Et si on parlait PO-SI-TIF ?

Et si on parlait PO-SI-TIF ?

 

Je me suis sortie de cette perversion dont on parle ici chaque jour.

Comment ?

En arrêtant de disséquer le « problème » et en commençant à raisonner « solution ».

Si je suis ici c’est évidemment parce que le sujet me concerne.
J’ai vécu dans l’ombre d’une mère qui souhaitait ma mort dès la naissance, d’un PN1 qui a tenté de me tuer – je dois la vie au téléphone dans ma poche arrière de jean pendant que je me faisais étrangler – et d’un PN2 qui était un vrai danger psychique comme beaucoup ici connaissent, donc pas besoin de développer. Mais je me suis quand même retrouvée à descendre d’avion à Roissy sous escorte militaire avec mes enfants pour menace de mort sérieuse. Entre autres.

Et je vais bien aujourd’hui !

Donc si je peux aider en parlant de mon expérience, allons-y:

 

J’ai moi aussi traversé ces phases de doutes, d’aller-retours, de remises en question.
Par sursaut de survie j’ai pratiqué aussi le no-contact avec pourtant les yeux rivés 24/24 sur mon téléphone en espérant malgré tout un message… qui arrivait forcément. Ou pas.
Mon téléphone était devenu un pace-maker. Ça vous parle ?

J’ai moi aussi passé des heures à écrire des mails interminables pour déverser ma colère et tenter de démontrer à lui/les autres/la terre entière qu’il était cinglé.
J’ai moi aussi été considérée comme une tarée car il avait tissé une toile de solidarité autour de lui.

 

JE M’EN SUIS SORTIE COMMENT ?

D’abord pas assez vite. Mon tort, qui est souvent rappelé ici, c’est que je ne me suis pas entourée.
J’ai fait ça toute seule. Parce que j’avais honte de demander de l’aide. Honte de parler. Et orgueilleuse aussi.
Erreur !

J’ai ensuite décidé de me « dissocier » du problème
Je me disais: « Isa, tu aides bien tes copines dans leurs problèmes perso. Alors sois ta meilleure amie. »
Et je me suis parlée. Oui, oui… à voix haute dans mon salon comme si je parlais à ma meilleure amie.
En reprenant tout point par point. Les événements, les violences…
Je me suis donnée des conseils. Je me suis engueulée aussi.
Bah ça a commencé à me faire réfléchir. Parce que je fais confiance à ma meilleure amie.
Et je me savais parfaitement ridicule, soyons clairs hein!

L’humour. L’auto-dérision.
En me moquant de moi, de ma dépendance à cette relation surréaliste.
Parce qu’il faut arrêter avec le pathos en lisant et relisant des articles sur les PN !
Quand tu as compris que ton ex est toxique, inutile de collectionner des lectures sur sa maladie.
L’important c’est que TU sois guéri(e), son fonctionnement on s’en tape !

Écrire.
J’ai pris toutes les semaines une feuille pour noter les valeurs importantes pour moi.
Respect, Partage, Confiance, etc… Et je cochais celles dans lesquelles je le retrouvais. Il n’y en avais aucune évidemment.

En m’occupant des autres.
J’ai repris des études de thérapeute. Je me suis ainsi obligée à mettre de côté ma propre situation pour être 100% à l’écoute de l’autre et de ses souffrances.
Encore une fois « dissociée« , j’ai appris à aller mieux grâce aux autres. Et j’ai enfin arrêté de me centrer sur moi et l’enfer que j’avais vécu.
Aider les autres m’a aidé moi-même.

Et je suis sereine aujourd’hui !

J’ai été longue dans la description de mon expérience. Mais si ça peut aider…

ENJOY et surtout… prenez soin de VOUS !

Un témoignage d'Isabelle, hypnothérapeute.

A propos Genevieve Schmit

Thérapeute - Experte dans l'aide aux victimes de manipulateurs pervers narcissiques - Thérapie brèves - Psychologie positive

14 Commentaires

  1. Bonjour, a vous lire, il n’y a pas vraiment de solution, à part voir un psy…. (c’est d’ailleurs ce que je vais faire, perso).
    Mon grand frère est sous l’emprise de ma mère manipulatrice depuis toujours, j’ai envie de dire.
    Moi, j’ai ouvert les yeux et je lutte à distance pour rester en contact avec mon frère, qui en plus de ça est retourné vivre chez elle. J’ai peur qu’il ne se relève pas.
    Il est en anorexie sévère. Il refuse de voir la situation.
    Que puis-je faire pour lui??
    Je n’arrive plus a vivre sachant que mon frère est le « joujou » de notre mère. C’est à vomir.

  2. Bonjour,

    Je me suis sortie de cette relation d’avec un PN grâce à une psychanalyste et un transfert quantique qui m’a permis de l’éliminer définitivement.
    Comme toujours au début l’amour fou, puis très vite l’emprise, les mensonges, les tromperies, l’humiliation et tout le reste, et son entourage (ses amis, ses relations) qui sait mais qui ne me dit rien.
    Comme complice malgré lui.
    Violent, alcoolique, cocaïnomane, il m’a poussée à faire des choses que je n’aurais jamais faites.
    Encore un trait typique des PN, et de leurs victimes…
    Quand je me suis rendue compte que c’était un PN, un an après notre séparation, mais seulement quelques semaines après son retour, avec l’aide d’amies qui étaient elles-mêmes passées par là, ça m’a fait un bien fou !
    Mais aussi que toute notre histoire avait été un mensonge.
    Mais tant pis !
    Aujourd’hui, je suis mieux que jamais.
    Quelque part grâce à lui, à cette psychanalyste qui m’a montré mes blessures affectives, et à moi qui ai tout fait pour m’en sortir.

  3. Bonsoir
    Ce n’est pas ma sœur qui souffre de pathologie mais son compagnon pervers narcissique !
    Ma sœur avec qui je m’éloigne malheureusement de plus en plus, souffre de la démence de cet homme abject. peur liée à ses enfants qui sont devenus sa seule raison de vivre. Depuis Pâques plus aucune relation. Parce que monsieur le pervers a pris en grippe mon papa un homme de 74 ans discret gentil conciliant qui ne demande qu’à voir ses enfants et petits enfants ! Je soufre mais peu importe …. Peut on infliger ca a des parents !
    Comment réagir ! J’en veut parfois à ma sœur de ne pas demander de l’aide. Je ferais pourtant tout pour elle et ses enfants. Mais l’avenir me semble bien noir.
    En réponse a votre question et si vous lisez bien, Je n’en veux pas a MES PARENTS mais à SES PARENTS d’avoir su, mais de n’avoir rien dit de la pathologie de cet homme, trop heureux de s’en débarrasser.
    Voilà une famille anéantie par un PN.
    Votre réponse pourrait être « . Soyez la pour elle »
    Mais je l’ai été. Invitations sur invitation et puis moi je Me suis perdue. Alcool car aperitif des leur présence… Recurrent.
    Maintenant monf fils a 14 ans et c’est un ado gentil mais difficile et je n’arrive plus a tout assumer.
    Je n’ose plus appeler ma sœur parce que plus la force … Dépression ? Mes parents, ma mère, à toujours compte sur moi pour faire le lien ! Mais il ne faut rien dire face a cet être abject sous peine… Voilà, objectif sortir ma sœur de cette situation avant que cet etre puisque faire du mal et la enfin nous serions une famille.

    • Bonjour,
      A vous lire je comprends effectivement que vous avez fait tout ce qui était en mesure de faire et que maintenant c’est vous qui coulez, et votre fils qui en souffre également.
      Il est temps de lâcher …. Lâchez avant de couler totalement!
      Votre fils a besoin de vous, votre père a besoin de vous, VOUS avez besoin de vous.

      Bon courage, Geneviève SCHMIT

  4. Ma sœur vit avec un pn depuis 12 ans environs.
    Nous avons toujours été proches toutes les deux.
    Les réunions de famille se terminent toujours mal : insultes envers mes parents ou moi même selon les occasions. Tout lui est permis puisque connaissant sa pathologie nous n’osons réagir.
    Ma sœur a deux enfants, ma nièce et mon neveux adorés. Elle souffre mais reste très forte pour ses enfants.
    Il l’a isolé de tout : travail, amis, famille, …
    Je l’aime ma sœur et veux l’aider elle et ses enfants.
    Nous nous rabaissons face a lui.
    J’en veux a ses parents qui n’ont pas su l’élever et n’ont pas prévenu ma sœur : ÉGOÏSTES.
    Ils se sont débarrassé du problème « Grace » a ma sœur.
    Comment puis je l’aider (pourtant quelques tentatives qui m’ont fragilisé).
    Ma sœur souffre, mes parents vieillissent et souffrent également, moi aussi et sûrement mes neveux.
    Comment faire comprendre a ma sœur quelle n’est pas le reflet de ce qu’il lui dit et comment la pousser a partir malgré les menaces vis à vis des enfants.

    • Pas de solution proposée au final. Ce site ne sert a rien on constate mais aucune solution n’est proposée. Cela veut bien-dire qu’il n’y a aucune solution pour contrer ces malades, ces terroristes.

      • Bonjour,
        Ce site ne « vous » sert à rien effectivement si vous venez y chercher des formules magiques qui vous permettent d’échapper à un travail personnel.
        Quant à votre sœur, malheureusement c’est elle qui va devoir réagir, ou pas … Personne ne peut se substutuer à elle.
        Le jour où elle sera prête, elle trouvera les personnes qui l’aideront contrètement.
        Bon courage, Geneviève Schmit

    • De quelle pathologie souffre-t-elle ?
      Et pourquoi en vouloir tant à vos parents qui ont certainement fait ce qu’ils ont pu ?

  5. J ai vécu pendant 3 ans 1/2 Avc un pn et je n arrive tjrs pas à me reprendre.
    Il m a jette le 9 mai 2015 après 1 an 1/2 d alcoolisme + drogue et 2 ans de jalousie pathologique, (lui ne se gênait pas!!)
    Et du soir au lendemain sans explication,, après que je l ai eu aide pour sa maison et la refaire du sol au plafond , coup téléphone, courriers, rdv, prendre ma voiture au lieu de la sienne, etc etc, il m a tué ce 9 mai , je vis un deuil blanc et au fond du gouffre, comment sortir l Amour que je lui porte,,
    J ai lu bcp d article de Mde Smitch, vu psychologue, antidépresseurs, je n arrive pas a remonter.
    Que vais je devenir ?
    En + j ai des soucis d argent et de santé.. merci à vous, bien cordialement.

  6. Bonjour, je pense très sincèrement qu une personne qui a vécut la perversion d un pn durant des annees arrive plus facilement à lacher prise ,elle en est même très heureuse ,mais pour les personnes d on je suis qui on été largués d un j a l autre sans ménagements, respeçt et sournoisement c est un poil plus dur, il faut admettre Et comprendre énormément de choses d un seul coup, çe qui a tendance d ailleurs à nous plonger dans le dénie un temps pour ne pas mourrir tellement la destruction est violente, puis on passe par toutes les phases qui sont également à mon sence naicessaires , l amour, l acceptation, la haine, la vengeançe la jalousie mm des qu il y a une autre victime, puis finalement qu on le veuille ou pas ! Le fameux lacher prise , parcequ on prend concience qu on est et restera impuissants face à ces monstres , et que finalement le lacher prise est notre seul option autre que la mourir , pour ma part 9 mois de relations sans mom vivre avec ,aujourd hui au bout de dix mois je viens seulement de le comprendre il me faut lacher prise si je veux vivre , parceque mourire etait devenue une envie journalière malgré l amour que j avais pour mes trois enfants . Courages à vous tous ,prenez soin de vous et n oublions jamais que pendant que nous les pleurons eux avancent et oublient jusqu à notre prenoms .

    • Je suis entièrement d’accord avec toi, moi aussi mon ami PN m’a quitté du jour au lendemain il y a maintenant une semaine. Malgré nos disputes fréquentes dans lesquelles il me désignait toujours comme le probleme, je ne voulais voir que le meilleur de lui. Je l’aimais et je l’aime encore. Nous habitions ensemble et un matin il m’envoie un texto pour mettre fin à notre relation et toutes ses affaires disparurent le midi meme pendant mon absence.
      Aujourd’hui je me remet à manger et dormir à peu près normalement en me confortant dans l’idée que c’est sûrement mieux pour moi. Mais sans l’explication de cette rupture j’ai beaucoup de mal à avancer. Je me remet en question et c’est là qu’il a encore gagné…

  7. Merci, fantastique commentaire.

    Commençons à penser à nous et ne perdons pas de temps à comprendre pourquoi ils sont comme ça. Il sont comme ça point final, nous ne les changerons pas.

    • Bonsoir, je voudrais témoigner de ce que j’ai vécu, j’ai quitté un mari bipolaire et manipulateur après 20ans de vie commune. J’ai deux fils qui tout les deux sont aussi manipulateurs, tres difficile d’accepter.. Mon second m’a complètement sous son emprise. Il me fait bcp de cadeau mais apres ils odieux, me déstabilise, change d’avis tout le temps. Il vient d’acheter un appartement et voulais que je l’occupe gratuitement, il m’a dit tu donne ton préavis et vends tes meubles, il me dit tu as le temps de faire faire les travaux à ton goût cest chez toi. J’étais pas trop confiante, il m’a pas laissé le temps de recupere les clés et le dit que cela ne va pas vite, il a pris les choses en mains et s’occupe lui des travaux, du coup je refuse d’aller. Il me juge, que je vis dans 30″, enfin! Il y a 4 mois il m’a acheté une voiture j’ai refusé , du coup il a payé les frais d’acompte et on cest pas parler pendant 2 mois. Ca lui a pas servi de leçon. Le probleme cest que cest mon fils est les rôles sont inversés je suis sa fille. Je sais plus comment faire, si c’était pas mon fils je me serait enfuit depuis longtemps. Voila! Jai vidé mon angoisse. A,ors, si je peux me permettre, ne lui trouvez aucune excuse, fuyez vite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *