PN or not PN, là est la question ?

Quelle est la pertinence de poser le « diagnostic » manipulateur pervers narcissique?

.

Quel que soit le « diagnostic » posé sur la personne qui provoque votre tourment, vous êtes en souffrance. Et c’est cette souffrance qui doit être prise en compte, en priorité sans aucune autre condition.

Pervers narcissiqueQuelle qu’en soit sa forme, cette souffrance est bien réelle, c’est bien la seule chose pour laquelle nous pouvons avoir une certitude et c’est cela que nous gardons à l’esprit en tant que thérapeutes.

Que la souffrance soit induite par des coups, par des mots, par des comportements ou même par des pensées personnelles, c’est elle qui doit être prioritairement prise en compte.

.

Lorsqu’une femme, plus rarement un homme, vient vers moi en me disant qu’elle ne sait plus trop si elle a raison de se séparer de son compagnon, qu’elle ne sait plus s’il est « réellement » un pervers narcissique ou pas, qu’elle pourrait peut-être encore tenter quelques chose, je lui demande de me répondre par oui ou par non à trois questions:
.

  1. Vous sentez vous valorisée auprès de lui ?
  2. Vous sentez vous réellement en sécurité auprès de lui, émotionnellement aussi ?
  3. Pouvez-vous vous projeter dans le futur avec lui d’une manière sereine sachant qu’il ne « changera » pas ?

Si deux des trois questions donnent une réponse oui, une thérapie de couple pourra se montrer utile.
Mais la plupart du temps, les personnes qui viennent à moi répondent non aux trois questions.
.
Si la réponse aux 3 questions est non, il n’y a qu’une chose à faire, c’est de rompre le lien de couple.

.

Remarquez que je ne parle pas d’amour dans ces questions préliminaires. C’est pour la simple et bonne raison qu’à ce moment-là du travail, la plupart des victimes sont encore dans une illusion d’amour, et qu’elles n’ont pas encore réalisé qu’il s’agit uniquement d’addiction, de dépendance affective.

Un lien perverti comme celui avec un manipulateur narcissique la relation n’est pas basée sur des sentiments d’amour.

.
Pour en revenir à la question de la pertinence du diagnostic de pervers narcissique, je dirais qu’il n’est pas indispensable de le poser pour décider du chemin que l’on souhaite donner à sa vie.

Si la réponse aux trois questions est non, c’est que le couple ne partage pas les valeurs essentielles requises.

Nul besoin donc de mettre l’étiquette « PN » à l’orteil de l’autre pour savoir s’il faut ou non le ou la quitter.

Par contre, là où cela devient indispensable de poser ce diagnostic, c’est pour la suite des évènements !

.
On ne se sépare pas d’un pervers narcissique de la même manière que l’on se sépare d’un conjoint avec qui le chemin se termine.

On ne quitte pas un pervers narcissique … on commet un crime de lèse-majesté !

.

Dès cet instant là, vous allez devenir la bête à abattre, la personne à effacer, à faire disparaître, mais pas avant de vous avoir punie à la hauteur de l’outrage ressenti par cet ego perverti.

Le manipulateur pervers va donc dès cet instant-là, et avant peut être, s’ingénier à vous faire payer, de toutes les manières qui soient.

C’est en cela que de bien connaître le fonctionnement du pervers narcissique est indispensable car vous allez devoir prévoir l’imprévisible, vous allez devoir vous préparer à l’improbable.

Tous les tours lui seront permis, surtout les plus sordides, et, comme tout bon joueur, il aura toujours plusieurs coups d’avance!

C’est donc pour se préparer et aider l’avocat à affronter l’impensable qu’il est indispensable de savoir si on a en face de soi un manipulateur pervers ou pas.

Une autre raison de la pertinence de poser le diagnostic d’une « personnalité perverse narcissique » sera pour  la mise en place de l’aide que devra apporter le parent protecteur aux enfants eus avec une ou un pervers narcissique.

Pour mieux aider les enfants, il est important de bien cerner la problématique du parent toxique.

 

Geneviève Schmit - Coaching thérapeutique pour les victimes de manipulateurs pervers narcissiques ©

.

Une réflexion de Geneviève Schmit, experte dans l’accompagnement des victimes de manipulateurs pervers narcissiques.

.octobre 2015

Geneviève Schmit © Toute reproduction, même partielle est interdite sans l’accord de l’auteur


http://bit.ly/pn-pas-pn

69 Commentaires

  1. Bonjour
    En ce qui me concerne, mon problème concerne ma sœur. Elle présente toutes les caractéristiques d’une pervers narcissique. Il y a 4 mois, j’ai coupé les ponts avec elle car son comportement envers moi devenait destructeur psychiquement. Elle répandait des rumeurs autour de moi qui faisaient que mon autre sœur, par exemple, me regardait presque comme une malade mentale. Après m’avoir fait la « crasse » de trop, j’ai mis fin au calvaire.
    Le problème est qu’aujourd’hui, je me trouve isolée de ma famille qu’elle prend soin de ramener à elle par sa convivialité et sa façon de se victimiser.
    Que faire concernant ma famille? Dois-je faire tout pour les convaincre que c’est elle qui a un problème et non moi, dois-je attendre, sachant qu’elle m’a complètement isolée d’eux?
    Elle répand des rumeurs concernant ma santé mentale. Je n’en peux plus!

  2. bonjour
    je voudrais savoir si mon compagnon est un manipulateur pervers,car il n arrete pas de critiquer ma famile surtout ma mere,il ne supporte pas ma fille de 9 ans,il a etait jusqu’ a dire qu ‘elle ne m’aimait pas,que c’ėtait un monstre.Il aimerait que je porte des tenues sexy pour son plaisir,mais c ‘est pas mon style de mettre ça.il me rabaisse et il le fait avec ma file aussi.je n’en peux plus

  3. Bonjour
    13 mois et 13 jours aujourd’hui que je me suis enfuie ..
    En cachette pendant son absence et j’ai comme vous le dites si bien commis un « crime »
    L’enfer .. je lutte chaque jour contre le manque mais sa haine est si forte tout lui est permis ..
    Je me battrai pour mes enfants pour les protéger même si je dois y consacrer le reste de ma vie ..
    Merci en tout cas de tout les articles que vous publiée ça aide énormément ..

  4. Ma fille a des comportements de pervers narcissique. Se victimise en se mettant dans des situations galères, m appelle à l aide ( ne m appelle que pour obtenir quelque chose) puis refuse mon aide et se plaint auprès de mes amies que je ne fais rien pour elle…. aujourd’hui elle a arrêté ses études, clame à qui veut l entendre que c est de ma faute, qu elle n a personne sur qui compter, me culpabilise, critique tout ce que je fais pour elle, ce n est pas assez bien ou pas ce dont elle a besoin. Elle ne dit jamais les choses clairement …. bref une vraie torture pour moi qui pensait m être sortie de la relation toxique avec son père, pervers manipulateur… comment quitter une fille PN? Elle a 19 ans, sait tout, critique tout, jalouse son petit frère, est vraiment très méchante et jusqu’à hier était capable de me retourner comme une crêpe en m appelant et en me disant combien elle avait envie de partager des choses avec moi…. jusqu’à hier car j ai réalisé qu elle agissait comme son père à l époque ou on était ensemble….. oui on quitte un homme PN, je ne sais pas comment on abandonne sa fille PN?

  5. Je veux rajouté que ce que je vivais les dernières années étaient tellement intense, j’en étais affaiblie et les gens devaient faire attention à leur paroles. J’étais toujours en souffrance, en questionnement, c’était de la torture jour après jour. Tout ça pour vous dire que je sais pas comment j’ai pu vivre ça, ils m’ont dit que j’étais très très forte …. alors j’imagine que j’aurais peut-être pas survécu si je n’aurais pas été forte comme ça. Très sincèrement je ne souhaite pas ça à personne même pas mon pire ennemi …. comme sa maîtresse qui lui a été complice dans mon calvaire ….. il embarquait les gens qui l’entourent dans son jeu, même des gens qui se disaient mes amis quand j’avais été le voir …. tout le monde riait de moi finalement …….. Le pire de cet histoire ses mes gars qui méritaient que leur maman soit en santé mais non … 5 ans presque complètement infonctionelle :-/

  6. Bonsoir, moi c’est une relation d’une vingtaine d’année avec 2 grands adolescents …… il était loin de la maison (nord) pour les 6 dernières années donc en moyenne dans une année nous le voyions 2-3 sem x 4 par année. Les 5 dernières années
    ont été très proche de la mort à quelques reprises. Les aidants me disaient suicidaire même si moi je en avais pas l’intention mon état était rendu là. Amie et famille m’ont dit
    que juste à me voir, il me voyait mourir à petit feu, j’étais entrained de perdre la raison m’ont-ils dit lorsque j’ai fait un appel … tel-aide .. quelques choses comme ça. J’ai encore de la difficulté d’associer tout ces terribles morceaux de casse-tête à celui que même aujourd’hui j’aurais l’impression qui me protégerait contre tout …… c’est très contradictoire. J’étais prise dans une emprise et j’avais tellement de douleurs intérieurs mais pourtant je n’étais pas capable d’y mettre fin. Autant que j’étais plus souvent qu’autrement porté à vouloir le croire, à vouloir y croire ….. à quelques reprises j’ai ressenti une terrible sensation de peur et quand ça m’arrivait, ça me fesait comme un shock, je ne comprennais pas ce qui se passait. J’ai réussi à le laissé, par contre on se parle encore un peu mais tout ses choses sont ici j’imagine jusqu’au printemps …. je n’ai pas voulu qu’il vienne ici à la maison pour noël …… pensez-vous que je dois m’inquiéter pour ma sécurité ??

    • Vraiment désolé, on dirait que trop de choses sont importantes mais celle-ci pour moi c’est celle qui va faire que je puisse tourné la page. Auriez vous un truc parce-que mon cerveau garde l’image que je m’avais fait de lui, même si je sais pas tout j’en sais assez mais on dirait que dans ma tête il y a lui …… et séparément il y a les tortures ???

  7. Bonsoir, Chères Françoise, Forester, Carole, Hélène, Val

    J’espère que vous allez bien dans vos vies respectives …. De mon côté, j’ai réalisé le 1 er rêve de ma vie; le Grand ouest US à l’été 2015, avec ma fille qui à peine arrivée au motel m’a répété en boucles « on est à Los Angeles », pendant 2 heures, jusqu’à ce que le décalage horaire l’effondre de sommeil …
    Ce fut un voyage EXTRA- ORDINAIRE : Rien que le Grand Canyon ou Monument Valley ou la Route 66 … Et San Francisco … J’aimerais bien vous faire passer des photos ..
    Pour mon projet de maison Landaise, j’explore toujours et l’adéquation avec mes économies ne va pas tarder …
    Si je me suis éloigné depuis un an , c’est parce que je crois de moins à l’hypothèse de la PN (dans mon cas) et de plus en plus à l’analyse transactionnelle ! Et dans mon cas, c’était purement et chimiquement parfait : une ancienne élève que je n’avais pas revue depuis 12 ans, depuis l’époque où je l’avais en 1 ère et Terminale; en couple et qui décide de me mettre le grampin dessus … Simplement parce qu’elle voulait un gosse; ses hormones et sa raison sociale la rattrapant , ou en trouver un , pour faire l’intermédiaire …
    Et j’ai tellement compris aussi que ma propre mère était toxique ; j’ai bouclé la boucle, je pense

    Bonne soirée à vous toutes … Vous m’avez énormément apporté, et je ne vous oublierai jamais ..

    Adzo

  8. Bonjour,
    J’ai pris il y a environ deux mois, la décision de mettre fin à la relation que j’entretenais avec une femme qui m’a apporté le « meilleur » au début de la relation. Une relation dans laquelle il me semblait que la parole était opérante. Mais cette relation a fait naître en moi des angoisses que je ne me souviens pas d’avoir ressenti auparavant, du moins aussi consciemment. Angoisses d’abandon, en passant d’une hyper-présence à une absence non prévue, non parlée. Angoisse d’être trompé, du fait d’un discours qui m’apprenait que les prétendants n’étaient pas rares, associé à « l’historique » de ses relations passées où elle s’était laissée entraîner du fait de l’insistance des hommes… En bref, j’ai le sentiment aujourd’hui qu’elle organisait mon insécurité émotionnelle. Ma réponse à cette insécurité a été de travailler sur moi pour minimiser mes réactions émotionnelles et surtout diminuer leur expression pour ne pas déclencher chez elle des réactions de colère et de rejets. Elle a pu à plusieurs reprise m’inviter à avoir certains comportements (aucun qui soient contraire à mes valeurs) et lorsque j’avais ces comportements, se mettre dans une fureur me reprochant de ne pas la respecter. Elle était en permanence , dans son discours du moins, dans des histoires qui mettaient en scène la malveillance d’autres personnes notamment dans le cadre professionnel. Mon côté sauveur s’en donnait à coeur joie pour tenter de la protéger. Ce qui m’était par moment reproché.
    Chaque fois que je nommais mon inconfort par rapport à un sentiment de montagnes russes émotionnelles, par rapport à ses contradictions (me dire par exemple un soir qu’elle m’aime… et le lendemain, sans évènement pouvant l’expliquer, m’informer par sms qu’elle me quittait, juste après une conversation téléphonique tout à fait normale ou on projetait de se voir quelques heures plus tard…
    Fin juin, elle a disparu après que j’ai exprimé mon ressenti et ou je nommais ce qui chez elle me mettait en difficulté. Je n lui demandais pas forcément de changer, mais juste de savoir que certaines choses étaient inconfortables pour moi et que peut-être nous pourrions trouver des solutions pour que cet inconfort soit minimisé sans qu’elle renonce à qui elle est. Elle s’est mise en colère, s’est positionnée en victime et a disparu pendant trois semaines. Durant ces trois semaines j’ai lu beaucoup, j’ai regarder beaucoup de vidéos, je me suis questionné. j’ai pris conscience que j’étais dans une relation toxique avec une personne que je commençais à suspecter de ne vouloir en aucun cas améliorer les choses. Mais je lui écrit un courrier dans lequel je lui disais tout ce qui m’avait touché, ému, chez elle; un courrier dans lequel je lui disais ce que je ne voulais plus; un courrier dans lequel je lui présentais mon projet relationnel; un courrier dans lequel je lui demandais de ne reprendre la relation avec moi que si elle adhérait à ce projet dans lequel chacun prend soin de l’autre. Je l’ai croisé près de chez elle (je suis infirmier en soins à domicile et je sillonne la ville dans laquelle elle fait le même travail et dans laquelle elle vit, je soigne même des personnes dans sa résidence…). Quelques minutes après elle m’appelait pour me proposer de se voir. J’ai accepté pensant qu’elle avait lu mon courrier. Une fois chez elle je me suis rendu compte qu’il n’en était rien et qu’elle rompait donc trois semaines de disparition comme s’il ne s’était rien passé. Elle a lu la lettre devant moi, m’a dit que c’était des beaux mots. Lorsque j’ai voulu creuser un peu plus, elle s’est mise en colère me disant qu’il lui fallait du temps pour réfléchir. Le lendemain, elle m’a donné des gages de bonne volonté que j’ai jugé suffisant tant je souhaitais croire qu’un belle relation était possible… Après trois jour d’un nouvelle « lune de miel », le premier août, j’ai eu un grave accident de voiture inexplicable (j’ai vu une voiture arriver en face de moi et je n’ai pas réagis, comme si mon cerveau avait démissionné). Je pense que la fatigue d’un travail très prenant associé à ce contexte relationnel très complexe sont responsables. Ma compagne a suivi les pompiers qui m’emmenaient et j’ai été installé dans un box en attendant un scanner cérébral. Elle n’a pu me rejoindre tout de suite dans le box, mais lorsqu’enfin elle est arrivée, ses premiers mots ont été: « ho j’ai un problème de décolleté… me montrant la nature du problème… J’étais sonné, je n’ai donc pas réagi. En sortant de l’hôpital quelques heures plus tard, je lui ai demandé de faire un détour pour me permettre de rassurer mes enfants qui étaient chez leur maman (dont je suis séparé depuis 4 ans). Elle n’a pas voulu, présentant un argument douteux, mais étant vraiment sonné par le choc (réel et émotionnel) de l’accident je n’ai pas insisté. Elle m’a amené chez elle ou j’ai dormi. Le matin, elle est partie travailler en me disant je me dépêche, je serais là à 11h30. Elle arrivée vers 13h30 (je n’ai rien dit sachant que notre travail apporte des imprévus), elle m’a à peine dit bonjour et a parlé pendant 3/4 d’heure d’une « vilaine » patiente qui lui faisait des misère. Après le déjeuné je lui ai demandé de me raccompagner chez moi (n’ayant plus de voiture). Elle m’a raccompagné mais a voulu passer chez deux patients, en sortant de chez les deuxième, elle était toute joyeuse parce qu’il lui avait offert un café. Cela faisait 1h30 que j’attendais dans sa voiture. Arrivé chez moi, j’ai senti que malgré qu’elle ne travaille pas l’après midi, elle n’avait aucune envie de rester un peu avec moi. Nous nous sommes donc retrouvé le soir au restaurant et je lui ai dit ce que j’avais ressenti au cours de cette journée… Elle a disparu. Je lui ai écrit une dernière lettre ou je lui parle mon sentiment qu’il semble coexister deux personnes en elle et qu’elle ne semble pas décidée à diminuer celle qui est la moins sympa. Je luis signifie que je mets un terme définitif à la relation, quoi qu’il m’en coûte. Trois semaines après l’envoie de cette lettre, j’ai reçu un appel, je n’ai pas décroché. Le message est agressif, elle dit notamment que j’aurais dû m’estimer heureux de tout ce qu’elle avait fait pour moi au moment de l’accident et la remercier, parce qu’elle n’avait pas que ça à « foutre », qu’elle avait une vie privée, et que si j’étais un homme j’aurais pu rentrer chez moi en bus… J’ai eu par la suite une vingtaine de messages auxquels je n’ai pas répondu (et cela a été très dur pour moi de résister). Dans ces messages je me rends compte que pour me faire réagir, elle explore toutes mes failles, essaie de me faire ressentir tout un panel d’émotions, de la colère, au sentiment d’injustice, de la pitié au rappel du sentiment amoureux que je crois avoir ressenti… Dans ces messages tous les tons son exprimés, dans un même journée elle peut laisser un message plein de larme et quelques minutes après me parler d’un infirmier qui cherche des remplacements. A plusieurs reprise elle me dit que je n’entendrais plus jamais parler d’elle et elle rappelle. Aujourd’hui, cela fait une quinzaine de jours que je n’ai plus d’appels.

    Mais… Malgré tout cela. Malgré ma conscience que je ne peux rien attendre de bon d’une reprise de relation avec cette femme… Une part de moi résiste à lâcher…
    C’est d’autant plus difficile, que du fait de mon travail, je la croise en voiture régulièrement, je soigne des personnes dans sa résidence, et que chaque fois des souvenirs nostalgiques ne manquent pas de m’assaillir. Souvenirs que je m’efforce chaque fois de mettre en face de la réalité qui m’a fait décider de rompre.
    Mais… je me sens donc déchiré en deux, comme si j’avais ingéré sa folie, ingérés double personnalité… Il est extrêmement difficile et douloureux, d’admettre la possibilité que ce qui a été bon, extrêmement bon, dans cette relation ne l’a été que sur la base d’un mensonge de sa part. Difficile d’admettre que ce transport amoureux extrêmement fort était basé sur un mirage. Difficile d’admettre que mon intuition d’avoir senti, au tréfond d’elle un être de lumière, très profondément caché. Difficile, si cette intuition est bonne, d’admettre que mon « amour », qu’aucun amour ne peut libérer ce noyau de lumière. J’ai voulu la sauvé, la soulager pour que peu à peu elle n’ait plus besoin de ses pauvres stratégies. Je me rends compte aujourd’hui que ce besoin de la sauver, cache un très (trop) grand besoin d’être aimé. Que la sauver, elle, la sauver d’elle même, aurait lavé un échec très ancien de n’avoir pu sauver quelqu’un de très proche.

    Ma question: Comment sortir de cette pulsion qui échappe à la raison et qui pousse à maintenir le rêve que cette relation peut reprendre sur des bases saines?
    N’y a-t-il que le temps et la résistance à la tentation d’y retourner, qui permette de peu à peu faire mourir cette attirance (énergie) mortifère?
    Je vous remercie pour vos écrits, pour vos vidéos, qui me permettent avec d’autres, de maintenir et de renforcer ma décision très coûteuse en énergie de ne pas y retourner.
    Merci
    Guillaume

    • Bonjour,
      Merci pour ce témoignage.
      Pour ce qui est de cette tentation d’y retourner, il s’agit d’addiction et il faut la « traiter » comme telle, avec beaucoup de volonté.
      Lisez ceci : http://www.soutien-psy-en-ligne.fr/blog/addiction-et-dependance-affective/
      Bon courage! Geneviève SCHMIT

      • Bonjour
        je suis très troublée par ces témoignages car je me retrouve dans le mal être et les symptômes évoqués qui vont bien au delà du chagrin d’amour lorsqu’ on quitte une relation toxique.
        Mettre un mot sur le côté pathologique des choses est un début..il donne un sens a la lutte que l’on mène pour revivre.
        Pour ma part je me retrouve dans tout ce que vous évoquez mais je n’ai subi aucune violence physique ni verbale..une emprise silencieuse et une addiction grandissante seulement.
        Peut on dans ce cas la parler de perversion narcissique?

    • Votre témoignage me touche énormément et me parle…je pense vivre la même chose que vous avec un homme…et je ne sais ce que je dois faire et comment réagir. ..comme vous je ne peux imaginer m être à ce point trompée. ..quand nous sommes dans une phase post dispute où il accepte de parler il reconnaît avoir un souci et me demande de l’aider. .. mais il y a toujours une raison pour ne pas consulter un thérapeute de couple ou psy…
      Vers qui pourrais je me tourner ?
      Merci encore

      • Bonjour,
        merci pour votre réaction à mon témoignage. Peut-être auriez-vous besoin d’échanger sur vos expériences? Si vous le souhaitez nous pouvons échanger par mail.
        Je vous souhaite bon courage pour ce que vous vivez.
        cordialement
        Guillaume

        • Bonsoir.
          Je suis troublée en lisant votre témoignage. Je me sens y n peu moins seule.
          Cela fait des années que j’essaie de sauver mon couple. Je me remets sans cesse en question. Je m’accomode tant bien que mal des coups bas, des humeurs changeants. Je me suis fait opérée pour la seconde fois de la colonne vertébrale la semaine passée. A mon retour, le lendemain, il n’était pas là. Soirée de prévu avec des sponsors. J’étais incapable de me faire à manger. Mais c’était « normal » pour lui. Il était dans sa phase de colère. Depuis décembre je lui ai dit que je voulais rompre. Il a passé près de 15 jours sans me parler. Puis il est revenu vers moi, en m disant tu vois tu ne fais aucun effort. Dans une journée, il peut alterner des phases agressives (mais il parait que je me fais des idées) à moments où il est de bonnes humeurs comme si rien n’était. Là, il me parle de la séparation ( je fais tout pour tenir) mais il est tellement »normal » qu’il me fait culpabiliser. Je pense aux enfants. Il sait que c’est mon plus gros points faibles . Est ce qu’un PN peut changer ? Est ce une phase pour me faire craquer ?
          Mon histoire n’est pas très claire car je n’en livre qu’une toute petite partie. Mais pouvez vous me dire si un psy pourrait m’aider ?
          Bonne soirée.

    • On dirait Manu, infirmière double face, ambivalante. A la fois tu y vois une personne douce et de l’autre côté remplie d’une violence inouïe.

    • Bonjour, je suis tres touchée par votre message, je me reconnais beaucoup dans votre histoire, et dans tous les doutes que vous évoquez. Moi meme je tente de me reconstruire. Sachez que vous n’etes pas seul et qu’ une savane cache souvent d’autres zebre! Bon courage mais il faut resister par amour pour soi

    • Bonjour Guillaume. Ce jeu au chat et à la souris je connais…parfois on a l’impression de toucher le fond, alors qu’il n’y a même plus de fond, il y a toujours une étape supérieure… on n’arrive plus à être soi même tellement l’autre nous pique toute notre énergie… Aujourd’hui pour moi est un grand jour, j’ai décidé de le quitter… je viens donc de découvrir son « vrai visage »… J’espère être assez forte pour aller jusqu’au bout de ma décision !

      • Bonjour.
        Comme vous Corinne, j’ai décidé de rompre avec mon ami fin janvier. Aujourd’hui je refuse de lui parler, et ce depuis 15 jours maintenant. Il continuait à me torturer via SMS.
        Comment vous sentez vous aujourd’hui ?
        Je trouve ça tellement dur…

  9. Bonjour à tous et à toutes,
    Après avoir lu tous vos commentaires Je viens apporter mon témoignage, ma propre expérience. 2 ans de vies partagées avec un PN (heureusement je suis assez réactives aux situations néfastes, quand bien même …), une histoire qui avait pourtant bien commencé, notre idylle « paraissait » (car il s’agit bien de paraître) évidente et parfaite.

    Je vous passerais bien les détails que j’ai du subir pendant cette affreuse expérience, mais difficile, je vais essayer d’aller à l’essentiel :
    Il m’a peu à peu vidé de toute mon énergie, lentement fait (re)surgir la culpabilité dans mon être, le doute, l’empathie pour ce qu’il vivait à l’époque (chômage, maladie, un de ses parents gravement malade etc … ) et comme le chante si bien la chanteuse Camille « je vais prendre ta douleur » … chose faite il a pu alors attaquer et semer le trouble en moi. Je m’intéresse depuis quelques mois aux personnes dites HPE/HPI, en d’autre mot la surdouance pour ma fille. A ma grande surprise Je me suis retrouvée ou plutôt trouvée dans toutes ses recherches. J’ai pu alors faire le lien qui existait très souvent entre le prédateur (PN) et sa proie (HPE et/ou HPI).

    Si je peux vous apporter du réconfort et une touche personnelle, dites vous bien que les PN vont chercher des proies (en général si j’ai bien compris) dont le potentiel émotionnel est élevé, qui ont des passions, une énergie rayonnante et sont curieuses de nature. C’est précisément ça que vient chercher le PN, soyez sûr(e)s que si vous n’aviez rien à apporter, si vous n’étiez pas bienveillant(e)s, il ne serait pas là car c’est bien ça précisément qu’il vient vous prendre.
    Lorsque le doute s’installe il faut se rappeler une chose : il (elle) ne changera pas car inconscient de son état. C’est donc à vous de prendre LA décision. Personne d’autre. Chacun est maître de sa vie.
    Tant que vous serez dans le déni, ou dans l’attente de vouloir changer le PN, vous alimenterez ce processus. Nous y contribuons aussi que nous le voulions ou pas. C’est à la proie de trouver la force et la détermination pour rompre le lien.
    Comment faire ? :
    * ne plus alimenter le schéma dominant dominé,
    * si besoin (ça était mon cas, un premier pas vers ma libération et me convaincre d’agir), avertir l’autre que la situation ne nous convient plus et que l’on met un STOP à la relation
    * ne pas répondre, ne pas ouvrir la porte (même s’il reste planté 3h devant votre porte à vous faire culpabiliser  » si tu m’as aimé ouvre la porte » d’une voix douce, à l’agonie de sa vie, suppliante, « le pauvre »…. NON silence radio
    * s’il le faut changer de tel
    * si menace par texto transférer de suite TOUS les textos à une personne de confiance sans même prendre le temps de les lires (je vous promets que ça marche au bout de 2 ou 3 textos où il (elle) essaiera de se récupérer surpris par le geste (pris au piège le PN n’aime pas ça)
    * si vraiment l’envie vous prend de répondre au texto … les écrire mais ne pas les envoyer… effacez…n’alimentez pas… créez vous une boite à soucis et écrivez tous vos maux, quitte à les bruler par la suite…ça fait un bien fou
    * quant aux couples mariés avec enfants … il va falloir être plus malin que lui (elle) … quitte à mentir et le (la) piéger à son propre jeu pour lui interdire de vous approcher (essayez de rassembler des preuves écrites ou orales d’un harcèlement (texto, faire tourner la caméra pendant qu’il (elle) opère contre vous …

    Je sais que ça paraît simple à dire, mais je m’en suis sortie et pas sans peine, je ne vous promets pas que ce soit facile mais par contre que ça en vaut le coup. Il faut du temps pour remonter la pente, du temps pour retrouver l’estime de soi et la joie de vivre …

    maintenant je vais devoir affronter le fait que mon père est peut être aussi PN … je doute la aussi comme j’ai douté dans mon ancienne relation … ce qui est certain c’est qu’il a dévalorisé ma mère pendant des années et aujourd’hui encore. Je pense aussi qu’il nous a pris en otage (nous ses enfants) pour se glorifier lui même, se sentir important fau yeux de la société et de l’entourage.
    Mais comme à mon habitude je suivrai ce que me dit mon instinct, mon ventre, s’il se resserre c’est qu’il y a malaise, quel qu’il soit, quelle qu’en soit la raison je n’ai pas à subir ce supplice… personne ! Et surtout je vais faire mon possible pour me faire davantage confiance.

    Je vous souhaite à tous et à toutes de trouver la force et le courage pour ouvrir les yeux et fermer votre porte aux personnes qui ne vous méritent pas ^_^

    Un zèbre qui se découvre et se défend 😉

  10. bsr…je suis avec mon ami depuis 5 ans et ces 5 annees ony été très difficiles mais en meme temps bouillantes ,vivantes …mais epuisantes…
    mon ami me dit depuis tjrs qu il est malade psy ( hyperactif tendance bipolaire…???)et il touche l aah…n a pas envie de travailler ou se lasse très vite…fait des choses qu il sait souffrantes pour moi…sortir avec des amis le soir avec d autres femmes amies..?
    préservatifs chez lui …car ns ne vivons pas ensembles….je suis tjrs ds le doute de tout si il me ment ou pas s il est bien chez lui quandil le dit…
    je suis tjrs tiraillee entre oui il me dit la verite non il me ment…
    j ai le sentiment qu il joue avec moi on est separes depuis son hospi en clinique psy mais on s est vu et on a refait l amour ….il me doit 2000 euros qu il m a demande sur 3, 4 ans et j ai prete …donne…
    enfin je voudrai savoir si c est un PN ou pas….???
    erci beaucoup d avance si vs avez une reponse…?!

    • Bonjour,
      Je ne peux dire si cet individu est un PN mais … il me semble qu’il a déposé ses cartes au début de la relation et que, malgré cela, vous avez fait le choix de la poursuivre.
      Qu’il vous rende malheureuse est indéniable. A vous maintenant, et à vous seule, de faire des choix sains pour VOTRE vie.
      Pour ce qui concerne les 2000€, c’était évident dès le départ qu’il ne pourrait vous les rendre … mais vous les avez quand même donné, c’était votre choix. Je pense donc que vous devez les lâcher en même temps que lui pour prendre votre vie en main.
      £Bon courage, Geneviève Schmit

  11. Je n’y arrive pas.. après les insultes.. les hurlements…les dénigrements. . Violence verbale. . Voici les coups.. que paraît il je provoque parce que je lutte trop…

  12. Bonjour,

    J’ai 36 ans, père de deux enfants, j’ai coupé les ponts avec mes parents après que mon épouse ait trouvé la force de me faire reconnaître que les comportements de ma mère étaient toxiques à notre égard.

    Cela fait plusieurs années que nous ne les avons plus vu mais depuis la naissance de mes enfants, la pression (indirecte) n’ont jamais cessés (ex carte de vœux adressées à une adresse qu’ils ne sont pas supposer connaître, reproche familiaux etc…).

    Toute m’a famille m’a tourné le dos malgré mes explications sous le simple prétexte que « cela ne se faisait pas ».

    Mon épouse vit encore très mal les comportements de ma mère et aujourd’hui nous nous apprêtons à porter plainte afin d’éviter que dans le futur, nos enfants soient instrumentalisés d’une manière ou d’une autre.

    Est-ce que des victimes ont déjà pu bénéficier d’un éloignement judiciaire ? et le cas échéant, est-ce que cela fonctionne ?

    Merci d’avance de vos réponses

  13. Bonjours cela fait deux ans et demi que je vis avec une PN grise foncée ,cela fait un mois que je sais qu elle est PN après avoir discuté avec une de mes clientes qui m’a dit de fuir car son fils vie la même chose que moi et que j étais en présence d une pervers narcissique j ai effectuer des recherches sur internet et effectivement pas de doute c’est ça à mon grand desaroi … Humiliation critique dévalorisation violence sans raison soudainement critique de la terre entière et de tout le monde la vie uniquement centre sur elle plein de cadeau dis toujours le contraire de ce qu elle pense ne fait jamais ce qu’elle dis aucune vie aucun loisir seul elle elle elle isolement total de ma personne monopolise mon attention lorsque j ai les enfants tous les 15 jours pour qu au lieu de m’occuper d eu je passe mon temps avec elle par sms dans un état pas possible de stress et d’angoisse … Enfin je pourrais écrire un livre . Depuis la première semaine un de ces jeux favoris et de rompre avec moi , il n y a pas un mois qui ne passe sans une rupture et moi de la supplier de le laisser une chance de passer des nuits et des jours à lui écrire tout et n importe quoi pour qu elle revienne . 3 fois nous avons rompu plus d un mois et chaque fois elle reviens alors que c est elle qui pars et qui me dis qu elle ne changera pas d avis . Et là il y a un mois sans raison encore une fois le choc la rupture et cet fois plus de fermeté de sa part j ai mis quinze jours à pouvoir la faire revenir mais elle est revenu en me disant tous les jours nous ne somme plus ensemble je suis libre si je veux rencontrer quelqu un d autre c est mon droit nous nous verrons comme ça car j ai besoin de ta présence et elle m’a fait croire qu elle avais quelqu’un d autre que ça faisait un moi qu il ne s’était vus qu une fois alors qu elle n est jamais sorti j habite au dessus de chez elle que elle me privilégiais moi que j avais de la chance etc … Savoir que avant cet rupture nous ne nous voyons que chez moi et que c est moi qui faisais tout manger ménage et tout le reste et que nous n avions des rapports que rarement et que pour me faire plaisir sachant que cet personne vie dans un musée que rien e dois être toucher chez elle et qu elle ne tolère aucune trace de doigts ou autre nul pars et que cela fais 10 ans qu elle n à pas cuisiner et donc que la ces 3 dernières semaine on ne ce voyais que chez elle tous les jours uniquement à sa demande à l heur de l apéro on mangeais ensuite ensemble et on dormais ensemble tous les jours on a jamais autant eu de rapport et nous avons refais des projets on refaisais des balades elle m’a refais un cadeau et la semaine dernière après une belle après midi et soirée alors que nous avions rie qu’elle a même encore eu sa maman au tel et elle lui a dis qu on étais super bien ensemble comme ça qu elle voulais que je vienne avec elle chez sa maman demain lundi . Elle à changer d un seul coup à un quart d heure de partir à son travail elle m a dis que je n avais pas avenir avec elle que nous n étions plus ensemble que la relation n a aucun sens qu il faut tout stopper plutôt que de ce voir comme ça et moi je me suis coucher à ces pieds la suppliant de continuer à ce voir comme ça elle a d’abord rie et devant mon insistance et rentrer dans une phase de violence m’a d’abord mis dès coup et m’a attrapé par le côté de la bouche me plantant ces ongle au sang à l intérieur et extérieur et la mordu violemment dans le coup . Ayant beaucoup lu depuis un mois sur les PN j ai fait une chose un peu stupide sachant que déjà les voisin assiste chaque fois malgré eux à toutes les crises car on vie dans un vieille immeuble et on entend tout ce que tout le monde fais . Je l ai contraint en la maintenant à me suivre en face de chez elle j ai frapper à la porte et j ai montrer au voisin la personne qui vivais en face de chez eux qu il vois de quoi elle était capable depuis j essais encore de la convaincre de revenir mais c est le vide pour moi le néant elle me répond juste que pour elle je n existe plus .ou que je ne fais plus parti de sa vie … Sachant que c est déjà elle qui m’a quitter …
    Ma question arrive t il qu un PN quitte réellement sa victime .sachant que dans l absolu c est un bien pour moi puis je quand même espérer qu elle revienne ou ai je définitivement tuer la relation que j entretenais avec elle
    Je ne vie plus je suis vide je n ai plus de substance plus d envie plus de but je n ai qu une envie c est d être avec elle …
    Un PN peut il quitter définitivement de son fais sa victime au bout de 3 ans

    • Christophe, pour quelle raison écrivez vous « que vous avez tué définitivement la relation avec elle » ? n’avez vous pas l’impression qu’elle vous a poussé à bout ? et après ça vous voudriez qu’elle revienne ? elle vous fait tourner en bourrique, vous fait le chaud et le froid, tel un enfant roi immature et égocentrique et vous en redemandez ? vous ne seriez pas un peu maso ?
      Considérez vous chanceux que cette « femme-enfant » vous ait quitté et allez vers des personnes saines.
      Bon courage

  14. Bjr
    Mon père est un PN et a bien gâché ma vie, avec ma mère.
    Mon fils a 9 ans et j’ai peur qu’il soit lui aussi pn; il est très manipulateur et m’épuise; je suis très inquiète; comment en être sûre, que faire? je l’élève seule.
    Merci

  15. Bonjour,

    Je n’ai pas vécu avec un pervers narcissique. J’ai par contre lié des amitiés , avec des femmes, je pense en référence à ma mère qui m’avait sous emprise. M’étant libéré d’elle, cela m’a pris 4 ans , je pensais en avoir fini avec ça. Mais j’ai réalisé que j’avais dans mon entourage 4 « amies » qui n’étaient pas bienveillantes avec moi, pas à l’écoute comme je le croyais au début. Je les ai débusquée les unes après les autres. Elles ont toutes réagi de manière très agressive.
    L’une d’entre ellle habitait carrément sur mon lieu de vie. Je l’ai chassée violemment. Mon compagnon et moi même avons fini par comprendre à qui nous avions affaire. Elle n’a pas apprécié du tout et s’est comportée comme vous le décrivez. Montant un grand nombre de personnes contre nous. Se faisant passer pour la victime et nous accusant d’être manipulateurs. Notre entourage a cru à un simple conflit et a trouvé notre attitude très violente, j’en ai été très meurtrie. Elle a réussi à les leurrer, quasi tous. La colère m’a longtemps envahie. Mais maintenant je me sens libérée.
    Je vois aussi mes faiblesses qui font que j’attire ce genre de personnalités égocentriques. Je suis quelqu’un de très empathique, HPI par dessus le marché et je crois que j’attendais une relation qui n’existait pas. Elles me tenaient sans cesse en haleine, me faisaient douter de moi, doucement mais surement…un lent processus de culpabilisation que l’on ne perçoit pas tout de suite. J’ai cru un moment que j’étais parano de croire que je n’étais entourée que de perverses. Mais maitenant je sais juste que j’avais besoin de reprduire le schéma pour le faire émerger. J’ai d’autres vraies amies avec qui je me sens à l’aise.

    Or, pour la réflexion que cela a suscité chez moi…je me pose encore beaucoup de questions sur ces personnalités. Ne sont elles pas issues également d’une abscence totale de limites. Des enfants à qui on a tout concédé. Qui ont grandi à coup de caprices et sans aucune construction de l’empathie.
    Ma mère ayant été elle même victime d’un pervers narcissique..Je me demande si un pervers peut être piégé par un pervers ?
    Ces amies dont je parle qui ne sont pas capable d’une vraie empathie, deviennent froides et distantes quand je parle de moi parce qu’elles ne veulent qu’une seule chose: que je les écoute parler d’elles…Sont elles perverses aussi ou simplement égocentriques et perdues? Sont elles également comme ça avec leur compagnon…qui pour le coup me semblaient effectivement tristes et à la merci des crises de madame.
    En attendant je suis loin de tout cela. Je ne pense pas me laisser piéger à nouveau. J’ai appris à les détecter. Il y a des détails qui ne trompent pas.

    Merci pour le site, c’est très réconfortant. Courage à toutes et à tous.

    Marion

  16. Je suis en train de me séparer du PN avec qui je vis depuis 4 ans.
    Grâce à une thérapie que je suis depuis 9 mois, j’ai commencer à ouvrir les yeux et comprendre ce qui m’arrivais.
    Je vivais avec une angoisse, un stress, une impression de ne plus être capable de gérer les choses ou de prendre une décision puisque tout ce que j’ entreprends est sources de conflit. Je perdais confiance en moi.
    Malgré cette prise de conscience, j’ai peur de me faire à nouveau avoir. J’ai tout simplement peur.
    Lire toutes les informations et témoignages mettent des mots sur ce que les victimes subissent et font réaliser que nous ne sommes pas dingue, que cette relation n’est pas normale !
    Le PN est tellement serviable et gentil en société qu’il est difficile de se confier, car les gens pensent que nous mentons ou que s’est nous qui avons un problème.

  17. Bonjour,
    J’ai quitté un pervers narcissique l’an dernier.
    J’ai découvert peu de temps après que mon père en était un.
    Il m’a inculqué (ainsi que ma mère qui est complètement sous son emprise) des mécanismes pervers sans que je m’en rende compte.
    J’ai l’impression un jour d’être victime et le lendemain perverse.
    Avez-vous un conseil à me donner ? Pouvez-vous m’aider ? J’avoue que je ne sais pas trop vers qui me tourner. Car il y a ceux/celles qui aident les victimes, ceux/celles qui aident les pervers mais pour ceux/celles qui sont un peu des 2 ??
    Merci d’avance

  18. Je pense vraiment être avec un Pn je lui ai dit que je voulais rompre et lui ne veux pas l entendre il ce victimise ce moi la coupable il me rejette tout il ne pense qu a lui et il me traite de folle que j ai un problème il m’a anéanti avec ces paroles

    • Bonjour,
      Si vous désirez rompre, il n’a pas à le vouloir ou pas !
      AGISSEZ !!
      Bon courage! Geneviève Schmit

    • Merci de M avoir lu actuellement il vit chez moi suite à une opération il a pris mon espace ainsi que celui de mes filles on ce sent mal on a pas à faire de bruit il a installé ces règles et dès que je lui en parle sa finis en conflit tout ce que je veux évitez devant mes enfants je suis à bout et pourtant je lui ai dit de partir il m’a dit dès que je guéri merci pour vos précieux conseils

  19. Comment savoir qui est le PN?
    Moi même cela fait plusieurs mois que je me demande si c’est elle ou moi le PN…
    A lire les caractéristiques je me retrouve pour certaines choses et pour d’autres pas du tout, et je retrouve mon ex dans des caractéristiques…
    Un PN peut il rencontrait un autre PN et dans ce cas que se passe t’il?

    • Bonjour Nico.
      Il est important de réfléchir à l’intention …
      Bon courage. Geneviève Schmit

      • Veuillez m’excuser mais votre réponse (sauf erreur de ma part) n’aide pas trop.
        Je pense que justement parce que l’on réfléchit trop que nous arrivons à la question:
        Un PN peut il rencontrait un autre PN?
        et si c’est le cas, y a t-il une « solution » aux problèmes et aux sentiments négatifs? ou la réponse est donc la séparation?
        Peut-un PN se rendre compte d’en être un?
        Je vous remercie pour la réponse et le temps que vous donnez a tous ceux perdus avec des personnalités pareils.

        • Bonjour,
          Je ne peux aborder ici que sur de la généralité car je ne connais pas votre situation précise.
          Aussi ne m’en veuillez pas si ma réponse ne correspond pas à votre attente.
          Si vous souhaitez aller plus au fond de la réflexion, le mieux est de convenir d’un rendez-vous.
          A bientôt, Geneviève Schmit

          • Je me demande sans cesse si il est vraiment un PN. Il m’aidait pour beaucoup de chose, comme le ménage, les courses ect… mais préférait que je ne sois pas présente. Si il est PN, pourquoi il faisait ça ? Pourquoi se montrait il attentif ? Je suis en grande souffrance et n’est plus de goût pour la vie et ne pense plus qu’a en finir. Que faire ? J’ai deux enfants qui ont encore besoin de moi…Je suis suivi par un psychiatre mais je n’arrive pas à retrouver goût à la vie. Je vois la vie maintenant comme il l’a voyait, difficile, noir. COMMENT SAVOIR SI JE NE ME SUIS PAS TROMPEE ?

          • Etiez vous épanouie avec lui ?
            Pouviez vous vous projeter sereinement dans le futur avec lui?
            Savait-il vous mettre à l’aise et vous valoriser ???
            Avec ces réponses vous saurez si vous avez bien fait de reprendre votre vie en main, et c’es tout ce qui compte !
            Bon courage, Geneviève Schmit

    • Bonjour,
      Le manipulateur peut il prendre lui la decision de partir ( avec quelqu’un d’autre biensûr), et trouver une autre « sauveuse »?

  20. Merci pour ces précieux conseil et nous permettre d y voir plus clair moi il me reproche tout et c’est lui qui a toujours raison et ce victimise

  21. il n y a aucun texte de loi qui vous protège du pn , cette maladie n est pas encore véritablement reconnue et prise au sérieuse , voir l inverse .

    il y aurai des choses simple a faire .
    EN 1 ) obliger, de par la loi, de diagnostiquer la personne par un collège d expert VIA LE PROCUREUR .
    EN 2 ) une fois démasquer et reconnue, une simple injonction du procureur , pour le pn d approcher sa victime , sous peine de 1 mois de prison ferme à la moindre incartade , très dissuasif .
    EN 3 ) pour les cas de couple , avec séparation , toujours passer par des intermédiaires reconnue , services sociaux spécialiser , je dis bien spécialiser dans ce domaine EN RELATION AVEC LES SERVICES DU PROCUREUR ET D EXPERT PSY .

    CONCLUSION : le pn ne vie pas dans la réalité du quotidien mais dans une réalité virtuel ou tout les droit lui sont permis en jouant avec la réalité du quotidien , donc sur la naïveté et la crédulité des protagonistes .
    la meilleur des armes contre le pn est tout simplement la vérité et le pragmatisme .
    LA VÉRITÉ , pour court-circuite l entourage du pn et le pragmatisme pour court-circuité le pn vis a vis de vous même .
    MAIS NE VOUS FAITES AUCUNE ILLUSION , le pn a toujours raison et ne changera jamais car c est lui la victime , car vous ne faites pas partie de son monde virtuel ….

    • C’est très juste :  » le pn a toujours raison et ne changera jamais car c’est lui la victime  » : mon mari « m’a eu » en me racontant ses misères de mal aimé / mal compris … il s’est rendu crédible en nommant des personnes bien précises ( sa mère, ses frères, ses employeurs, ses collègues … ). Je l’ai nourri de moi ( en lui donnant le confort matériel, malgré ses 13 ans d’arrêts de travail réguliers. Avec moi, il a enfin une vie facile, des amis, de beaux enfants, … , il a demandé le divorce ( la maison, les enfants, l’argent …), et pour lui, c’est moi la méchante, et il y croit fermement. C’est effectivement une pathologie, destructrice, le pn ne peut pas se contenter d’être heureux, il a besoin d’être admiré, de dominer, il est tellement sûr de lui qu’il coupe l’arbre, alors qu’il est assis sur la branche, lui et nos enfants.
      VFE

  22. C’est une bataille de tous les jours après plus de 20années de vie commune.
    Même si personnellement j’ai fait un énorme travail pour libérer ma tête de son lavage de cerveau, j’ai peur !
    Cet homme est plus que sociable et charmant en société.
    Pourrais je un jour à le faire lâcher prise ?!
    Rien n’est sûr

    • Bonjour,
      Ce n’est pas certain que rien ne le fasse lâcher prise …. mais tout dépend aussi de ce que vous appelez « lâcher prise ».
      Je crois qu’il y a parfois la possibilité de « manœuvrer » pour que les choses trouve un certain apaisement. Tout cela est relatif bien sur !
      Bon courage! Geneviève Schmit

    • Omg Esther comme je suis contente de voir que je ne suis pas seule. J’ai quitter le pn apres 17 ans .Mon gros problemes c’est que j’ai des enfants en bas age 4&8 ans . Je suis partie depuis le mois de mars 2015 , on a la garde partagé 1 sem / 1 sem . Il m’est difficile de me separer totalement de son emprise puisqu’il utilise le seule point faible qu’il me reste… Mes enfants. Il sait que j’ai terriblement peur qu’il m’enleve mes enfants. Il est com Esther la decrit sociable et charmant tres sympathique il se montre tres genereux et le 3/4 ds gens tombe ds le panneau. Il reproduit tjrs le meme pattern. Lorsque la victime le laisse il sort avec sa meilleure amie ou bien une tres bonne amie que son ex apprecie bcq. J’ai une avocate d’aide juridique qui heureusement a bien cerner le personnage sans que j’ai a me justifier , jcrois que c’est une femme qui voit clair . Mais jai terriblement peur comme Esther dit aussi il ma laver le cerveau. Ca me fache de savoir que je ne suis pas folle que c’est lui qui a un probleme et que ma peur soit encore la. Si j’aurais d’enfants avec lui j’aurais pas peur du tout. Il joue ds le cerveau de mon plus vieux et je suis completement impuissante.à tout les jrs je souhaite que les gens de l’ecole et du village se rendre compte de ses mensonges et sache que je suis une tres bonne mere. Je vis ds la crainte de la reputation qu’il me donne a notre entourage. ( ns vivon ds un petit village de 700 habitant) je dois encore m’empecher de vivre pour etre certaine que mes actes ne soient pas malvue( ex: il dit a tout le monde que je suis tjrs saoule, alors si jveut boir un verre de vin ou une biere jdois aller acheter cette boisson hors du village) …. Et j’en passe je sais que ca fait seulment quelque mois que l’on est separer et je sais que jen ai pour des années a subir ses tortures psychologique. Heureusement que j’ai trouver ce site aider moi a reprendre confiance et aller chercher de l’aide pour rebatir ma personne que j’ai oublier depuis 17 ans . Je dois etre forte car j’ai mes 2 garcons que je dois proteger de lui. Je sais que son but est de convaincre les garcons d’aller vivre avec lui de leur plein gré ca peu sembler debile mais je sais quil en est capable. Et comme les autres victimes il y a juste ma mere, mon frere, ma meilleure amie et son ex avant moi qui savent comment il est vraiment.

  23. Cela fait presque 3 ans que je cherche à divorcer, à réussir à me débarrasser de lui.
    Même l’enquête social n’y a vu que du feu, pourtant je les ai prévenu.
    Résultat mes enfants sont en danger physique morale etc avec lui et ses parents.
    Enfin le pédopsychiatre à réagi et prévenu le Procureur, une enquête est encore lancé…
    Pour moi je n’ai aucun répit

  24. Conseils très justes !
    Malheureusement, j’aurai préféré être préparée et informée de tout ça dès le début de mon divorce !
    Cela m’aurait évité d’avoir même de l’empathie pour lui (mais comment est-ce possible de réagir comme ça ? Je suis vraiment trop stupide) !
    D’attaquer avant lui !
    Trois ans déjà et ce n’est pas fini, et ma santé qui se dégrade !
    Comment faire ? De plus, mal défendue, avocates pas assez combatives !
    D’ailleurs, question, peut-on changer d’avocat pour la quatrième fois ?
    On m’en a conseillé une bien, qui pourrait enfin me défendre correctement sans avoir peur de lui… Est-ce bien perçu par un Juge ?
    Merci beaucoup Geneviève et bonne soirée à vous.

    • Bonjour,
      On voit très souvent les victimes passer d’un avocat à un autre …
      C’est effectivement délicat mais après tout, c’est votre futur qui en dépend !
      Si ce nouvel avocat est RÉELLEMENT spécialisé, allez y !
      Mais il y a aussi le problème qu’il se peut que votre dossier soit déjà trop enlisé …
      Bon courage! Geneviève Schmit

  25. J ai réussi à faire partir de la maison , mon PN . Mais je me bat depuis plus d une année pour racheter sa part de notre maison . Le lien entre lui et moi est toujours là.. Bref …
    Il m est toujours très difficile de penser que tout, de ce prince charmant était faux
    J apprécié énormément de vous lire et de vous entendre , merci de prendre du temps pour nous , les proies.

    • Merci Virginie pour ce témoignage de reconnaissance.
      Je crois qu’il serait temps de ne plus vous considérer comme une « proie » 😉
      Travaillez votre confiance en vous … c’est vital !
      Bon courage! Geneviève Schmit

  26. Merci Geneviève…C’est bien analysé, puis synthétisé dans une forme claire. Bravo pour ce travail, tellement utile!…

  27. Très vrai . L’important est de savoir contre quoi il va falloir réagir …
    Pour moi le point final sera (je n’ose plus y croire) le 23 octobre 2015…
    Aprés 12 ans de lutte …. Mon avocat m’a proposé d’agir après pour les violences subies mais honnêtement le divorce sans devoir lui verser de pension alimentaire parce que « le pauvre » est entrepreneur victime de la crise …
    Sera tout à fait acceptable pour moi .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *