Lettre à mon ami théologien

« Lettre à mon ami théologien » ,

Qui était mon époux,

 

Lorsqu’on se donne totalement au Seigneur, il nous rend notre émotion. Nous pouvons enfin pleurer, verser des larmes, des larmes qui contiennent la joie, la douleur, cela devient un doux mélange. Ces larmes sont peu compréhensibles dans notre monde.
Ce sont des larmes libératrices. Elles apportent la paix.

Les personnes arides, loin du Seigneur sont sèches, ne peuvent plus pleurer, c’était le cas de mon époux.
Il ne savait pas aimer, c’était un sentiment inconnu chez lui, dans le jargon français on appelle ce genre de personne des pervers narcissiques. Ils sont vraiment très dangereux. Mon époux m’a emmené à la mort.
C’est rare, mais ça existe. Enfant il n’a pu se construire totalement car il n’a pas reçu d’amour.
Lorsque j’arrivais à le faire un peu parler il me disait qu’il ne pouvait plus pleurer car il avait trop pleuré petit.
Le pervers narcissique a un coeur totalement aride, je parle de celui qui a vraiment cette personnalité.
Je ne connaissais pas du tout ce genre de personnage, j’ai mis 10 ans à le comprendre.
4 ans avant de le quitter l’infirmière en chef de la clinique où j’ai été hospitalisé 3 mois m’a dit « je vous parle comme à une amie, quitter votre mari, il va vous détruire »
Je ne l’ai pas cru.
Et en effet cet homme m’a emmené jusqu’à mon suicide raté pour lui.
Il avait même fait une assurance vie sur ma tête (je l’ai appris par la suite par ma notaire), si je me suicidais il recevait une énorme somme, très étonnant ! mais oui, les textes sont clairs.
En fait les psychotropes qu’il m’obligeait à prendre en augmentant les doses me rendait tellement mal dans ma tête et dans mon corps, que pour ne plus souffrir, la seule solution était la pendaison.
Mais la Sainte Vierge et Jésus veillait sur moi, je les avais tellement appelé durant toutes ces nuits et années !
Lorsqu’on lit des livres sur les PN, ils disent qu’il n’y a pas de guérison possible pour eux.
Mais moi, je n’aime pas les cases, alors je prie pour lui et pense qu’un jour il ira au ciel.

Mes enfants sont au courant, mais comme elles sont encore jeunes, elles s’étonnent et sont souvent déçues de leur papa. Ce n’est pas facile, je leurs explique qu’il est ainsi. Mais l’appréhension de ce type de personnalité est très difficile lorsque l’on n’est pas tordu.

Un jour, j’étais dans une librairie et je tombe sur les différents points qui identifient le PN.

J’ai halluciné, moi qui dans mon fort intérieur pensais que nous étions tous différents, j’étais tombée sur un copier-coller du cerveau de mon époux, c’était incroyable. Voici les 30 critères :

– Culpabilise les autres au nom du lien familial, de l’amitié, de l’amour, de la conscience professionnelle
– Reporte sa responsabilité sur les autres, ou se démet des siennes
– Ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et opinions
– Répond très souvent de façon floue
– Change ses opinions, ses comportements, ses sentiments selon les personnes ou les situations
– Invoque des raisons logiques pour déguiser ses demandes
– Fait croire aux autres qu’ils doivent être parfaits, qu’ils ne doivent jamais changer d’avis, qu’ils doivent tout savoir et répondre immédiatement aux demandes et questions
– Met en doute les qualités, la compétence, la personnalité des autres : il critique sans en avoir l’air, dévalorise et juge
– Fait faire ses messages par autrui
– Sème la zizanie et crée la suspicion, divise pour mieux régner
– Sait se placer en victime pour qu’on le plaigne
– Ignore les demandes même s’il dit s’en occuper
– Utilise les principes moraux des autres pour assouvir ses besoins
– Menace de façon déguisée, ou pratique un chantage ouvert
– Change carrément de sujet au cours d’une conversation
– Évite ou s’échappe de l’entretien, de la réunion
– Mise sur l’ignorance des autres et fait croire en sa supériorité
– Ment
– Prêche le faux pour savoir le vrai
– Est égocentrique
– Peut être jaloux
– Ne supporte pas la critique et nie les évidences
– Ne tient pas compte des droits, des besoins et des désirs des autres
– Utilise souvent le dernier moment pour ordonner ou faire agir autrui
– Son discours paraît logique ou cohérent alors que ses attitudes répondent au schéma opposé
– Flatte pour vous plaire, fait des cadeaux, se met soudain aux petits soins pour vous
– Produit un sentiment de malaise ou de non-liberté
– Est parfaitement efficace pour atteindre ses propres buts mais aux dépens d’autrui
– Nous fait faire des choses que nous n’aurions probablement pas faites de notre propre gré
– Fait constamment l’objet des conversations, même lorsqu’il n’est pas là

Et encore je trouve que ces définitions manque d’aridité, dans le cas de mon époux c’était très net, tranchant, et je rajouterais même un point, on dirait qu’il ne souffre même pas physiquement, je l’ai vu dans des situations où un homme aurait hurlé, lui non, jamais, d’un impassibilité incroyable, avec un regard même étonné de voir que l’on pouvait avoir mal pour lui. C’était impressionnant.

Il n’invente rien, il copie tout, et sa mémoire est extraordinaire.
Il ne va jamais dans des lieux qu’il ne connait pas seul.
Il est extrêmement ponctuel.
Ses horaires ne varient pas.
Il n’a pas le sens du beau.
Il adore faire grimacer les gens et les prendre en photo
Il prend des photos que l’on ne prendrait jamais
Il nous sépare de notre famille, nos amies, nos anciens lieux de vie, nous éloigne de tout ce qui était notre vie, le travail y compris
Aujourd’hui un de mes frère que j’aime beaucoup lui ouvre la porte, plus à moi, je suis triste, mais le temps voulu, mon petit frère saura qui est vraiment cet homme
Un jour il a lourdement levé la main sur moi, mais les hématomes et mon visage tuméfié étaient des traces, il doit fonctionner sans laisser aucune preuve de son travail de destruction, ne cherchez pas à savoir si c’est conscient ou inconscient chez lui, cette force qui le pousse à détruire le dépasse.

J’arrête ici, il y en aurait tant à écrire… il est difficile pour moi et douloureux de repenser à tout cela.

Je me dis vraiment au fond de moi et veux penser ainsi :
« Quelle souffrance que de passer une vie sans connaître l’amour. Lorsqu’il se présentera en face de Dieu, je souhaite très fort qu’il connaisse enfin l’Amour et s’ouvre à Lui.»

Jeanne


© Toute reproduction, même partielle est interdite sans l’accord de l’auteur


 

A propos Genevieve Schmit

Thérapeute - Experte dans l'aide aux victimes de manipulateurs pervers narcissiques - Thérapie brèves - Psychologie positive

2 Commentaires

  1. Il se passe beaucoup de temps, d’années avant de reprendre une vie presque normale…petit pas par petit pas on y arrive.
    J’ai suivi chaque conseil, beaucoup de lectures préconisées par Geneviève…j’ai compris mon histoire en 2011, je prépare mon départ cette année. Je fais encore des cauchemars, j’ai encore des réflexes d’une vie différente de la normale, mais la vie revient petit à petit. La prière a été d’un grand besoin, un pèlerinage pour me pardonner…mais un grand merci à vous Geneviève, vous m’avait sauvée!

  2. Quelle belle pensée que celle de vouloir lui faire connaître l’amour.
    Ce sentiment que j’aurai tant aimé partager, mais comprendre que cela est impossible avec lui apaise notre douleur intérieure, notre mal.
    Peut-on alors espérer aimer à nouveau, vivre à nouveau en oubliant ce passé qui me paraît si pesant encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *