Sexualité du pervers narcissique

De nombreux témoignages sont venus confirmer mon intuition personnelle concernant la sexualité du pervers narcissique.

J’ai pu observer une très grande propension aux déviances sexuelles essentiellement de type masochistes ou dominantes.
Leurs déviances peuvent se révéler lors de la rencontre avec sa victime et peuvent être totalement ignorées de l’entourage légitime.

Le déséquilibre du manipulateur pervers vient ici s’exprimer encore plus librement avec le « consentement » actif de sa victime.

En écoutant ces témoignages et en analysant ce que j’ai pu personnellement vivre, j’en viens à me demander si le pervers narcissique ne règle pas ses comptes avec sa mère dans le secret de la relation perverse avec sa victime afin de préserver son image de fils parfait, d’équilibre, voire de retrait auprès de sa famille officielle.
Il semble qu’il y ait une escalade dans les besoins sexuels du pervers narcissiques puisqu’il n’arrive jamais à régler ce conflit intérieur.
Il lui en faut toujours plus, et il en exige toujours plus de la part de sa complice involontaire.
Cette escalade peut aller jusqu’à des actes incestueux que je constate hélas de plus en plus fréquemment dans ma patientèle.
Là encore, on peut retrouver un conflit intérieur, un œdipe peut-être non résolu, qui tente de s’exprimer par des actes impardonnables.

Sous l’emprise du pervers narcissique, et pour conserver le lien puissant qui la lie à lui, la victime va réellement devenir « complice » et peut même devancer, stimuler, participer activement à ses caprices sexuels.
La victime risque d’avoir l’impression de ne jamais en faire assez, ou de ne pas être assez douée pour le satisfaire. Situation dont il tirera profit pour exiger encore plus.

J’ai eu le témoignage de cette femme, K, dont l’amant pervers narcissique l’avait entraîné à vivre des relations échangistes et d’un exhibitionniste extrême allant s’exprimer des lieux improbables. Il exigeait d’elle des relations dans son lieu de travail (une classe de cours), imprimant ainsi tout son parcours de vie de son empreinte indélébile.
Il s’amusait également à créer des situations où sa femme légitime, son ex amante et K se trouvaient ensemble, avec lui…
Où ce psychopathe, L, qui, aux yeux de sa femme et de ses amis, est un « impuissant » notoire, n’ayant aucun goût pour la sexualité, mais qui, avec sa victime devenait insatiable et provoquait des situations aussi burlesques que scandaleuses afin de pouvoir assouvir ses pulsions. Même sur son lieu de travail, observant au travers d’une vitre sans teint les clients, tout en sachant sa femme et ses fils dans la voiture familiale à dix mètres de là, en train de l’attendre pour se rendre à l’office religieux, et se « libérer » comme un gosse qui fait une bonne farce.
Où celui-là qui assène à sa victimes des insultes dévalorisantes mais est aussi dépendant d’elle qu’elle ne l’est de lui.

Étonnant système de co-dépendance qui rend encore plus difficile la libération.
L’un est addicte de l’autre et inversement.

Nous pouvons retrouver régulièrement une contradiction dans le fait de se mettre en danger dans des situations limites et également de mettre en place des stratagèmes incroyables pour couvrir leurs mensonges.
Comme si le pervers narcissique voulait que tout explose, à son insu, afin de n’avoir plus à se cacher.
Incapable d’assumer sa réalité, il semble mettre en place des situations, actes manqués, faisant courir le risque d’être finalement découvert.
Pourtant, c’est son pire cauchemar!

Si l’image du pervers narcissique tombe, sa vie même s’écroule !

Or, un pervers narcissique en danger peut devenir imprévisible et réellement dangereux. Il peut même tuer pour préserver ce qu’il peut appeler son » honneur »!

Et en même temps, il ne semble pas capable de l’assumer son mensonge sa vie durant.

Lire l’article développé La sexualité chez le pervers narcissique

.

Geneviève Schmit - Experte dans l'aide aux victimes de manipulateurs pervers narcissiquesGeneviève Schmit, experte dans l’aide aux victimes de manipulateurs ou manipulatrices perverses et narcissiques.

Laissez moi un texto sur le 06 43 43 15 79 ou allez directement sur mon agenda en ligne dans le site:  Soutien Psy en Ligne

.

.Vous pouvez décider maintenant de reprendre votre vie en main. Cela commence par ce choix !

© Geneviève Schmit 
Toute reproduction, même partielle est interdite sans l’accord de l’auteur

 

42 Commentaires

  1. Bonjour,
    Tout est vrai. Avec lui, bien qu’il soit mon mari (MPN), je ne connais pas, et je n’ai aucune notion de plaisir. Il me viole CHAQUE soir, même si je ne le peux pas. Il ne me baise pas. C’est lui qui décide quant et combien de fois, sans jamais me demander mon avis. Il ne s’intéresse qu’à soi, et pourtant il n’est pas satisfait!

  2. Bonjour.

    Je viens vers vous pour savoir si je suis un PN. J’espère évidemment que non mais j’ai mal agi avec ma compagne le weekend dernier et je crois qu’elle veut me quitter malgré mon sms d’excuses. Le problème était qu’on n’avait pas fait l’amour depuis plus de 2 semaines et comme nous ne vivons pas ensemble et qu’on se voit seulement une fois par semaine, le weekend dernier était « le moment ou jamais » car après il aurait fallu attendre encore 2 semaines… Pour moi m’abstenir pendant 2 semaines est déjà dur alors un mois entier… Donc le weekend dernier au moment où on pouvait enfin le faire, elle n’a pas voulu car elle était fatiguée. Je le lui ai reproché car pour ses amis elle peut veiller jusqu’à 6h du matin mais quand il s’agit de moi elle est tjrs fatiguée. Et on ne pouvait faire l’amour que dans la nuit de samedi à dimanche (elle voulait remmetre çà à dimanche matin mais c’est évident qu’on l’aurait pas fait car elle se lève tjrs à midi et il y a du monde chez elle). Alors quand elle m’a dit « demain matin », j’ai mal réagit et je suis allé me coucher. Elle a essayé de me retenir par mon pull mais je lui dit « lâche moi stp ». Quand elle m’a rejoint dans la chambre pour m’expliquer qu’elle était juste fatiguée j’étais si contrarié que je lui ai dit « non mais c’est bon reste avec ta libido de merde, bonne nuit! ». C’est la 2ème fois en 18 mois de relation (pile 1 an et demi aujourdh’hui) que je m’emporte à cause d’une frustration.
    Pour me faire plaisir elle a accepté qu’on le fasse et je lui en suis reconnaissant mais je crois que ce que j’ai dit sur sa libido l’a vraiment blessé. Je me suis excusé immédiatement puis le lendemain aussi. Et hier soir je lui ai renvoyé un sms sans qu’elle le demande car je me sentais vraiment minable et égoiste de l’avoir « forcé » et de lui avoir manqué de respect. Je m’en veux tellement.

    Bref pour en revenir à la sexualité d’un PN, je me demande si j’en suis un car c’est vrai que je lui demande souvent des choses qu’elle ne veut ou peut pas faire. Ce n’est pas dans la dominance, c’est juste des posistions que j’aime et qui sont classiques mais elle ne veut pas car elle a peur d’avoir mal à cause de sa vestibulite (douleur au vagin). Au contraire j’aimerais même qu’elle me domine un peu, qu’elle soit plus entreprenante.

    Il est vrai aussi qu’il m’arrive de lui mentir et d’enjoliver un peu ma situation car j’ose pas lui dire que j’ai du mal à tourver un emploi fixe. De son côté elle me ment souvent en disant qu’elle n’est pas dispo à cause de son travail alors qu’elle va voir ses amis en réalité. Quand j’essai de discuter avec elle comme dimanche dernier pour essayer de la comprendre, de la déculpabiliser sur son indépendance, elle en a marre. Et comme j’ai souvent besoin de parler avec elle ces derniers temps car je sens qu’elle m’échappe avec sa distance, ca fait boule de neige et elle s’éloigne encore plus.

    Qu’en pensez vous, je suis un PN, on est peut etre tous les deux des PN ?

    Dimanche dernier je lui ai dit tout ce que j’avais sur le coeur, mes angoisses qu’on ne soit pas compatible en tant que couple, qu’elle se lâche au lit avec un autre homme que moi dans le futur si un jour on s’aimait plus etc.
    Je crois que là j’ai vraiment tout gâché. Elle n’a pas répondu à mon sms d’excuses sincères d’hier soir alors que d’habitude elle m’écrit toujours au moins un petit bonne nuit. A force de lui prendre la tête à lui parler et surtout à cause de mon dérapage de la nuit de samedi, je crois que j’ai perdu pour de bon. Elle doit être en train de cogiter et de se demander si elle veut arrêter j’en suis sûr.

    Pourquoi est-ce que je suis aussi nul, aussi bête ? Chaque fois que j’essai d’arranger les choses je m’enfonce, je fais tout à l’envers ! Et maintenant je vais la perdre d’ici quelques heures, je suis comme un condamné qui attend l’éxécution 🙁 Pourtant je vous jure que je l’aime j’ai jamais voulu lui faire de mal jamais. J’ai toujours été prévenant et attentioné avec elle, j’ai fais en sorte de ne pas l’étouffer, la laisser respirer, mais parfois je craque car j’ai besoin d’un peu plus de présence et de moments intimes c’est tout 🙁

    Est-ce que c’est pardonnable ce que j’ai fait ? Est-ce que je suis un foutu pervers narcissique ? J’ai besoin d’aide 🙁

  3. Bonjour Geneviève

    je m’appelle Laurence Bernardi et je suis la fille d’un pervers narcissique français, qui m’a enlevée à ma mère brésilienne lorsque j’avais 4-5 ans.
    Je précise que ma mère a été victime d’inceste qui la pousse à l’aveuglement sur beaucoup de choses, et que malheureusement elle a subi aussi toutes les choses que vous décrivez…
    Je raconte mon histoire sur mon site « energievitale16 » sur Jimdo (mon autobiographie : « Le Cri du Coeur » peut être lue tout à fait gratuitement en pré-publication ).

    J’avais 2 questions :
    1 – Puis-je vous emprunter des extraits de votre excellent article (qui confirme ce qui s’est passé dans ma famille) pour illustrer mon histoire ? Je citerai la source, bien sûr
    2 – Comment puis-je faire pour m’en sortir ensuite psychologiquement ? Je me suis enfuie de la maison paternelle à 17 ans, après des années d’enfermement, de mauvais traitements, de manipulation, de coups et d’injustice.
    Depuis c’est très dur car je vis avec tous ces mauvais souvenirs, dont je n’arrive pas à me défaire …
    Tout le reste de la famille ferme les yeux, ils croient à son masque, ne le voient pas comme il est vraiment, et quand bien même on leur dit qu’il nous frappait, ils disent « oh, t’es bien garce, quand même, c’est ton père ! » Connards…
    Je ne vois plus personne de ma famille, blessée par leur incompréhension et leur manque de respect et d’empathie…
    Même ma mère, que j’ai rencontré à 21 ans en allant au Brésil, l’idéalise toujours, elle n’a toujours pas vu qui il était réellement, malgré tout ce qu’il lui a fait !
    J’ai été dépitée quand je m’en suis rendue compte… Elle a toujours les yeux qui brillent quand elle parle de lui, sourit niaisement, bien qu’elle raconte des anecdotes beaucoup moins sympathiques à son sujet …
    Mais le déni est toujours là, chez elle.
    Du coup je porte cette vérité quasiment seule, et c’est très lourd car je ressens beaucoup de colère encore face à toute cette injustice …
    Je pense (j’espère !) que le fait de témoigner et de tout dire sera pour moi libérateur !
    En tous cas je le fais car ça me semble très important.
    J’invite donc toute personne intéressée par un témoignage d’enfant de PN à lire mon histoire, et si vous voulez, à en parler avec moi …
    On parle souvent des victimes compagnes/ons de PN, je pense qu’il serait très intéressant de plus voir encore ce que ça fait quand c’est un de vos parents, et qu’en plus, comme ça a été le cas pour moi, il gagne et « tue » quasiment l’autre parent aux yeux de leur enfant, dans une vengeance ultime…
    C’est très dur de se construire une vie saine quand ce type de parent a été votre seul modèle…
    Heureusement qu’à l’adolescence j’ai eu des éclairs de lucidité qui m’ont fait comprendre qui il était et m’ont donné la force de m’enfuir…
    Tout ce que j’espère, c’est arriver maintenant à surmonter tout ça pour construire une vraie vie d’adulte heureuse malgré ça …

    Je vous embrasse Geneviève, merci pour votre article et tout le travail que vous faites pour arriver à nous libérer de ces malades destructeurs.
    Belle continuation…

    • Bonjour Laurence,

      Je vous remercie pour la confiance que vous m’accordez par le partage de ce témoignage.
      Vous pouvez bien évidemment me citer si cela vous convient, en mettant mon nom et le lien vers mon site: Soutien Psy en Ligne
      Pour ce qui est de la reconstruction, j’en parle beaucoup dans mon propre livre que je vous invite à lire.
      Par contre, je ne peux vous expliquer cela en quelques lignes….
      Prenez un ou deux rendez-vous pour une consultation à distance si vous le souhaitez.

      Un grand merci encore pour votre témoignage qui en aidera, j’en suis certaine.

      Bon courage, Geneviève Schmit

  4. Manipulée par un acupuncteur
    ai vécu une relation sans amour
    vis le syndrome de stockolm.
    ne peux le rappeler car ai subi menaces de sa part
    mais je souffre même si je le sais toxique et incapable de me donner de l affection veritable
    Aidez moi a me raisonner.

    • Ai réussi à me raisonner et à comprendre le comportement de l un et de l autre
      je lui pardonnes car responsable auto que lui

      • Pas responsable du tout après réflexion
        manipulation
        hypnose conversationnelle.

        • Je n ai jamais su appliquer le no contact.
          Et j ai toujours eu cette dépendance à lui envoyer des messages soit de haine ,de colere,essayant de lui faire comprendre ma souffrance de n être qu une poupée à qui il ne donne pas d affection sauf quand il veut que je revienne.
          Au bout de 4 mois sans aller le voir, me voici repartie dans son lit .Avec souffrance et culpabilité d être infidèle et d être dépendante d un homme qui ne m apporte rien si ce n est le plaisir de me sentir désirable l espace d un moment.
          D autant qu il n y a pas de prélémentaire,ni de tendresse.
          Et que l ascéion d’as ses demandes est imminente.
          Comme beaucoup la sodomie est au coeur du problème
          je ne veux absolument pas de ce genre de rapport de soumission et de souffrance.Il est dominateur ,est en demande constellation qu on lui rappelle sa vigueur ,ss virilité ,sa force et lui dire combien on jouir dans ses bras.
          Aucune discussion possible sauf sur le sexe.
          Et pourtant est très instruit et intelligent.
          je ne retrouve plus l acupuncture charmant d avant consommation.Mais je ne peux me défaire de son emprise.
          je me suis rendue malade de ma mauvaise conscience
          je suis sous sous anxiolitiques et je souffre physiquement et moralement quand je ne le vois pas.
          Je n ai pas eu assez de force pour persévérer d autant que jf me sens plus joyeuse lorsque je reçois Dew messages .Il n à jamais bloqué ma ligne alors que l innondais de sms de toutes sortes.Et il prit plaisir à mon mal etre ,à mon désir de mourir,au problème dd mon couplé.le fait de me savoir mal ou en colère le faisait jouir.
          Que faire quand on manque de volonté et que l on met son couplé (époux adorable)en danger.
          Mon mari est persuadée que je subis l hypnose conversationnelle,la manipulation voire même la magie noire.il nf me reconnaît plus et il est vrai que je suis en larmes et triste quand je décide dd nf plus le voir .
          Comme si par l intermédiaire d une force occulte ,il me punissant.
          nous avons fait le rapprochement et cela est stupéfiant.
          Son emprise est plus forte depuis que je lui ai envoyé une photo récente.Bizarre.je ne suis pas fière d être sois son emprise et d avoir ce désir.

        • N ai pas réussi à appliquer le no contact.
          il faut toujours que je lui envoie des sms de haine ou d amour ou de colereou de regret.
          mais je retourne le voir même si je ne lui sert que de poupee à qui il ne donne pas d affection.
          il a plaisir à me faire souffrir moralement et tente de me persuader de relation à type de soumission .j ai toujours refusé la sodomie et cela le frustré .il me travaille le mental afin que j accepté .
          ke ne sais pas me détacher de cet homme quitte à mettre mon couplé légitime en péril et que mon époux est charmant.
          Que m arrive t il pour être aussi addict
          au point de souffrir le martyr lorsque je ne l ai pas vu pendant 3mois.

          • J ai enfin mis un terme à cette relation toxique
            Je ne l ai pas revu depuis le 23 mars .
            Je lui ai envoyé qqs sms .
            il me manque.le temps n atténue rien.Et ce n est pas de l amour que j éprouve.
            un vide immense.je pense que je me suis servi de lui comme il l à fait avec moi.
            Je voulais qu il me sauve de moimeme.
            je voulais qu il comble ce vide inhérent à tout être humain.
            Il le savait .Et c est pour cela que je retournais le voir.
            Avec l espoir d échapper à moimeme et ma vie .
            En somme je peux dire qu il m à aidé avec bcp df souffrances,à prendre conscience que personne ne nous sauve.personne.nous devons apprendre à vivre avec notre solitude.
            Lui continue son bonhomme de chemin avec d autres proies de rechange.Il se noie ,se saoule de sexe pour combler son grand vide intérieur.Car il est vide.
            Et c est bien ça le problème.

  5. Bonjour,
    J’espère ne pas être trop longue.
    Il y a 7 ans, j’étais mariée à un homme qui me trompait depuis le début de notre relation. Je me suis laissée séduire par un homme qui avait toutes les qualités : compréhensif, gentil, jovial, très sociable, chef d’entreprise hyper actif et reconnu (même domaine que moi), adorable avec ma fille ,… Bref le prince charmant sur son beau cheval blanc ..
    Je divorce, nous entamons une relation très fusionnelle, j’étais indépendante,je quitte tout et rejoins son entreprise.
    Le paradis entrecoupé de très grosses disputes. Le sexe qui au début selon lui etait génial devient vite un très gros problème, je m’occupe de lui comme d’un étranger, je ne sais pas y faire , je ne le satisfait pas … Ayant été trompée, je ne veux pas revivre la situation et trouve des « solutions » … Relations à trois avec des prostituées, puis libertinage , un peu, beaucoup , tout le temps … Quasi nos seules sorties, nos seuls sujets de discussion … Puis libertinage tout seul , puis il voudrait pouvoir draguer des femmes non libertines, les ramener chez lui, passer la nuit avec elles … A la longue, nous n’avons plus de relation intime (nous n’avions quasi jamais fait l’amour, il ne m’embrassait pas) .. Parallèlement à ça, il est phobique a plein de choses, en depression et je gère le bureau quand il dort les après midi … Pour ce qui est du logement, nous avons essayé d’habiter ensemble 2 ans mais il a trop besoin de solitude donc on habite de nouveau dans nos maisons respectives …
    La violence ? Ha oui … Outre les remarques à longueur de journee me montrant bien que je ne le vaux pas, les insultes (« ferme tu gueule de pute » est une des plus gentilles), les douches froides et les coups quand « rien d’autre ne te fait arrêter de me dire des saloperies » …
    Bref , aujourd’hui , nous ne faisons plus l’amour et c’est ma faute car je ne suis plus désirable (sans vouloir me jeter des fleurs il paraît que je suis une belle femme) mais il veut quand même du sexe, nous ne partons plus en vacances car il n’aime pas ça alors qu’il sait que c’est un besoin chèz moi, il commence à me mettre dans la tete que travailler séparément sera meilleur pour nous (il garde tout de qu’on a en cours et je fais autre chose) … Et j’en passe …
    Je voudrais juste savoir …
    J’ai 44 ans, je me sens laide, sans intérêt , sans objectif , et je suis sous anxiolytiques car je ne gère plus mes angoisses …
    Alors deux questions
    Est-ce possible d’être devenue aussi repoussante ? Je vis très mal de me sentir non désirée par un homme qui a envie de toutes celles qui passent …
    Je sais que ce que je vis n’est pas normal , mais quelle est ma part de responsabilités ? Que puis je faire pour que notre relation redevienne « normale » ? Et si c’est impossible, pourquoi je reste ?
    Je vous remercie d’avoir tout lu , et encore plus si vous avez des réponses à mes questions car mon entourrage ne peut plus rien pour moi …

    • Bonjour,

      Serait-ce si valorisant pour vous de vous sentir désirée d’un malade sexuel ??
      Votre « relation », qui d’ailleurs n’est de sa part qu’une « consommation », ne sera JAMAIS normale !!
      Il est déviant sexuel et a de gros problèmes personnels à régler, or, il n’est pas difficile d’imaginer que jamais il ne prendra sa vie en main.
      Quant à la raison pour laquelle vous restez, elle vient de vous… de votre dépendance affective, de votre addiction. Il ne s’agit pas d’amour, mais de « besoin ».
      Lisez ceci: « Addiction et dépendance affective »
      Parlons-en si vous le souhaitez lors d’un rendez-vous à distance.
      Faites les bons choix!
      Bon courage, Geneviève Schmit

  6. Bonjour Madame Geneviève Schmit,

    Tout d’abord, un grand merci pour votre ouvrage qui est une exploration au coeur de l’emprise narcissique , de l’addiction mortifère et qui donne, alors que la victime se débat avec l’extrême violence, un chemin pour décider de donner un coup d’arrêt à la destruction de sa vie.

    J’ai amorcé voici six mois une phase de sortie d’emprise ( je ne parle pas encore de reconstruction) après une relation avec un pervers narcissique ( les différents thérapeutes que j’ai consultés ont été unanime sur ce point, pensant qu’il s’agissait d’un homme PN psychopathe). J’en suis passé par tous les stades, j’ai développé des douleurs chroniques liées à l’hyper-vigilance permanente dans laquelle ce monstre m’avait plongée, j’ai voulu mettre fin à mes jours lorsqu’il m’a annoncé qu’il avait une autre relation ( et même deux)en parallèle de la mienne, j’ai compromis gravement mon activité professionnelle…

    Mais ce qui reste le plus difficile  » à traiter » ce sont les violences sexuelles que j’ai subies.
    Il s’agissait d’un homme ayant dépassé une cinquantaine d’années ( je suis beaucoup plus jeune), divorcé depuis trois ans à l’initiative de sa femme, père de deux enfants de 12 et 17 ans, ayant des troubles des apprentissages scolaires de base dont le plus jeune allait devoir être placé en milieu spécialisé, frère de de deux toxicomanes lourds.

    Il n’avait rien à faire de ses journées ( alors que j’ai un poste avec beaucoup de responsabilités)si ce n’est d’être connecté sur son sexe, ses désirs sexuels, ses  » prouesses sexuelles » ( selon son avis) et une prédation sexuelle incessante( un véritable chasseur de proies). On avait l’impression que dans la vie, il n’existait que par son sexe.
    Il m’imposait le rythme des rapports sexuels ( plusieurs par jour, m’obligeant à en avoir alors que je n’en avais pas envie, que j’avais mal), il m’imposait des actes( m’attachant, exigeant à des moments insolites, sans préparation, des rapports buccaux et anaux – il n’aimait que çà, il ne pouvait pas être face à face avec moi dans un rapport sexuel et voir mon visage pourtant agréable aux dires de beaucoup, il fallait qu’il ne me voit que de dos ou dans un rapport buccal- au gré de ses pulsions sans se soucier le moins du monde de mes désirs), m’imposant sa nudité au sein de la maison, arrivant dans mon appartement et avant même de me dire bonjour, m’empoignant le sexe, les seins, me forçant à marcher nue sur le sol à quatre pattes… A force de rapports sexuels brutaux et dans des positions où il ne fallait jamais qu’il me voit de face mais que de dos, j’ai eu une torsion de l’utérus, je me suis sentie blessée dans ma chair. J’ai eu un traitement mais il voulait continuer au mépris de ma blessure même physique.
    Alors que nous étions en vacances sur une plage un peu retirée, il m’a forcée à me mettre nue et à m’exposer au regard de pêcheurs qui passaient par là et qui m’ont sifflée et crié des commentaires graveleux.
    L’abus sexuel est très difficile à oublier. Je ne sais pas comment font les autres victimes.
    Depuis, je suis incapable de me projeter dans une autre relation. J’étais très sportive et je me sens déconnectée de mon corps, comme s’il ne m’appartenait plus, insensible et figée comme un bout de bois, les muscles douloureux. Je suis incapable de faire une activité physique, j’ai pris du poids notamment de la graisse sur le ventre sans rien manger, je m’habille deux tailles au dessus alors que j’étais très « slim », très active.

    J’ai accepté tout çà par peur de la solitude, ayant perdu mes parents et étant totalement isolée dans la vie.

    Je voudrais simplement rapporter ici quelques unes des paroles de ce PN :
    –  » si tu continues, tu vas finir complètement seule »
    –  » il vaudrait mieux qu’on ne soit plus que des amis. Et maintenant, pleure… C’est là que tu dois pleurer. J’attends ( et il me regardait fixement pour voir si des larmes coulaient. Si oui, il avait un sourire, sinon, il continuait à repousser les limites m’expliquant ce qu’il faisait avec ses ex, citant celles de notre entourage qui lui plaisaient avec lesquelles il se verrait bien, me demandant si elles étaient « disponibles », leur lieu de travail…)
    – Si tu continues, on ne sera même plus amis. Dis-le si tu ne veux même plus que je te téléphone.
    –  » j’ai baissé les bras dans cette relation » ( alors qu’il avait tout fait pour la saccager mais il voulait me forcer à placer la barre encore plus haut, à repousser les limites pour que je donne encore plus alors que lui ne faisait que prendre y compris de l’argent car il était d’une avarice sordide).
    – Au moment des obsèques de ma mère, il m’avoue qu’il vit avec une autre femme plus âgée que lui depuis plusieurs mois et me dit  » je te quitte car tu n’as pas été compatissante vis-à-vis de mes dettes fiscales alors maintenant tu peux crever. Parce que ta mère avait peut-être le cancer tout court, mais moi j’avais le cancer fiscal et tu ne m’as pas donné d’argent ( je précise qu’il me réclamait 19 000 euros !). J’ai trouvé cette comparaison monstrueuse.
    – plusieurs mois après la rupture qu’il avait provoqué e aux obsèques de ma mère, il est revenu  » je suis venue te voir car mon actuelle copine veut un engagement, çà fait plusieurs mois qu’elle attend. Si ON décide de se remettre ensemble, je la quitte. Sinon, je m’engage avec elle mais dépêche-toi de te décider ». Et comme son portable sonne  » d’ailleurs, c’est elle, elle me relance, elle me veut, elle souffre… Je l’aime beaucoup mais beaucoup, c’est pas assez pour construire, il faut qu’on travaille sur notre relation… ». Il ajoute, il faut que je te quitte vite car je loue une pièce de ma maison à une fille très sympa qui garde le chien en échange. Elle m’attend aussi… ».
    –  » C’est plus compliqué que çà » ( à la moindre remarque)
    –  » Tu me pourris la vie » ( au moindre refus)
    –  » Tu es obligée de te coucher avec ce tue l’amour » ( j’avais mis un tee-shirt)
    –  » Ne me demande pas de choisir entre mes enfants et toi car ce n’est pas toi que je choisirai » ( je les connaissais à peine car le juge ne lui en avait pas confié la garde et je n’en parlais jamais si ce n’est au contraire dans le sens de leur apporter de l’aide)
    –  » Je suis intolérant à la frustration »
    –  » Je vais  » me casser » dans un pays anglo-saxon. J’ai douze jours pour donner ma réponse. Elle dépendra de ton comportement »…
    –  » Je récupère ma trousse de toilette car ce week-end, je dors chez ma mère »
    –  » Je ne peux te voir que le midi mais pas le soir »
    – » Au fait, combien tu gagnes? » ( repas « romantique » pour mon anniversaire au bord de mer. Et comme je ne répondais pas  » j’ai posé une question, j’attends une réponse ».

    En moins d’un an, j’ai craqué et je me suis effondrée en dépression. J’aimerais que des victimes puissent me dire si elles ont vécu des expériences similaires et comment elles en sont sorties.

    Merci Geneviève et bon courage à toutes les victimes qui se battent !

    • Bonsoir Marie-Lise
      j’ai lu votre témoignage qui m’a profondément touchée car c’est mot pour mot ce que m’a fait vivre l’ « homme » avec qui j’ai partagé ma vie pendant 9 mois. J’ai 23 ans et lui 37, c’était mon deuxième copain seulement car malgré que je plaise à beaucoup d’hommes et que l’on me dise très jolie j’ai toujours eu peur des relations (en partie dù à mon passé). J’étais donc lorsque je l’ai rencontré très inexpérimentée sur le plan sexuel, lui se targuait d’avoir eu de très nombreuses conquêtes et s’était donné pour mission de me faire découvrir ma sexualité. J’ai au départ été très flattée par son intérêt pour moi , je suis très vite tombée amoureuse de lui et dès lors n’avais qu’une peur, qu’il me quitte pour une autre…
      Lui s’est proposé de me faire découvrir ma sexualité et repousser mes limites, mais très vite ses demandes ont été de plus en plus « extrêmes » (toujours des rapports de soumission, puis d’humiliation, pour finir par faire venir un homme de 50 ans en me demandant de m’ »offrir » à lui pendant qu’il regardait, ce que j’ai refusé et qui m’a valu une scène surréaliste de chantage affectif (tu ne m’aimes pas, tu n’a pas envie de me faire plaisir, si tu m’aimes tu dois faire ce que je te demande…)
      J’ai vécu toutes les situations que vous décrivez, marcher nue à quatre pattes, me faire cracher dessus, giffler très fort, trainée par les cheveux, son plaisir étant de m’humilier pendant l’acte, je n’étais là que pour son plaisir personnel, pour le satisfaire.
      Les insultes aussi, surtout quand il avait bu « tu n’es qu’une pute, une trainée une sale chienne, tu es mon objet, ma chose, tu ne sers qu’à ça, salope…. »
      Il m’a violée plusieurs fois, lorsque j’avais mal il semblait prendre encore plus de plaisir, m’imposait la sodomie, les fellations brutales en me crachant dessus…
      Lorsque nous sortions au restaurant il prenait un malin plaisir à me comparer aux autres femmes, ou à décrire des scènes sexuelles qu’il imaginait avec elles et moi.
      Etant en très haute dépendance affective, j’ai subi tout ça comme étant anésthésiée, prête à tout pour le garder et dans l’espoir illusoire qu’il n’aille pas voir ailleurs…
      Paradoxalement à cela il était doux le reste du temps avec moi, me serrant dans ses bras toute la nuit lorsqu’il dormait, me couvrant de baisers et de caresses, je pense pour « compenser » ce qu’il faisait au lit et annihiler toute velléité de fuite de ma part…
      Aujourd’hui je me sens salie, honteuse, et pourtant je suis dans une dépendance affective telle que je n’arrive toujours pas à éprouver de la colère envers lui. Cette rage, c’est contre moi que je la retourne. Je me déteste de l’avoir laissé me faire ça, de m’avoir souillée, traitée comme un objet, prête à tout subir pour ne pas le perdre. Je m’en veux d’avoir consenti à ces actes sexuels dégradants. Je sais que j’ai un énorme travail à faire sur moi-même. Il y a quelques jours j’ai pris la décision de le quitter (pour la 4eme fois mais cette fois-ci je suis déterminée). Du jour au lendemain, mon regard sur lui a commencé à changer, je l’ai fait descendre du piédestal sur lequel je l’avais porté et éprouve beaucoup moins d’attirance pour lui. Je ne saurai me l’expliquer, mais je commence à me détacher alors que je ne m’en serai jamais cru capable. Je lui ai fait part de mon désir de rompre et depuis j’essaie d’appliquer le NO CONTACT que préconisent tous les psys… Il revient à la charge mais je tiens bon pour l’instant. C’est très difficile de l’ignorer alors que j’éprouve toujours cette dépendance affective à son égard. Je suis comme liée à cette personne et me retrouver seule subitement alors qu’il a occupé chaque minute de ma vie depuis 10 mois est terrible à vivre. Je ne vous apprend rien.
      Je vous souhaite beaucoup de courage à vous et toutes les victimes, c’est terrible de voir le nombre de personnes confrontées à cette situation. Comment est-il possible d’éprouver des sentiments envers quelqu’un qui nous utilise et nous humilie en permanence ??
      Je pense que ce genre de personnes n’entrent pas dans nos vies par hasard mais pour nous permettre de prendre conscience que quelque chose ne va pas chez nous (en l’occurrence pour ma part: absence d’estime de moi et dépendance affective).
      Je vous souhaite d’arriver à vous reconstruire… cela sera long sans aucun doute mais l’être humain possède des capacités phénoménales à rebondir … Bien à vous…
      Mila

      • J’ajoute qu’un soir où il avait bu il a tenté de m’étrangler parce que j’avais essayé de le repousser et m’a menacé de mort en me regardant droit dans les yeux.
        Il m’a dit que si j’osais recommencer il me tuerait.
        Je n’oublierai jamais le regard qu’il a eu à ce moment là, glacial et plein de haine.
        C’est à ce regard que je pense dorénavant lorsque je sens ma volonté d’appliquer le NO CONTACT faiblir.

  7. MARIÉE depuis 33 ans avec un manipulateur pervers narcissique
    C est l horreur ,j ai connu étranglement coups harcèlement moral ,viole .
    Homme non alcoolique
    Que de violence m ont entraîné dans une grosse déprime
    Cette homme a ce jour je le hais et pire encore lui fera payer plus tard toutes ces souffrances

  8. Bonjour Geneviève , merci pour votre reponse, mais sans le vouloir bien sûr, celle ci à semer le trouble dans mon esprits,.

    alors je me permet de revenir vers vous pour essayer d y voir plus claire dans cette situation qui dur et qui est tres souffrante encore pour moi , meme si d un autre ôté je vais mieux.

    D après vous, une personne qui vous dit vous aimer, etre en train de demenager chez vous avec pleins de projets à la clef et d une seconde a l autre vous jeté comme une merde, soufflant chaud et froid, vous amenant à le jeter hors de votre domicile , puis dans Çette violente rupture il souffle de nouveau le chaud et froid , vous promettant de vous envoyer certains papiers mais rien, et quand il voit que lacher prise non contaçte , il vous les envoie mais il manque quelque chose , et çela au moins à cinq reprises.

    Je ne veux et ne peux vous infligerai la lecture de mon histoire, ou la suite n est que mensonges trahison

    Mais si une personne qui vous dit vous aimer etc….. Se comporte ainsi d une seconde a l autre, et que pour toutes explications, je n ai qu un c’est comme ça tu m alourdies,
    Et que trois semaines plus tard il me dira qu il ne m aimait plus, et qu il disait qu il m aimait.juste comme ça

    Que peux t il etre d autre , qu’une saloperie de pervers narcisique ?

    Le mal etre que je vie depuis plus d un an, n est pas celui d un chagrin d amour,angoisse post traumatique, et toute une batterie de symptôme que d autre personne son confier sur le site.

    De plus je précise , que l attitude de son père qui aimait le vélo, mais n avais jamais réussit,lui avait dis Ç est toi qui va reussir à ma place,alors que mon pn ne voulait pas,des contrain tres lourdes, sans une réel vie d ados,car toujours à faire du vélo pour contenter. Son pere, délaissant MM ses etudes etc…… Bref toutes les conditions réunis pour en faire un pn.

    D avance merci pour votre reponse

  9. Bonjour Geneviève, de nouveau dans une phase de rechute je viens chercher un peux d explication et réconfort sur ce site .
    En ce moment je suis dans la vengeançe, je veux qu il paie,qu il souffre pour le mal que je dois combattre par sa faute chaque jours.

    Est normal?

    Néanmoins j ai viscéralement l impression que sans Çette vengeançe je n arriverai jamais à vivre ma vie à moi , et qu il continuera à me détruire sans MM avoir le moindre ctaçte avec moi, ce qui est le cas depuis plus d un an.
    J entend vos paroles rassurantes qui me disent que nous nous en sortons, j y croie, puis viens les engoisses, le coeur qui bat à une terrible vitesse m obligeant à prendre meme DES médicaments pour me calmer.

    Quand vous parler de souffrance par insatisfaction de çes monstres la, voulez vous dire qu il souffrent à chaque instant ,chaque jour ou uniquement quand ils n ont pas leurs doses de narcissisme ou de perversion ?

    D autre part je ne peux m empêcher de penser, et si je me trompais ,Ç il n était pas. Pn?
    Puis viens tres vite le souvenir d habitude incohérentes, méchante etc……
    Pour la petite histoire du narcissisme j ai pue observer qu il mettait une photo de lui sur son profil fb , 22 ,25 personnes aimaient puis il changeait et une semaine après remettait la MM photo, évidemment comme il n est entouré que de moutons’, 23, 25 de la semaine d avant cliquaient de nouveau j aime,

    Est çe un comportement narcissique ?

    Je voudrais ouvrir une petite parenthèse Geneviève , pour que vous sachiez que bien des fois , j ai sécher mes larmes grâce à vous , que le jour d après me semblais moins dur , merci pour ce que vous faites pour nous, .

    Amicalement

    • Bonjour, Ce peut « aussi  » être le comportement d’une personne qui manque de confiance en lui 😉
      Ne vous arrêtez pas à des détails de comportement et faites ce qui est bon et sains pour vous !
      Amicalement, Geneviève Schmit

  10. Bonjour Catherine, je n ai pas de solution à vous apporter ,car moi meme je suis en etat de stress post tromatique au fond du trou même apres une année écouler depuis la rupture sans aucunes nouvelles.

    Mais je voudrais juste vous dire que je compatie vraiment à vos souffrances, et vous suggère d échanger avec nous autres victimes ,ça aide bien à voir de plus en plus claire en nous, car apparemment la sortie de l enfer quand nous n avons pas d enfants ensemble ou autre lien , ne dépendrait que de nous .

    Beaucoup e courage à vous.

  11. Bonsoir Geneviève ,

    Via le resaux sociaux et tout à fait par hasard ,j’ai fait la connaissance d un homme qui a été la viçtime durant quarante ans de son pere pn.
    Il me dit que sa psy lui a dit qu un pn n avais pas d addictions , de mon côté mes differentes lectures sur le sujet disque qu ils en on au moins une .

    Soit le sex
    Soit l alcool
    Soit la drogue
    Soit l argent

    Quel est votre point de vue à ce sujet ?

    Cordialement

  12. Genevieve Je vis depuis 33 ans avec un pervers narcissique je ne le savait pas jusqu’il y a 1 an après avoir été suivi par un psy. Il me trompe depuis 4 ans peut être plus il m’a obligé à accepter qu’il découche tous les week-end et maintenant il veut demandé le divorce car je refuse d’aller dans des clubs échangistes. Je ne sais plus quoi faire car avec toutes ces années de souffrance je suis devenue agoraphobe. Si quelqu’un a une solution merci de me répondre

  13. Bonsoir Geneviève,

    J’ai fait la rencontre d’un PN que je connaissais depuis plus de 20 ans, une connaissance professionnelle.
    Nous nous sommes revus par hasard et je suis tombée amoureuse de lui tant il collait parfaitement à mes attentes. Gentil, bienveillant, serviable, tendre, amoureux etc..
    J’ai écrit que j’étais tombée amoureuse de lui et non nous sommes tombés amoureux car je sais maintenant qu’il ne m’a jamais aimée.
    Il a volé tous mes projets, toutes mes idées, a muté dans une autre région.
    Cette relation a duré une dizaine d’années, à vivre en alternance entre le chaud très chaud et le froid glacial, mensonges, tromperies, méchanceté soudaine, paroles humiliantes , colères terribles, celles d’un enfant gâté de 55 ans à l’époque…sale période..!!

    Je voudrais témoigner, dire qu’il faut fuir puisqu’un PN fait tout pour cela..tenir bon et fuir…

    Aujourd’hui 18 mois se sont écoulés..les premiers mois ont été difficiles..mais avec un instinct de vie et beaucoup de force, on s’en sort…encore plus forte qu’avant…nous avons toutes des ressources pour s’en sortir…suivez mesdames votre intuition et ne laissez personne vous rabaisser..

    J’ai un nouvel ami…La vie est belle! N.D

  14. Bonjour, je reste en relations avec tout vos temoignages qui sont tous plus tristes les uns des autres, des histoires toxiques pour avoir commis la faiblesse d’avoir aimer des monstres .
    Apres une année d atroces souffrances entre les questionnements et culpabilités, entre haine collere et amour, je pense pouvoir çrier haut et fort que le plus dur est enfin derriere moi, j ai repris avec passion mon travail, arreter de pleurer sur ce qui n est plus et n a d ailleurs jamais ete.
    Aujourd hui je suis pleine de projets et d éborgnante d énergie pour leur réalisations, et j ai le grand bonheur de pouvoir seulement au bout d une tres cruelle année de separation avec mon pn , de pouvoir passer une journée entière sans penser à lui une seule foie, et quand çela m arrive j arrive d un revers mental a le relayer à çe qu il est et ne cessera d être une sous merde.
    Je voulais juste vous dire que moi aussi j ai crue mourir d amour, que moi aussi j ai souffert l enfer etc…. Mais au final avec le temps des gens bienveillants on fini par s en sortir et même à çe demander mais comment ai je pue tomber aussi bas, comment ai je pue parfois penser à la mort, ne plus me lever de mon lit pour m occuper de mes enfants etc…..oui comment ? Peux importe, un jour ou l autre pour tout ceux qui on malheureusement la tete sous l eau, je vous l assure vous reverrez le soleil briller , donner vous le temps de réaliser véritablement ce qui vous a été voler juste parce que vous êtes tous bien plus riches qu eux , vous s avez aimer et tout compte fait Ç est beau l amour.

  15. Bonjour
    Au bout de 3 mois de relation (que je soulignerai de formidable magique) mon ami à brusquement mis 1 terme à notre relation. Pour lui il prenait du recul…. j ai rapidement sombré ds 1 déprime et me suis mise en arrêt durant 3 mois. Le dernier avec l aide de 2 ami m ont permis de passer à autre chose. De nouveau souriante … Mon ami revient me fait la promesse de ne pas recommencer c à d ne plus me faire pleurer…
    Je pardonne. La suite a ete incompréhensible. ..
    … nos enfants s entendaient très bien et l intégration ds sa famille génial.
    Il fait tt pour m éloigner de sa famille enfants amis auj.
    depuis … Il est plus svt absent que présent.
    Pour ma part c est 1 pervers narcissique égocentrique. Ceux sont les mots que j ai prononcé lors de notre 1ère rupture. Je lui ai même dit par la suite.
    Je passe les points ou naturellement mes prises de décisions concernant ma vie étaient nulles et des insultes pas grossières mais poignant….
    Je suis en am depuis janvier pour dépression. ..

    Étonnement il a conscience auj qu il ne me rend plus heureuse. Et prétend que lorsqu il part c est pour mon bien. Et // il n aimerait pas me voir ds les bras d 1 autre.
    Je suis perdue….

  16. Bonjour Mme Schimt

    Après plusieurs conflits intérieurs , j’ai la certitude aujourd’hui d’avoir vecu avec un PN.
    Le mien est jeune , dans sa vingtaine seulement .. J’ai du mal à l abandonner car je me sens responsable de lui , mais il m’a rongé l’âme ..
    Et j’ai décidé de sauver ma peau .

    J’ai , pendant des mois , pensé pouvoir le changer , le sauver .. Mnt que je suis consciente de sa malédiction . Mais c’ est tellement dur de contre attaquer ses manips ..

    Mes questions :
    Lui est il possible de changer en étant si jeune ?

    Je crois au fond de moi qu’il y a du bien en lui, et je refuse de le voir comme ce monstre , en etant determinée de ne vouloir aucun rapport avec lui .

    N’ont ils pas un de la bonté enfouie en eux ?
    Dois-je l abandonner à son sort ?

    Merci beaucoup pour votre contribution .

    • Bonjour,

      Si ce jeune homme est toxique pour vous, il vous faut reprendre sa vie en main.
      Il est inutile de gâcher votre vie.
      Il ne pourra aller mieux dans ses comportement que s’il accepte l’idée d’avoir un problème et qu’il engage par lui-même un réel travail psychologique.
      N’attendez rien. VIVEZ !!
      Bon courage, Geneviève Schmit

  17. Bonsoir Geneviève , je n arrive pas à dormir car une question s imposé à moi en boucle, et peut être pourriez vous y apporter votre point de vu ?

    Je ne doute pas avoir ete la victime d un pn, je sais çe qu il à pût faire aux femmes qui sont passés dans sa vie avant moi, et pourtant depuis que j ai eu connaissance d une nouvelle victime, ,j ai la certitude qu avec elle il ne sera pas pn, qu il va réellement l aimer etc….

    Vous autres psy ,êtes d accord pour dires qu ils ne changent jamais! Ç est donc moi qui disfonctionne dans ma façon de voir la réalité ?

    Mais pourquoi ?

    Est çe là encore un ressentie normal après avoir été viçtime ?

    Il y a certains moments où d un revers de penser négatives je le vomis a tel point que j ai envie de croquer la vie , puis d autres ou Ç est lui qui me bouffe complètement jusque dans mon corps qui taquicarde à son simple souvenir , voilà de quoi est fait mon quotidien .

    Alors je décortique tout ,parce que j en ai besoin pour avancer, mieux connaître la bête qui me ronge de l intérieure pour mieux la combattre.

    Merci pour l aide précieuse que vous nous apportez , pour nous aider à nous tenir de nouveau un jour debout.

    Cordialement

    • Bonjour,
      Vous pensez que ce que va vivre la suivante sera lipidique car d’une part vous n’aurez accès qu’à ce qu’ils vont montrer de la « lune de miel », et d’autre part parce que vous, vous restez avec des regret de cette phase initiale agréable …
      Et effectivement, si c’est un PN, son comportement ne s’améliorera jamais. Il s’adapte simplement à la proie, à la situation, à l’enjeu et à l’envie.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  18. Bonjour!
    Comment protéger ses enfants d’un pn?

    J’ai entamé des procédures légales mais je ne peux pas le radier de la vie de mes enfants (la loi). Que faire pour que mes enfants soient saines émotivement et psychologiquement?

  19. Bonsoir Geneviève, une question qui me pose probleme et d on j’aimerai voir votre avis .
    Il est souvent dit qu un pn choisit des personnes en grand manque de confiançe en elles, des personnes qui ont peur ent de l abandon, gentille ,toujours une main tendue etc…. Alors pourquoi des personnes comme moi qui on tout ces traits de caractère ! Autant dire du pain béni pour un pn ! Çe montre tout comme je l ai fait difficile à manipuler obligeant pn à les abandonner ?
    Comment avec tout ces traits de caractère de bienveillance elle arrivent à dire non ou stop ou comme moi employer la l’oi du talion œil pour œil ?
    Çe peut il que pn çe soit tromper dans le choix de sa victime lui qui nous dit on est très fort pour débusquer les personnes qui vont etre leur victimes?

    Cordialement

    • Bonjour,
      Ne vous en plaignez pas !!
      Peut-être avez vous la grande capacité de poser des limites et de vous y tenir.
      Par ailleurs la loi du Talion ne montre pas un bon équilibre émotionnel …
      Bonne continuation, Geneviève Schmit

  20. Un homme ou une femme qui aime la sodomie ou des jeux de domination, on rentre forcément dans ce cadre??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *