Enfant de pervers narcissique

Se séparer d’une personnalité manipulatrice perverse

Comment protéger vos enfants?

 

Les victimes de manipulateur pervers pensent avant tout à protéger leurs enfants et en oublient que ce sont elles les cibles !
Je vais parler ici du père pervers narcissique, tout en sachant qu’il peut également y avoir des mères manipulatrices perverses. Pourtant, dans ce que je vais tenter de vous décrire, les scénarios seront principalement masculins.
L’enfant peut être le désir d’une mère, qui tente par celui-ci, de donner vie à la passion fantasmée projetée sur le pervers narcissique avec qui elle forme un couple.
L’enfant peut être aussi le moyen idéal que le manipulateur a pour garder la main mise, ad vitam æternam, sur sa proie.

Témoignages :
Laila: Mes fils ont 9 et 11 ans. Au tribunal, le papa manipulateur pervers a osé agiter de loin deux IPhone. Dieu merci, mes fils n’ont pas cédé.

Magali : Provocation assassine de PN à son fils qui avait refusé d’aller le voir au point rencontre : (envoi de la photo du logiciel dont il rêve) accompagné de : « Je devais te le donner ce matin mais comme tu n’es pas venu je vais le jeter à la poubelle…. »

Il faut comprendre pour mieux agir !
Que ce soit pour aider et accompagner l’enfant, ou pour gérer sa propre situation, le principe de base, « comprendre pour mieux agir », reste toujours primordial.
Mieux vous comprenez le fonctionnement du manipulateur pervers, mieux vous vous en préservez et mieux vous pouvez aider vos enfants à nager dans ces eaux troubles.
Il est inutile de se mentir, vous ne pouvez pas les laisser « en dehors » du problème ! Ils sont de fait impliqués. Que vous l’admettiez ou non, ils en font partie et ils pourront être le bras armé du manipulateur pervers !

Benjamin, … 3 ans (il vit l’inceste) : « Mon père utilise la justice pour me reprendre et me faire du mal ». Ce petit a aussi tenté de sauter par la fenêtre à l’énoncé du nom de son père …

3 piliers sont essentiels pour se sortir d’une relation avec un manipulateur pervers narcissique avec lequel on a un ou plusieurs enfants :
1. Séparation
2. Parole juste
3. Se reconstruire

Le secret de la réussite est la confiance et l’estime de soi. Elle est à développer chez l’enfant ainsi que le parent victime. Je rappelle que le germe qui fait qu’une personne devient « victime », est une confiance en soi faible et instable.
A cause de sa position dans la famille, et de la toxicité des liens qui l’entourent, l’enfant risque lui-aussi d’avoir une estime de soi faible et fragile. Il est donc vital d’en prendre conscience le plus tôt possible pour tenter de contrecarrer l’influence diaboliquement destructrice du manipulateur.

Votre mission sera de valoriser l’enfant au maximum, dans le réel, ici et maintenant, et ce durant tout son développement neuro-psychomoteur. Ce sera également d’aider l’enfant, idéalement dès la naissance jusqu’à 7 ans, afin de lui éviter des troubles psychologiques irréversibles. Ensuite il vous faudra l’accompagner au mieux, tout le long de sa vie ……

Faut-il partir ou faut-il rester « pour » l’enfant ?
Trouvant comme prétexte la présence de l’enfant, nombreux sont les parents protecteurs qui repoussent le moment où ils s’éloigneront du manipulateur pervers. Cette situation, qu’elle soit consciente ou inconsciente, est dramatique et ne vient que répondre à la dépendance affective qui lie la victime à son bourreau.

Catégoriquement, et sans aucune exception, il est essentiel de quitter définitivement le manipulateur pervers. Le plus tôt sera le mieux.

Un enfant qui évolue dans un milieu hautement toxique comme celui-là est un enfant presque perdu ! dit Théodore-Yves Nassé, professeur en psychologie et expert auprès des tribunaux.
Chaque jour, chaque mois, chaque année perdue à « attendre » le bon moment, est autant de temps dont disposera le parent toxique pour polluer l’enfant. Et n’imaginez pas pouvoir cacher la réalité ! L’enfant voit tout, entend tout, et surtout, il vous observe !

Que souhaitez-vous donner comme exemple à votre enfant? Un père ou une mère protectrice qui courbe l’échine, qui se soumet, qui accepte l’inacceptable et qui ne le protège pas réellement ? Ou souhaitez-vous montrer que vous être un parent protecteur qui, une fois les yeux ouverts sur la réalité, cherche et trouve le courage de dire stop, de redresser la tête et de reprendre sa vie en main ?
Vous n’avez que ces deux options. Il vous appartient de choisir.

Arrêtez-vous de lire quelques instants, fermez les yeux et respirez.
Demandez-vous maintenant si vous souhaitez que votre enfant vive, dans sa vie d’adulte, ce que vous êtes en train de vivre depuis des années sans doute…
Posez-vous cette question avec humilité et douceur envers vous-même. Il n’y a pas de place pour la culpabilité, juste pour l’auto-compassion et l’amour partagé avec nos enfants.
Laissez votre cœur guider vos pas.
Vous ne souhaitez pas à vos enfants le centième de ce que vous subissez depuis si longtemps…
Vous souhaitez leur offrir d’autres valeurs que le renoncement à exister…
Je sais que vous souhaitez qu’ils deviennent maître de leur vie et qu’ils la trouvent belle…
Laissez votre cœur vous ouvrir le chemin, leur ouvrir le chemin.
Vous savez maintenant quel exemple vous allez leur offrir !
L’exemple d’un père, ou d’une mère protectrice qui sait dire stop, qui reconnaît s’être trompée, et qui met tout en place pour changer ce qui peut encore l’être. Et c’est la fierté de l’action, le courage de la renonciation que vous allez transmettre. Quoi de plus puissant ?

Petite piqûre de rappel concernant le pervers narcissique :

  • Age émotionnel d’un enfant de 4/5 ans avec un comportement de pré-adolescent dans un corps d’adulte et le pouvoir de nuisance d’un adulte
  • Intelligence de son ego.
  • L’autre n’existe pas. Il n’est qu’un objet à son service.
  • Aime ce que vous lui apportez comme satisfaction personnelle, mais ne « vous » aime pas et n’aime pas ses enfants.
  • Ne jamais sous-estimer son pouvoir de nuisance – il surprendra toujours
  • Ne changera pas, jamais. C’est sa pathologie qui l’empêche d’accepter l’idée même d’avoir un problème et donc lui interdit la mise en place d’une réflexion thérapeutique.
  • On ne discute pas avec lui. Toute discussion aboutira à une reprise de son pouvoir.

Le manipulateur pervers narcissique - Comment s'en libérer - SCHMITGeneviève Schmit

Extrait du livre de Geneviève Schmit
Le manipulateur pervers narcissique – Comment s’en libérer –
Victimes, prenez le pouvoir sur votre vie !  
Editions Grancher

– Formation/Débat –
Agenda

© Geneviève Schmit – diffusion

La reproduction intégrale de mon écrit est autorisée. Cependant, mon nom complet ainsi que le lien actif de la page du site internet http://pervers-narcissiques.fr est obligatoire. Vous remerciant de votre compréhension ainsi que de l’intérêt porté à mon travail, Geneviève Schmit.

(Suite de la réflexion dans le manuscrit en cours de publication)

Geneviève Schmit - Experte dans l'aide aux victimes de manipulateurs pervers narcissiquesGeneviève Schmit – Coaching thérapeutique pour les victimes de manipulateurs pervers narcissiques ©Geneviève Schmit, experte dans l’accompagnement des victimes de manipulateurs pervers narcissiques. http://soutien-psy-en-ligne.fr

novembre 2015

Besoin d’aide ?

J’aurais grand plaisir à lire vos interventions sur le Facebook qui vous est dédié: Facebook pour les victimes de violence psychologique et de manipulation perverse. Soutien.Psy – Geneviève Schmit

http://bit.ly/enfants-de-pervers-narcssiques

 

 

 

A propos Genevieve Schmit

Thérapeute - Experte dans l'aide aux victimes de manipulateurs pervers narcissiques - Thérapie brèves - Psychologie positive

45 Commentaires

  1. Moi jai vecu avec un beau pere pervers narcissique….medecin…. donc forcemment tres respectable. Il a ruine ma mere, elle en est morte cancer du fois poumons a force de boire et fumer. Mais elle ne la jamais quitte. Elle m’a dit une fois quelle s en contente. Je ne sais comment me reconstruire. Jusqua lenterrement de ma mere il a ete odieux. Il a meme rate lheure de l’incineration. Et tout le monde cautionne. Mais u vont les gens…. jai limpression detre dans un autre monde.

  2. Bonjour,
    Je suis papa de deux enfants de 7 et 2 ans, et viens de m’échapper du calvaire psychologique que me faisait subir leur maman depuis bien trop longtemps. J’ai longtemps espéré que notre couple finirait par retrouver le chemin de la sérénité, m’accrochant à l’espoir que l’intelligence de leur maman finirait par la conduire au changement. Lorsque j’ai pris conscience que cet espoir etait vain j’ai pris mon courage a deux mains pour partir. Les enfants ont longtemps été une source de motivation pour rester car je voulais qu’ils puissent grandir et s’ epanouir aupres de leurs deux parents. J’ai finalement pris conscience que l’environnement offert était plus destructeur qu’epanouissant. Education impossible, autorité systématiquement sapée, image du père dégradée, mère démissionnaire dans les actes mais jamais dans les mots. Depuis la separation, tout se passe mal sur le plan materiel, mais sur le pkan de la relation avec mes enfants en revanche le bonheur semble poindre de nouveau, je ressens déjà les effets benefiques du nouveau cadre fixé lorsqu’ils sont avec moi ( sommeil, crises d’angoisse et disputes de moins ennmoins frequentes.), et je retrouve beaucoup de plaisir à avoir des activités avec eux, à les éduquer tout simplement.
    Ce faisant, la maman ne cesse de les manipuler en leur expliquant que j’ai detruit notre famille, en se posant en chevalier blanc qui va tout faire pour conserver notre ancien logement pour preserver leur environnement alors que leur abonable père veux tout faire pour le vendre, ce qui est en réalité une obligation eu egard à notre situation financière. Elle n’a de cesse de leur rappeler comme elle comprend leur anxiété eu egard à la seoaration de leur parents plutôt que de positiver. Elle me denigre perpetuellement et me pousse sans arrêt sur la défensive. Cette situation est tres difficile à vivre et je crains qu’une fois les questions matérielles réglées son nouveau cheval de bataille oour m’atteindre consiste à me priver de mes enfants. C’est une situation difficile et tres anxiogène. J’essaie de garder le cap pour mes enfants et moi même, de retrouver de la confiance. C’est d’autant plus difficile que je n’ai que peu de monde autours de moi. Elle en revanche a toute sa famille autours d’elle qui la soutien dnas cette terrible epreuve qu’elle traverse …

    • Courage! J’avais cette angoisse que leur père fasse tout pour me les enlever….Des paroles en l ‘air …il n’a pas demandé leur garde..ne les a jamais pris un week-end ni en vacances…tout juste un repas de temps en temps… surtout pas les deux en même temps et jamais de façon certaine pour que je reste bien coincée… que je ne puisse surtout jamais pouvoir faire de projets ..Minable! Et cela même en ayant déjà trouvé une autre « victime ». La route est longue..il faut une énorme patience …. travailler à contrer leur travail de sape ..et garder la tête haute…il a juré de me ruiner…financièrement c est fait! Mais peut importe! Mentalement…il n est pas passé loin…dépression niveau 4…Mais au final je suis Debout! Il m’a dit n’avoir jamais pensé que je serai aussi forte! Ce qui en dit long sur son détraquage! On paye cher notre erreur de mise en confiance en ces personnes..mais c est sûr on peut s’en sortir!:)

  3. Bonjour Madame je suis une maman de 3 enfants 15 ans 12 ans 8ans je suis divorcé d un pervers narcissique je me bas pour avoir la gare de mais enfants ces très difficile aider moi merci de votre compréhension madame

  4. Je suis actuellement dans ce souci ou j’ai 3 amies j’etais proches de 1 en priorite et sa relation pn m’a etouffee elle me fatiguait moralement puis emotionnellement car elle est depressive.
    Un jour j’ai commence a voir la 2 ieme et faires des activites avec elle tout en incluant la 1 mais celle ci a toujours refusé de venir dans notre groupe.
    Naivement je me disais que l’on pouvait former un groupe donc on a commence a les invites aux anniversaires nouvel an communion jusqu’au jour ou la 2 ieme a commence a se rapproche de la premiere mais du tout au tout 3 jours par semaine ils st ensembles et comme je travaille de nuit elles se font des bonnes soirees ensembles et me previennent toujours et il faut que je sois au courant a tel point que la premiere se venge je crois sur le fait de m’etre detournee d’elle et la deuxieme est la pour faire voler en eclat le groupe pour ne devenir qu’exclusive mais de ce fait dans les soirees on est souvent de trop car plus rien a se dire…ca fait des mois que ca dure ce conflits et elles crient leur amitie envers moi mais me considere comme la personne qu’on aime mais de loin jusque la j’ai eu du mal car voir partir des amities vieilles de 10 ans quand meme mais par contre elles me reprochent et l’une et l’autre d’avoir des autres amies de faire soirees sans elles et ce sont messages sur messages pour se parler se mettre au point sur cette amitie a 3 fixer des regles moi je trouve ca hallucinant en amitie de fixer des regles
    Bref j’ai decide de prendre du recul et de dire stop a ces relations malsaines et bien la elles ne sont pas contentes car je dois rester seule déprimée triste et ne plus avoir de lien social

    Ca me fait peur car l’un est en colere comme jamais et l’autre suit le mouvement pour faire plaisir et etre amie exclusive
    Cette relation malsaine me fait vraiment peur

  5. Merci pour ce joli article.

    Moi j’ai ouvert les yeux vers 25 ans, car malheureusement ma mere a fait le choix de rester, et au final de se ranger aux côtés de mon père.

    Avec l’arrivée en prime de souvenirs d’inceste, qui ont conduit a la rupture avec ma famille …

    4 ans plus tard (dont 3 de dépression), j’ai toujours beaucoup de mal à me considérer avec gentillesse, et le sentiment de ne pas avoir le contrôle de ma vie. Toujours un besoin vital de plaire, la peur de faire des choix par moi-même, et un sentiment d’absence de valeur personnelle. Je cherche ma confiance dans le regard des autres, au lieu de la chercher dans mon coeur.

    Je deviens fou de rage, lorsque des collegues essaient de s’approprier mon travail. J’ai l’impression que c’est mon estime de moi qui part avec.

    Je me soigne, psy a l’appui. Ca marche, mais c’est long :p

    Loic

  6. Bonjour,
    Je me reconnais dans beaucoup de vos témoignages.
    Pour ma part, je suis divorcée d’un PN depuis mars et je ne vois plus ma fille depuis octobre instrumentalisée par son père. Cette dernière complètement perturbée par le dénigrement constant de son père en est arrivé aux mains et aux insultes, ne supportant aucune règle ni aucun refus, soutenue par son père en toutes circonstances. Un vrai petit soldat acquis à la cause destructrice de son père. Elle refuse de revenir chez moi alors que le jugement a décidé d’une garde alternée.
    J’ai alors fait une démarche soutenue par mon avocate auprès du juge pour enfants pour enfant en danger et aliénation parentale : nous avons obtenu ce que nous avons demandé un bilan psychologique pour tout le monde et des investigations avant de fixer des mesures éducatives.
    Cependant c’est une démarche qui s’est avérée très destructrice pour moi car ma fille a menti au juge en prétendant que je l’avais rouée de coups et que je l’insultais et l’humiliait au quotidien …à telle point que je me demande si je peux encore l’aider..tellement elle est soudée à son père dans le mensonge et la méchanceté. Je m’inquiète également pour mon fils qui fait face une semaine sur deux à ce « couple maléfique »…j’ai peur qu’il finisse par céder à l’influence de son père. C’est très angoissant comme situation et je suis perdue…j’espère que ma démarche auprès du juge portera ses fruits pour déterminer un suivi psychologique pour ma fille..en attendant son père a l’intention de demander la garde…Que faire?

  7. Bon soir j en peu plus j ai mon fils de 15 qui voit assez souvent son père qui est à se que je pense 1pn , son père n à aucun droit sur mon fils car il a jamais voulue le reconnaitre , mais il se voit malgré mon interdiction ,son père il donne des grosse somme d argent ( 200€ ) et ses pas la première fois , il Luis à aussi acheté un téléphone portable et pris 1 abonnement ils communique beaucoup et jusqu’à très tard la nuit par SMS , j ai déjà voulue prendre le téléphone a mon fils mes il me pousse il pourrait devenir violente même , quoi faire , car j ai déjà porté plainte à la rencontre de sont père pour violences , mais j ais peur pour mon fils car il se mes en danger , à chaque fois que il voit son père il pète 1 plomb est sa se ressent aussi à l école , mon fils a 15 ans , il ne veux pas discuté avec moi je Luis est proposée d aller voir 1 psy pour Luis et moi mais il refuse tout quelles qu un peu le conseil ou m aidé svp merci

  8. Bonjour,
    J’ai 25 ans et sur les conseils de ma mère j’ai lu des ouvrages concernant les pervers narcissiques manipulateurs. Nous y avons reconnu de façon surprenante les traits de mon père (son époux). J’ai subi pendant 24 ans ses humiliations, ses violences verbales, son absence totale d’amour et d’empathie qui m’ont toujours fait énormément souffrir. Et par dessus tout le fait de s’entendre dire par des personnes étrangères de notre famille qu’il était un bon père qui s’occupait bien de ses enfants. J’ai toujours cherché à adapter mes paroles et mon attitude à lui craignant quelles pourraient être ses réactions: « il faudrait plutôt dire cela mais pas à ce moment là sinon il risque de se fâcher ». Ou bien parfois de l’autocensure: « je dirai à mes amies que je ne pourrai pas aller à telle fête, sans même lui demander son avis et en inventant un mensonge, car je sais bien, d’avance, qu’il ne sera pas d’accord. ». Il m’a toujours rabaissé, et je ne l’ai jamais entendu me complimenter, tout ce que je faisais n’était pas assez bien ou très mal. Il y a quelques mois je lui ai annoncé que je voulais me marier avec quelqu’un, il a refusé catégoriquement, il m’a menacé en disant que je devrai choisir entre mon futur époux ou lui, ou bien que si je faisais ça je ne verrai plus ma sœur et ma mère (qui vivent toujours avec lui). Il a essayé de me faire culpabiliser en me disant que c’était à cause de moi que son couple n’allait pas bien, qu’il n’arrivait pas à éduquer son autre fille, que j’étais un mauvais exemple pour elle… Il y a quelques semaines j’ai réussi enfin à lui dire qu’il n’avait jamais voulu mon bonheur (contrairement à ce qu’il répète), qu’il ne m’avait pas traité comme un père doit normalement traité sa fille, qu’il m’avait insulté étant petite et que ce n’était pas normal. Je suis seule chez moi maintenant, mais je suis à bout, je suis très fatiguée, je pleure souvent, je ressasse mon passé, je me réveille avec une boule de stress dans le ventre, je me sens extrêmement seule même si j’arrive à parler à ma mère, rien ne me fais plaisir. Je dois bientôt revoir mon père mais je ne sais pas comment je dois me comporter avec lui, j’avoue que je redoute un peu sa rencontre. Je me sens à la fois très fragile et pleine de colère. Quelqu’un s’est-il déjà retrouvé dans cette situation de devoir refaire face à son parent suite à une dispute? Que doit-on dire à son médecin quand ça ne va pas bien. J’avais déjà essayé d’en parler à mon médecin traitant il y a deux ans mais elle m’avait rétorqué que ce n’était qu’un passage, que ça irait mieux plus tard…
    Merci à vous.

    • Ne jamais céder au pervers narcissique ou vous serez de nouveau prise dans ses filets.
      Fuir tout contact avec lui. Dire à votre soeur qu’elle peut s’en sortir, qu’elle s’en sortira.
      Votre mère se sent coupable, de tout, cloisonnée, enfermée dans cet enfer carcéral que son mari lui fait vivre.
      Vous voir résister peut la sauver. Mais rien ne garantie qu’elle s’en sorte.
      Vous n’êtes pas responsable. Ni coupable. Vous êtes une survivante.
      Ma fille et moi avons véçu cela. J’ai obtenu son suivi thérapeutique.
      Son père l’a accepté dans l’ordonnance, car elle vivait « avec une mère folle » (donc moi).
      N’étant nullement folle j’ai sauvé l’équilibre de ma fille.
      Aux vues des effets positifs de cette therapie au CMPP, son père a tout fait pour qu’elle n’y aille plus… mais l’ordonnance était ferme.
      Tenez bon.
      Ma fille a 19, elle va TB. Elle reconnait un pervers d’instinct.
      A 13 ans elle lisait « Lettre au père » de Kafka. Vous allez y arriver. Vous aller rester libre.
      Le plus dur est fait, mademoiselle.
      Soyez fière de vous.

      • Vous avez raison Yvette. Il faut fuir.
        J’ai vécu 24 ans avec un père pervers narcissique. Je suis partie lorsqu’il m’a mise à la porte car un homme demandait ma main. Moi j’étais d’accord, pas lui… Évidemment, il fallait qu’il choisisse mon mari.
        Or j’ai juré un jour qu’il ne déciderait ni de mes études, de mon métier, ni de mon choix de mari.
        Aussi je suis partie. Il pensait que je reviendrai. Il s’est trompé.
        Ça a été difficile pour moi car j’ai dû laisser derrière moi ma famille, mes amies, demander ma mutation… C’est difficile de fuir mais je l’ai fait.
        Ma mère est restée. Un de mes frères est devenu quasiment son serviteur qui l’admire.
        Je n’ai pas consulté de psy.. peut être que je devrais. Mais quel psy aller voir et pourquoi ? Est-ce qu’un psy pourrait m’aider à avoir confiance en moi ?
        J’ai revu mon père a la naissance de mon bébé : je suis sûre d’une chose… Je tiens à protéger mon enfant de cet homme qui détruit tout.
        Ça fait mal de se dire qu’on doit vivre loin de sa famille, mais c’est ce qu’il y a de mieux à faire pour notre survie.

    • Bonjour Nour,
      Je suis la fille unique d’un père pervers narcissique et comme toi j’ai vécu les mêmes souffrances. L’humiliation et le rabaissement, la dépression. Ma mère c’est séparée de lui alors que j’avais 7 ans et depuis cette âge j’ai appris à connaître qui était vraiment mon père. J’ai toujours voulu lui plaire même si tu le sais comme moi que c’est une cause perdu. Bref à l’âge de 21 ans alors que je vivais chez lui (victime de sa machination, son emprise) j’ai enfin pris conscience et nous en sommes venu pour la première fois au mains. Je ne me suis jamais vu dans un état de colère et d’hystérie à se point, même si depuis toujours il est le seul à me mettre dans des états hors de moi. En conséquence il a toujours fait comme si rien se c’était passé quelques heures après ou le lendemain de crise. Ducoup je me sentais comme folle et il me faisait culpabiliser de mes actes. J’ai fuit à l’autre bout du monde pour savoir qui j’étais dans le fond. Et depuis il m’a fait un appartement à côté de chez lui. J’ai aujourd’hui 29 ans je suis pas tout a fait guérit de tous ces traumatismes, j’ai toujours peur de lui mais quand je le voit je n’ai plus envi de lui plaire, donc ne suis plus en demande de son amour. Je prend ce qui met du matériellement, et ne lui paye aucun loyer malgré sa demande. Il a trouvé une autre victime à persécuté, et je me débarrasse de la souffrance des traumatismes du passé de ma solitude intérieure en consultant des thérapeutes et sophrologues. En vivant dans cette appartement je vis un véritable défis ! Mais je n’ai pas envie de lâché, je prend se qui met dû ! Et aussi tout se qu’il ne m’a pas donné. Je me perçois un peu comme un parasite qui reste incrusté à côté de chez lui et je répond toujours négativement à ces invitations et lui fait comprendre que je n’ai plus rien a voir avec eux. Je te passe tout les détails. C’est comme si je vivais une vengeance froide car dans le fond je suis toujours en colère contre lui. Mais aujourd’hui je comprend surtout que le plus malheureux c’est lui. Et qu’il ne connait pas la paix intérieure. Je te conseille donc de voir quelqu’un comme un thérapeute pour t’aider à t’aimer vraiment tel que tu es et à bien comprendre que ton père est en quelque sorte malade. Voilà j’espère avoir répondu. Soit forte, sache que tu peux le voir que quand tu es pleine d’énergie sinon évite tout contact. C’est toi qui décide se dont tu as besoin pour vivre !

    • J’ai vécu 10 ans avec un pervers narcissique et un jaloux maladif. Nous avons un enfant de 10 ans. Mon quotidien était fait de harcèlement moral, de culpabilité ( quoi que je dise ou fasse n’était jamais bien ) de rabaissement. Il a tout fait pour me faire perdre le peu de confiance que j’avais en moi et a réussi à me convaincre que je n’étais qu’une  » merde » ( désolée pour ce mot ).

      Pour le bien être de mon enfant j’ai décidé de le quitter et 3 ans après notre divorce je suis partie vivre à l’autre bout de la France pensant que la distance serait synonyme de paix.

      Il n’en est rien. Il culpabilise notre fille en lui disant qu’elle l’a abandonnée.

      Ces personnes sont comme la gangrène.

      J’ai hâte que ma fille soit majeure pour ne plus avoir aucun contact avec lui.

      J’aimerais pouvoir le haïr mais je me dis que la haine reste encore un sentiment alors je préfère le vomir.

      Si j’ai un conseil à donner aux personnes qui hésitent encore à franchir le pas, je vous dirai si vous avez la tête sur les épaules et des jambes pour courir, alors fuyez car il en va de votre survie et sûrement de celle de vos enfants.

      Ne craignez rien, vous allez être fort ou forte et vous allez vous en sortir sans lui.

      Le fait de quitter mon ex mari a été pour moi une Re Naissance. Avec ma fille nous avons réappris à rire, réappris à parler quand on voulait et de ce qu’on voulait, réappris à manger ce qu’on voulait, réappris à faire ce qu’on voulait ou tout simplement ne rien faire. Nous avons réappris à être nous mêmes.

      Le parcours n’est pas facile, il est semé de plein d’embûches mais ça vaut vraiment le coup.

      Je ne dis pas que ma reconstruction est faite, j’ai encore très peu confiance en les hommes mais je reste confiante.

      Alors à toutes et tous, courage, vous pouvez y arriver, vous en êtes CAPABLES.

    • Je répond sûrement un peu tard mais oui, j’ai déjà refait face à un parent toxique (ma mère) et ça a été de pire en pire. À chaque discussion, au fur et à mesure que je disais ce que je n’acceptais plus, elle devenait de plus en plus mauvaise avec moi, comme si je devenais son ennemie juste parce que je ne l’approuvais pas. Elle m’a dit des mots comme « tu es la pire déception ». Pourtant, je ne lui ai pas manqué de respect. Je lui ai juste expliqué que je devrais mettre de la distance tant qu’elle agirait de telle et telle façon. Eh bien, je ne reçois pas ses paroles: elle m’attristent mais ne me détruisent pas, parce que si je suis sur terre ce n’est pas pour lui plaire mais parce que Dieu l’a voulu. Un parent ne possède pas son enfant, il est seulement responsable de l’aimer, de l’éduquer. À chaque nouvelle discussion avec ma mère, j’ai senti qu’il fallait que je me protège encore plus d’elle et que je ne lui laisse même plus l’occasion de me parler. Vous n’exister pas pour lui, votre vie à de la valeur. Bon courage.

  9. 8 ans de vie commune, 2 enfants en bas ages, une voiture qui pourrit depuis 3 ans sur un parking, pas d’ emploi, pas d’ argent… et pourtant depuis Septembre j’ai décidé de lui dire le mot fatal séparation !
    Il me croit sincere… et il a donc sorti l’artillerie encore plus lourde…chantage de garde alternée, il coupe les vivres, menaces et blablatages habituels… je tiens bon…pas le choix ! Je suis habituée mais je fatigue, me lasse, le sommeil, la santé mais je tiens bon.
    J’en retiens quand meme que le pn gagne la plupart du temps en garde alternée…cela m’ mepeche d’ avancer ! Je ne veux pas perdre mes enfants ils sont ma force…
    J’ arrive à le contrer…pour l’ instant…il s’ est pris lui meme dans ses filets avec sa demande de logement.
    Meme si je le sens à 2 doigts d’ abandonner et de partir…il est trop calme…il prepare encooore quelque chose comme d’ hab…c’ est fatiguant.
    Mais comment décider d’ enclencher toutes les aides car j’en peux plus de lui, il m’ ecoeure et surtout d’ avoir les vivres coupés (argent…je ne gagne que 600 euros…) sachant que la vie et la santé de tes enfants vont se jouer sur un coup de poker au tribunal…c’ est inhumain quand on a besoin d’ etre aidé et soutenu…mes pauvres petits :/

    • Tien bon sur tout j ai vécu cette situation pendant des années Ses dur mes ils faut pensé à nos enfants courage

    • Tu n’es pas obligée de rester à 600 euros de revenus. Peut être t’a t-il fait croire que tu n’étais pas capable de plus. C’est un mensonge. Dis-toi que TOUT est possible et créé les meilleures conditions possibles pour tes enfants.

  10. Bj. Je ai vécu durant d année avec un homme qui me bâté , me rabesser , m insultes me manipuler , ect moi et mes enfants . À se jours je ne vis plus avec depuis plusieurs années il a jamais voulu reconnecter ses enfants , mes mon problème ses que après m avoir fait vivre un enfer , malgré que je ne le vois pas il continu , harcellement , injure , diffamation ect j ai porter plainte mais rien y fait . Il continu à insluter mes enfants et moi à nous dénigrer ect , il va même à la école de mon fils et le reçois chez Luis il Luis donne des grosse somme d’argent et Luis fait des cadeaux malgré qu’il a aucun droit et dépôt de plainte , mon fils quand il rentre à la maison m’agresse verbalement et m insultes , en me dissent que son père à raison je ses que ses mots ne son pas les sien mes se de son père vu que do père ma envoyé les même mots d insulte et que mon fils me sort les mes phrases , mot pour mot que sont père ma envoyé par SMS , je ses plus quoi faire , j en peu plus , je suis à bout , j ai peure pour mon enfants j en pleur la nuits , que faire , pour que il ouvre les yeux sur son père car ses une personne toxique et violente physiquement , que faire car j’estime que mon fils se mes en danger physiquement et mentalement , je ne veux pas qu’ il devienne comme son père aider moi svp

  11. bonjour,
    j’ai été victime d’un manipulateur ce qui m’a conduite à la dépression, j’ai démissionné de mon travail pour finir par tenter de me suicider…
    nous avons un garçon de 5 ans et je trouve qu’il commence à le manipuler que puis-je faire a niveau juridique…

  12. Bonjour, je ne suis pas un parent, juste une fille de 15 ans qui cherche à faire comprendre ses torts à son père.
    Je vis avec ma mère et mon beau-père en garde exclusive depuis seulement deux ans, les treize autres se sont passé en garde alternée. Si je n’avais pas fugué à plusieurs reprises, je serais sûrement encore en garde alternée. Je dois malgré tout encore le voir, un samedi sur deux et seulement quelques heures.
    Mon père est… exactement comme toutes les descriptions que j’ai pu trouver du pervers narcissique, il évite les conversations, me rabaisse constamment, se fait pardonner en m’achetant toujours tout ce que je veux, utilise des témoins et fait passer ma mère pour la méchante et lui une victime d’un complot contre lui.
    J’aurais cru que son attitude changerait avec le nouveau jugement mais il reste comme avant et n’a pas peur de continuer parce qu’au fond… Il doit savoir qu’on ne saura jamais rien prouvé.
    J’ai parlé moi-même à une juge, à plusieurs psys, à des maisons qui aident les jeunes… Tous l’ont cru lui à part la juge qui devait être la seule à avoir un enfant pour voir ma détresse.
    Ma mère à vécu la même chose mais je dois faire comme si je ne le savait pas car si j’en parle, les gens penseront qu’elle me monte contre lui.
    Les manipulateurs seraient peu nombreux alors je n’ai aucune chance de tomber sur un policier ou un psy qui ai déjà vécu avec et puisse voir qui est vraiment mon père.
    Je cherche alors ici, sur internet pour trouver des moyens de lui faire perdre l’avantage et lui faire reconnaître ses torts. Je n’ai trouvé que la violence et toute la rage que j’ai en moi pour le faire taire mais rien n’y fait, il reste accroché à son idée de complot et va même jusqu’à inverser les rôles en me disant que « je dois redescendre sur terre » ou encore que « je n’écoute pas« .
    Je ne pense pas tenir comme ça, à chercher de quoi le déstabiliser, jusqu’à mes 18 ans.
    Si quelqu’un voit ce message et pourrait me mettre sur la voie, je lui serais vraiment très reconnaissante.

    • Bonjour Naya et merci pour votre confiance.
      Vous ne pourrez pas ouvrir les yeux de votre père car cela fait partie intégrante de sa problématique psychologique.
      Vous l’avez constaté, ce n’est pas lui qui est en tors selon lui, mais bien vous et les autres.
      Il en sera toujours ainsi.
      Par contre il y a peut être des choses à faire pour rendre ces obligations moins pénibles pour vous et peut être moins fréquentes.
      Si vous le souhaitez, téléphonez moi ou laisser moi un texto en me rappelant cet échange et votre age. Je tâcherai de vous faire quelques suggestions.
      Bon courage et bravo pour votre bon sens ! (06.43.43.15.79)
      Geneviève Schmit

      • Rebonjour,
        mon message est peut être inutile mais je me sentais un peu obligée de l’écrire pour ne pas vous laisser sans réponses.
        Mon problème s’est réglé d’une manière… Inattendue on va dire. En effet, c’est lui qui a fait les démarches pour ne plus me voir.
        Ce n’est que temporaire mais le temps qu’il demande pour que ça redevienne comme avant, j’aurais sûrement déjà 16 ans et ils ne pourront alors plus me forcer à le voir malgré un jugement.
        J’ai parlé de ces messages à ma mère peu avant de recevoir les papiers au sujet de la demande de mon père, je n’ai donc pas vraiment eu le temps de vous répondre et je n’en vois plus l’utilité maintenant. Je vous remercie malgré tout pour l’aide que vous étiez prête à me fournir.
        Et je tiens à dire aux possibles personnes qui liraient ça que oui, j’ai été méchante, j’ai crié sur mon père et j’ai imité son mauvais comportement pour en quelque sorte le pousser à bout pour qu’il comprenne, ce qu’il s’est passé au final, mais si ça à marché avec moi, je ne conseille à personne d’autre d’agir ainsi car ça ne pourrait qu’aggraver la situation, de mon point de vue en tout cas.
        Voila, désolée pour ce long message pour si peu.

    • Moi c’est ma mère qui est pervers narcissique. Continue tes démarches en justice, demandé à ne plus le voir, mais sans qu’il le sache. Et ne cherche surtout pas à lui faire reconnaître ses tords, c’est peine perdue et pire: c’est te faire souffrir toi-même. Réponds simplement par la vérité à ses mensonges : j’ai bien les pieds sur terre, tout va bien pour moi, mais évite les discussions avec lui. Le mieux serait de sortir voir des amies quand tu es chez lui, ou faire du shopping… tout ce que tu peux pour l’éviter. Et patiente. Bientôt tu pourras choisir de ne plus le voir.

  13. J’habite en Moselle, à …. Je souhaite connaître une adresse d’avocat pour me guider et conseiller après ma récente séparation avec un PMN. Nous avons un fils de 15 ans.
    La situation est extrêmement compliquée.
    Merci par avance.

    • Bonjour,

      Si vous avez besoin de coordonnées contactez moi directement par texto.
      Veillez aussi à ne jamais laissé votre nom complet et lieu de résidence sur un blog lisible de tous …. Il vaut mieux rester très prudent !
      Je me suis permise de les retirer.

      Bon courage, Geneviève Schmit

  14. Bonjour,

    J’ai vécu 4 ans avec quelqu’un de très toxique. tellement toxique que je me demande comment elle fait pour etre encore dehors sans suivi. Elle a failli detruire ma vie. je l’ai quitté il ya 3 ans. J’ai eu un enfant avec elle.

    Bien sur depuis que je l’ai quitté, elle n’a eu de cesse dessayer de detruire ma reputation aupres de son entourage. Cela ne m’a pas vraiment atteind car en partant jai changé completement de vie et on ne cotoit plus du tout les meme personnes.

    Aujourdhui, elle se sert de notre enfant. Vivant en france, comme vous devez le savoir, la justice donne la garde de l’enfant à la mère dans 95% des cas. Mon enfant vi donc avec sa mère et je n’ai qu’un droit de visite. Elle a instauré une relation malsaine et exclusive avec mon enfant. Déjà quand on vivait ensemble elle faisait tout pour que j’ai le moins de contact avec notre enfant. Parfois je ne pouvais meme pas l’approcher sans risquer une crise.

    Aujourdhui que je l’ai quitté, elle aliène notre enfant contre moi. Elle fait tout son possible pour compliquer mes moments de garde. Soit elle ne presente pas notre enfant au rdv soit elle essaye de mappeler au telephone pendant mes jours de garde pour m’empecher detre tranquille avec mon enfant.

    De plus, elle a reussi a rendre l’enfant dependante d’elle, de sorte que quand notre enfant est chez moi il reclame sa mère. mais ce nest pas de façon naturelle comme dans une relation normale mère/enfant. En fait, on sent qu’émotionnellement, l’enfant est mal sans elle, comme une dépendance. Sans parler de tous les mensonges qu’elle raconte a un enfant de 5 ans en me descendant constamment devant mon enfant.

    J’ai peur qu’elle le detruise. Je l’ai signalé au juge, j’ai demandé une expertise psychologique, qu’elle a aussi perturbé en ne présentant mon enfant le jour ou je devais passer devant le psy avec lui. Elle a reussi a manipulé aussi le psychologue qui n’a rien compris et n’a pas vu ses troubles.

    Je n’ai aucun moyen de prouver la nocivité de cette mère pour mon enfant vu que le psychologue s’est fait aussi manipulé.

    Comment faire, comment reagir, comment atténuer leffet de cette mère toxique sur mon enfant de 5ans. Jessaye dexpliquer à mon enfant à chaque fois quil me dit, « papa, maman m’a dit que cest elle qui m’a tout acheté dans ma vie », ou « papa maman m’a dit que tu es sal, ou tu es un voleur ». J’essaye dexpliquer à l’enfant que cela est faux mais malheureusement il est completement sous l’emprise de sa mère. Je ne sais pas quoi faire. Je ne sais pas comment reagir. Je me retrouve tellement dos au mur que j’en pleur, je menerve, parfois je meloigne de mon enfant a cause de la peine que ça me cause de le voir me dire, » moi je veux rentrer chez maman » .

    Je ne sais pas comment reagir. le pire cest que je sais qu’elle est en train de detruire la personnalité de mon enfant en l’empechant de grandir, par exemple en le forçant a avoir des comportements de bébé malgré ses 5 ans etc.

    Comment réagir face à cela? j’ai besoin d’aide…

  15. Bonjour,
    À 27 ans j’ai reçu le choc de ma vie en découvrant que ma mère est un monstre sans cœur….une phrase de sa part qui a eu l’effet d un coup de poignard ds le cœur (croyez moi la sensation est bien réelle) et qui a declanché une réaction en chaîne où d un coup mon mal être, mes peurs, mes peines ….j’étais au fond du trou au plus bas de l’indignation
    Après les 2semaines de dépression qui ont suivies ce 21 mai 2014, durant les quelles j étais dépourvue d’énergie je n’avais même PAs la force de prononcer des mots, de manger, je restais allongée ds mon lit revivant le feed-back de ma vie en pleurant et en culpabilisant: je suis une bonne à rien, une ratée, sans oublier les reproches qui en pleuvaient de la part de ma mère qui restais devant l’entrée de ma chambre et l’insultait me rabaisser (j en ai encore des frissons en me rappelant l’expression de son visage et sa voix…)
    Grace a dieu (je concidére que ma foi m a aidé à tenir le coup ttes ses années et à avoir de l’espoir et positiver la vie, autrement je serai peut être devenue folle loll) Grace aussi à des amis bienveillants et des concours de circonstances (qui faisaient partie du plan de ma mère mais qui m’ont finalement sauvés la vie! ) j ai tout quitté (un poste important dans la fonction public, mon ex, mes amis, ma famille…) et m’installer ds un autre pays dont je ne connaissais pas la langue, je navais aucune famille aucun ami, j’ai juste décroché un voyage de langue pour 6 mois et j’ai pris ttes mes économies (1500€) avec les encouragements de ma mère qui ne se souciait que de son image, de son statut social m’obligeant à réussir et trouver ma place comme ses neuveux, pour l honorer elle et mon père … Ignorant l’existence de ce trouble psychique, je voyais tjrs en ma mère la femme bienveillante qui n est pas parfaite certes, qui a un caractère particulier mais c’est ma propre mère ….je lui ai signé une procuration pour régler mes papiers (ce qui etait une bêtise!!!) je passe les détails, mais aillant plus de liberté et devenue plus méfiante depuis ce qui s’est passé avant je commençais petit à petit a prendre des initiatives et décider de ma propre vie, je commençais à m’ouvrir plus aux autres et oser raconter ma vie (ce qui était interdit par ma mère, elle faisait tt pour nous isoler ma sœur et moi) des mois après je commençait à comprendre que ce que j’ai vécu n’a rien de normal, qu il y a un problème ….et venu après une période de culpabilité : pourquoi je n’ai rien vu venir avant, j’ai tjrs subi en silence? Pourquoi mon père n’a rien fait pour empêcher tt ça ? Comment est ce possible qu une mère fasse autant de mal et déteste autant ses enfants, sa propre chair ??? C’est inconcevable !!! Immoral illogique
    Comme je racontais tt a ma mère je croyais normal de discuter a elle sur ça je me disais qu elle était intelligente et comprendrais mieux les choses en essayant de réparer je lui ai dit que je lui pardonne tt et qu on pourrai s’aider pour un nouveau départ ce qui est évidemment une erreur car c’est devenu pire! Elle utilisais tt es arguments contre moi, et même de loin j’appréhendais tjrs ses appels je mettait des jours à m en remettre de ses paroles, de ses idées , ce n’est que quand j’ai décidé de dire stop de ne pas dépasser 1 min d’appel 2 fois par mois (et je raccrochais au bout d 1 min 30 Max!) et de ne pas me noyer ds les longs discours qui me vidaient de mon énergie, c’est à ce moment là que j’ai commencé à vivre à travailler normalement à avoir une vie sociale presque normale à prendre soin de moi (je ne connaissais même pas mes goûts et mon style vestimentaire lolll, j ose dire mnt que je suis belle , j’ose prendre un RDV chez l’esthéticienne, peut être que est des choses banales pourvous mais pour moi c’est une grande étape ds ma vie!!) donc croyez moi si vous êtes parents et que votre conjoint est PN n’hésitez pas à sauver vos enfants! Même si ils ne pourront jamais le comprendre car il ne l’auront pas vécu peut être ou vous en voudront tte leur vie d’être le parent méchant croyez moi vous leur sauverez la vie! Si vs avez le courage de leur parler ouvertement de les rapprocher plus de vous sans fuir faite le mais c’est risqué car le PN a des solutions pour tt ma mère me fais chantage ac mon petit frère que j’aime beaucoup elle lui fait du mal et d’assuré que j’ai bien saisi qu il souffre pour m’obliger a l’appeler et me culpabiliser , certes je me sens seule et j en pleure souvent j’ai un travail un projet, des amis fantastiques….mais quand je rentre chez moi, ce sentiment d’orphelin sont les parents sont tjrs vivant, je suis coupée du reste de ma famille à cause de ma mère car elle raconte des mensonges, j’ai du coupé les pont en me reconstruisant donc j’ai coupé involontairement lespont ac mes anciens amis …ce sentiment de solitude d’abandon et de lutte pour trouver sa place est horrible mais c’est ainsi, je profite pour réaliser mes rêves tt ce que je me suis privée des années …..
    Dslée pour ce long message… J’ai tt de même une question…il y a qlqs temps j’ai rencontré un homme merveilleux adorable qui m’aime vraiment et pour la première fois je me sens bien ac lui je suis en sécurité je peux lui faire confiance ce que j’accorde rarement aux autres et qui me fuient après un laps de temps ….n ayant pas une expérience en l’amour ayant peu reçu de ma famille j ai du mal à m exprimer ac lui à lui montrer mon amour….il est très compréhensif il m’aide vraiment à exprimer mon amour (ce qui est une épreuve pour moi, le je t’aime était tabou à la maison ) j’ai peur de le perdre de faire un faux pas et le faire fuir, je ne sais pas si je survivrai encore à un coup comme ça donc j hésite ac lui et il n’aime pas ça il crois que je ne lui fais pas confiance! S il vous plait si vous avez des conseils aider moi je veux vraiment m en sortir j’ai besoin de son amour pour survivre et j ai besoin d’avoir une famille!
    Merci

    • Coucou Mélissa,

      Je ne réponds jamais a des témoignages ou autres mais le je me sent le devoir de le faire 🙂
      Ton message m a bcp touché…
      J ai vécu avec un PN et j ai eu une petite fille avec lui. Elle a 7 ans aujourd hui et j ai quitté son père quand elle avait 2 ans et demi.
      Aujourd hui j ai refais ma vie avec un homme formidable. Et j ai eu un petit garçon.

      Ton histoire me parle car avec mes parents ce fut très très difficile ( pas de père car parti quand j avais 6 ans et ma mère qui m a toujours dévalorisée.)

      Je suis aujourd hui dans le développement personnel et ça m a énormément aidée et je sais faire ce qu il faut quand il le faut 🙂

      Alors je ne peux que te conseiller soit de te faire coacher par un coach de vie ou un Therapeuthe .

      Aujourd hui je suis coach (depuis peu fin janvier ) et je suis suivie par un Therapeuthe pour réussir et m en sortir et surtout me déprogrammer ….

      Alors si ton chéri tu le sent bien… Vas y fonce et ne laisse pas les doutes t envahir….
      Vis l instant présent et ne te pose pas de questions et ne laisse pas les doutes ( de ta programmation d enfance ) tout foutre en l air.

      Trouve un bon coach et /ou un bon thérapeute pour t aider…

      Et n hésite pas a te forcer a dire les choses au début car tu verras qu en fait ça passe comme une lettre a la poste…
      Il fait que tu reprennes confiance en toi et tu verras qu après ta mère en sera déstabiliser ….
      Et tu pourras retrouver tes liens… Car les rompres c est donner raison a ta mère….

      Je te souhaite pleins de bonnes choses et vis vraimet ta vie pour toi….

      Et un conseil : ne donne plus de news a ta mère….

      Bisou floflo

  16. Bonjour,

    Depuis maintenant 4 ans je suis étouffé, emprisonné même je dirais enchaîné à un PN et cela classique pas mon fils de 3 ans et demi.

    4 annés de tromperies, de mensonges, de dégradations inutile et même pas justifié. Exemple on regarde la télévision et s’il me prenait de lire à voix haute des sous titre ou autre j’avais je droit à un critique du genre (AH!tu sais lire bravo!!!!), quant on avais une conversation si je peut appelé cela comme sa, dés que j’ouvrais la bouche c’étais des « ah c’est super intéressant » bien sure avec un sarcasme à peine dissimulé ou bien des petites réflexions sur mon poids au début de la relation qui on vite tourné a de la méchanté gratuit du genre arrêt de courir avec ton bas de corp de rhinocéros et les cris incessant qu’il avait envers notre fils, il étais incapable de jouet comme un père digne de ce nom.
    Aujourd’hui il veux une garde alterné mais je sais trés bien que c’est jute pour me pourrir un peu plus qu’il la déjà fais,
    sachant qu’en 3ans et demi il a du me donné allé 500 euro tout compris.

  17. Je suis séparée depuis quelques mois d’un PN.
    Je le soupçonne d’exposer ma fille de 3 ans à de la sexualité ou à abuser d’elle.
    Que puis je faire pour le stopper?
    La justice a besoin de preuves mais je n’ai que les propos de ma fille, ce qui n’est pas suffisant.
    Je veux qu’il nous oublie.
    Est-ce possible?

  18. Être coincé entre deux..
    Vouloir protéger ses enfants mais les jetter aussi  » dans la gueule du loup » car ils ont besoins de leur mère et de leur père.
    Le père ne les prends pas les week ends ( sans avertir et sans aucune escuse bien sur ) ne paye pas la pension et quand arrive les vacances je dois échanger mes semaines sinon monsieur ne prend pas les enfants et par conséquent c’est de ma faute (encore une fois !)
    Monsieur tout lui ai du si je ne cède pas a ses caprices il ne me laisse pas tranquil et sa peut durer 1 mois ou 2 avec après un petit temps de calme jusqu’au prochain caprice.
    Je me sens donc obliger de céder pour avoir la paix !

    • Bonjour,

      Je vais me permettre de répondre à Ali : soyez contente qu’il ne prend pas les enfants, si il existe un jugement à chaque fois que fois qu’il ne vient pas les chercher aller à la gendarmerie faire une déposition, demandez leur le numéro de PV et gardez dans un dossier la date et le numéro. Un jour vous en aurez peut être besoin et cela sera un plus pour votre dossier.
      Un pédospy m’a dit un jour il vaut mieux un parent mort qu’un parent destructeur alors permettez moi de douter sur le fait que vos enfants ai besoin de leur père….

      Jouissez du bonheur d’avoir avec vous vos enfants, car les PN utilisent généralement les enfants pour détruire la mère et ils détruisent les enfants car ils ne sont que des faire valoir.

      Ne lui refusez pas de les prendre car sinon il les voudra.
      Parler à vos enfants, montrez leur la vérité de la situation même si cela doit les peiner, ils doivent comprendre apprendre car il se peut qu’un jour ils soient confrontés à la destruction ou manipulation et ce jour là il ne tomberont pas des nu. Ils seront un peu armer face à tout cela.

      • je suis d’accord avec « ne lui refusez pas de les prendre », la contre manipulation, plus vous refuserez de présenter vos enfants, plus il les voudra, non pas pour les enfants mais pour vous embêter.

        J’ai été dans cette situation et j’ai contre manipulé, un jour, il m’a averti à la dernière minute, qu’il ne prendrait pas les enfants, au fond de moi, j’étais contente, soulagée, mais j’ai prétendu que j’avais des choses de prévu, sorties avec des copines, et je suis mm allée jusqu’à insister pour qu’il prenne ses enfants. Et bien ça l’a destabilisé, il ne les a pas pris et de plus il les a de moins en moins pris jusqu’à ne plus les prendre du tout…J’ai été tranquille avec cependant une épée damoclès, car jugement droit de visite et autorité parentale. Au bout de 4 ans il a réapparu a souhaité reprendre ses enfants, qui sont retournés chez lui, j’ai même facilité cette reprise de contact. Au départ cela se passait bien, Monsieur avait une compagne, était dans la séduction, j’ai laissé les choses se faire mais très vite, quelques mois, les enfants sont revenus des week end perturbés par les agissements de leur père (cri, critique de ma famille, et j’en passe). Ils en avaient peur. J’ai demandé un passage en référé avec un dossier béton (attestation de psychologue, attestation des écoles…)les enfants ont été auditionnés, j’ai eu gain de cause, les enfants iront chez leur père lorsqu’ils le souhaiteront, inutile de vous dire qu’ils ne veulent plus en entendre parler. Il a tout perdu…donc courage, et patience…conservez tout ou un max de docs, car le PN ment mais moi j’ai réussi à prouver ma bonne foi et démontrer son fonctionnement. Merci à mon avocate, merci pour mes enfants…

        • Bonjour, je suis divorcée d’un pervers narcissique qui me fait la vie impossible.
          Maintenant il utilise le plus faible de mes fils pour me faire du mal et parfois j’ai l’impression qu’il parle à travers lui.
          C’est un cauchemar.
          Vous avez parlé d’un avocat et de psychologue, vous habitez en région parisienne?
          Pouvez vous me donner les noms?? M
          erci. Je veux sauver et aider mon fils, mais il ne m’écoute pas…mon aîné me dit que son père parle mal de moi avec intelligence pas directement mais en plaçant des petits mots….

          • Bonjour,
            Je puis vous aider au niveau du comportement à avoir avec votre fils pour tenter de l’aider au mieux.
            Je puis aussi vous donner des coordonnées d’avocats.
            Pour cela, envoyez moi votre demande par texto au 06 43 43 15 79
            Je ne donne jamais de noms sur les forums.
            Merci pour votre compréhension, Geneviève Schmit

            http://soutien-psy-en-ligne.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *