il s’agit d’un pervers
    narcissique,le grand souci actuellement est en moi.
    oui,il faut separer de lui
    mais voilà;ce serait un 2eme divorce,pour moi,je vis dans une societe tres conservatrice,j’ai peur du regard des autres,
    de ma famille surtout
    j’aimerais avoir le courage de m’en aller.
    ou, mieux,ce que je souhaite,c’est que tout le monde decouvre son vrai visage et la je serais obligé de m’en aller,et meme ,j’aurais l’appui de tous.
    la 3eme solution est d’accepter cette situation est continuer a subir ce personnage
    l’amour,non je ne l’aime plus depuis que j’ai decouvert son vrai visage
    je continue a jouer la commedie ;et il se doute de rien.
    aidez moi,svp
    et bonne continuation

  19. la difficulté est de percevoir cette souffrance qui m’a poussée en tant que soignante à vouloir l’aider, se dire qu’a force d’amour on peut y arriver, prendre sur soit et vouloir soulager l’autre est la seule explication que je trouve aujourd’hui.
    Il se blessait sans arret, devait toujours avoir quelque chose à construire, fuyait dans l’activité, s’était mis à boire peu mais régulièrement.
    Je trouvait sa faiblesse touchante, j’ai commis l’erreur de révèler aux autres ce qu’il avait fait…. et il est beaucoup plus habile que moi avec mes bonnes intentions et ma maladresse.
    Helas savoir et comprendre ne suffisent pas toujours. il faut maintenant que je m’occupe de la poutre logée dans mon oeil

  20. Le pervers narcissique ne cherche pas le conflit, il prend son plaisir a vous manipuler, 25 ans de vie commune, à chaque crise il m’en rendait responsable, faisait en sorte de me faire « pêter les plombs », prenait plaisir a me mettre en colère et à me décridibiliser, le conflit n’existait pas pour lui, il trouvait normal que sa mère fasse notre lit et le menage de la maison, d’enmener mes enfants et petits enfants fèter Noël chez sa mère en me laissant seule à 800 km car je travaillait cette année là, je suis restée calme et accueillante à son retour, attitude qui ne lui convenait pas, il a évidement réussi par un moyen détourné à me mettre en colère. Pas de discussion, pas de conflit……

  21. Bonsoir, je viens de lire vos témoignages.

    Divorcée depuis +de 3 ans, je vis un vrai calvaire mais avec mon fils aîné de 18 ans 1/2.
    Je viens seulement de comprendre que mon fils est un pervers narcissique. Il me rabaisse, me fait culpabiliser, cherche à me dominer, à dicter ses lois. Je suis son punching-ball.
    Avant moi, il rabaissait son frère mais il a grandit et ne se laisse plus dominer.
    C’est pour cette raison qu’il lui fallait un autre bouc émissaire, MOI,
    j’étais faible en plein divorce et je n’ai pas vu venir les choses. Je ne sais même pas si on peut les voir venir.
    Mon fils aîné a un réel problème et je viens d’en prendre conscience avec l’aide d’une psychologue.
    J’ai décidé de ne plus subir et de ne pas me laisser manipuler, de me faire aider et d’aborder différemment les conflits car il a l’art et la manière de retourner que c’est de ma faute, de me rendre à chaque fois responsable
    Bonne soirée
    Sandrine

  22. Pour ma part, j’ai fini par partir ne supportant plus toutes ces violences humiliations provocations rabaissements menaces et retournements de situations mais 2 mois après la separation. .. cancer du sein… Il est revenu. ..
    Toujours fidèle à lui même. ..
    J’ai réussi à rompre a nouveau mais j’ai tout perdu et je suis épuisée. ..
    Je sais que la vie n’a pas de prix et que ma richesse est ma princesse de 2ans et demi mais il me reste un goût amer … ses mensonges me tueront…
    Aucune aide avec la justice…
    Je n aurai plus accès à la propriété à cause de mon cancer et le contact restera pour la petite… pour moi il n y a ni justice ni valeur humaine sur terre …mon entourage et surtout le sien sait mais personne ne fait rien …

    • Bonjour Bridget, je connais et je suis comme toi, incapable de le quitter, la vie sans lui me parait terrifiante. Alors, peut-être et parce qu’il n’y a pas de solution extérieure, revois toi tes positions, change tes attentes et tes espoirs, puisque tu sais, tu maitrises, et là, c’est peut être possible. Tu as la force que recherche un pervers, c’est ça qui te permettra de changer les choses sans pour autant te retrouver seule et désespérée. Je crois en nous !

  23. Bonjour, pour moi, 12 ans de vie commune encore en cours, justement pas de conflit, effectivement, une peur panique du conflit.
    Aujourd’hui que je suis arrivée en conscience de la situation, je l’ai (je le) pousse dans ses retranchements, en parlant, mais je n’ai jamais réussi à obtenir la moindre explication, ni excuses, ni remord, rien, l’autisme total.
    Ce qui me fait de la peine, et je rejoint là le texte de Mme Schmit, c’est la souffrance dans laquelle il a l’air d’être, le regard vide, aucune énergie, idée, envie, fantaisie.
    Et je ne peux rien y faire ?
    Ca ne changera donc jamais ?
    Je me sent piégée, d’autant que nous avons encore un fils à élever de 9 ans.
    J’ai aussi ce sentiment dont parle Mme Schmit de le pousser à bout en ayant dit ce que j’ai compris et ce que je crois, et parfois, j’ai peur de ce que cela pourrait déclencher de sa part, car c’est quelqu’un d’extrêmement renfermé et secret.

  24. Bonsoir,
    il y a certaines choses dans votre article qui me dérangent.
    En effet, après avoir survécu à 24 ans d’emprisonnement, après quasiment un quart de siècle de vie commune avec un vampire qui m’a littéralement vidée de toutes substances vitales, après tant de souffrances psychologiques, après tant de souffrances physiques…j’avoue que j’ai du mal à entendre ce que vous dites lorsque vous expliquez qu’un pervers narcissique ne cherche pas le conflit;
    bien au contraire, pour prouver qu’il est bien le maître à bord, pour assouvir son contrôle absolu, pour humilier sa victime, pour lui faire entendre son pouvoir de soumission…
    bref, je vous assure que pour l’avoir vécu, tout et n’importe quoi pouvait être source de conflit qu’il prenait un malin plaisir à mettre en oeuvre pour me détruire, sans aucun état d’âme, bien au contraire, en me faisant croire que j’étais forcément responsable du fait qu’il se soit énervé…
    leur pouvoir de manipulation est dangereux, tout dépend peut-être à quel niveau ils en sont rendu ?
    quoi qu’il en soit je vous assure que chaque fois il prenait un malin plaisir à exploser, à me faire sentir coupable, et en ressortait chaque fois plus fort…
    peut être aussi pour montrer sa domination incontestable sur mes trois enfants ?
    quoi qu’il en soit j’espère que vous comprendrez mon besoin d’avoir eu à écrire ses quelques lignes…

    en aparté,
    je tiens à vous remercier du fond du cœur pour tout ce que vous faites, tout ce que vous publiez, vos articles, vos vidéos, vos blogs… Merci pour votre aide, grâce à vous j’ai compris beaucoup de choses depuis un an et demi, depuis que nous sommes, mes enfants et moi même, protégés grâce à une ordonnance de protection.
    Le Non contact est plus que salvateur…

    je vous souhaite une agréable soirée.

    cordialement

    • Bonjour ,
      Vous avez raison que lorsqu’il quitte sa zone de confort, le conflit est pour lui une énergie puissante.
      Dans ce cas, elle est aussi l’expression d’un grand stress, une « souffrance » donc, qui s’exprime par ces actes de malveillance et de violence.
      Mais je vais voir de quelle manière mieux faire comprendre cela. Je suppose que dans l’article ce n’est pas clair.
      A ma décharge, c’est un extrait du manuscrit que je termine et il y a donc le avant et le après 😉

      Merci pour votre réflexion.
      Amicalement, Geneviève Schmit

    • Bonjour.
      Même ressenti pour moi.
      Il trouvait tout et n’importe quoi pour déclencher un conflit.
      Il m’en rendait responsable et lui aussi sortait plus fort et moi rabaissée.
      C’était pour me « recadrer » d après lui, lorsque certaines fois une qu’il était calmé, j’osai aborder le sujet du conflit.

    • Bonjour à toutes
      Comme vous je suis avec un pn
      Comme beaucoup j aimerai partir avec mon fils 13 ans
      Mais financièrement il a fait en sorte que ce soit impossible
      Nous habitons une maison ou j ai décidé il y a un an que nous cohabitions J essaie le plus possible de ne pas répondre mais c est plus pour mon fils que je crains car il essaie de le manipuler de la même façon
      J explique à mon garçon et il comprend Il voit que son père est égoïste et vient me raconter toutes les conversations qu ils peuvent avoir ensemble ce qui me permet de lui expliquer ce qui est bien et ce qui ne l est pas
      Cela sera t il suffisant pour qu il puisse se construire?
      Et avoir une vie heureuse
      Merci à toutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *