La communication perverse du manipulateur narcissique

Le déni du reproche ou du conflit par l’agresseur paralyse la victime qui ne peut se défendre. L’agression est perpétrée par le refus de nommer ce qui se passe, de discuter, de trouver ensemble des solutions.

Se soustraire au dialogue est une façon habile d’aggraver le conflit, tout en l’imputant à l’autre. Le droit d’être entendu est refusé à la victime.

Le refus de dialogue est une façon de dire, sans l’exprimer directement avec des mots, que l’autre ne vous intéresse pas ou même qu’il n’existe pas.

Avec n’importe quel autre interlocuteur, si on ne comprend pas, on peut poser des questions.
Avec les pervers , le discours est tortueux, sans explication, et conduit à une aliénation mutuelle.
On est toujours à la limite de l’interprétation.

Devant un refus de communication verbale directe, il n’est pas rare que la victime ait recours aux courriers. Elle écrit des lettres pour demander des explications sur le rejet qu’elle perçoit, puis, n’ayant pas de réponse, elle écrit à nouveau, cherchant ce qui, dans son comportement, aurait pu justifier une telle attitude.

Ces courriers, laissés sans réponse , sont souvent utilisés et interprétés par l’agresseur contre sa cible.

Déformer le langage.

Celui qui a déjà été la cible d’un pervers reconnaît d’emblée cette tonalité froide qui le met sur le qui-vive et déclenche la peur.
Les mots n’ont aucune importance, seule importe la menace.

Offrant des propos sans liens logique, il entretient la coexistence de différents discours contradictoires.
Il peut aussi ne pas terminer ses phrases, laissant des points de suspension qui ouvrent la voie à toutes les interprétations et à tous les malentendus.
Ou bien il envoie des messages obscurs et refuse de les expliciter.

Mentir.

Le mensonge correspond simplement à un besoin d’ignorer ce qui va à l’encontre de son intérêt narcissique.

User du paradoxe – messages contradictoires.

Les messages paradoxaux ne sont pas faciles à repérer.
Leur but est de déstabiliser l’autre en le rendant confus de façon à garder les contrôles, en l’engluant dans des sentiments contradictoires.
On le met en porte à faux et on s’assure de pouvoir lui donner tort.
On l’a dit, la finalité de tout cela est de contrôler les sentiments et les comportements de l’autre et même de faire en sorte qu’il finisse par approuver et se disqualifier lui-même, dans le but de récupérer une position dominante.

Le plus souvent, les partenaires des pervers, pas esprit de conciliation, choisissent d’accepter le sens littéral de tout ce qui est dit, niant les signaux non verbaux contradictoires.

Il n’élève jamais le ton, manifeste seulement une hostilité froide, qu’il nie si on lui en fait la remarque. L’autre s’énerve ou crie. Il est facile alors de se moquer de sa colère et de le tourner en ridicule (soit de retourner la situation en rendant la victime responsable de nuisance…)

Rien n’est jamais concret.

.

Geneviève Schmit

9 Commentaires

  1. J’ai 43ans j’ai vécu avec une personne pendant 23 ans avec beaucoup de coupure , d’une certaine manière c’est vrai que c’est l’horreur presque pas de sujet de conversation la personne parle que de son travail ne s’intéresse à rien d’autre je viens de me séparer j’ai 3 enfants qu’il ne sont pas à ma garde cette personne ne pense jamais à faire de projets vit toujours au jour le jour j’ai remarqué qu’elle mentait très souvent et très difficile pour moi de lui faire regarder la réalité en face de 2012 à 2017 2018 elle m’a trompé une bonne soixantaine de fois cette personne est fille unique j’ai mis toute mon énergie une partie de ma vie tout ça pour rien aujourd’hui je n’ai plus rien je me suis mis en congé parental pour élever nos enfants rare pour un homme de se mettre dans une position de faiblesse je suis vide je touche le RSA ma vie est brisé

  2. Après déjà 10 ans de bataille. .. ce soir c’est difficile
    Je me sens usee par un nouveau coup
    Chaque étape je pense être au bout… Et quand il n’y en a plus… il y en a encore
    C’est usant, inéluctablement usant.
    Je vais devoir vivre ça encore au minimum 7 ans. Quand mon dernier enfant aura 18 ans, peut-être que je pourrai être tranquille
    Peut-être
    Quel gâchis. Une vie de combat.
    Ça prend tellement d’énergie de rester debout, que je n’en ai plus pour construire du bonheur
    Et ma vie passe
    Des fois je pense que c’est injuste.
    J’aurais bien aimé du bonheur au lieu d’une bataille. Ces pensées, ça me tire en bas.

    Quel est le sens, le cadeau caché que la vie me fait à travers cette épreuve ?
    Vu sous cet angle, je pense que c’est ce combat qui m’oblige à devenir plus forte
    Et ça. .. rien que de l’écrire. .. c’est fort. A chaque coup, chaque surprise …. si je reste debout il contribue à me renforcer
    Il se disait « rouleau compresseur » quand j’étais mal au point de vouloir abandonner.
    Je suis devenue de l’eau : souple, deformable… forte pour porter des charges lourdes, inusable

    Merci, enfoiré !

    J’ai écris ce texte comme il est venu
    Ça m’a fait beaucoup de bien de l’écrire
    Je ai hésité à l’effacer.. Et finalement je le laisse au cas où il pourrait aider l’un d’entre vous 🙂

  3. Comment faire quant un manipulateur vous accusé d’instrumentaliser votré enfants afin de détourner l’attention au lieu de prendre ses propres responsabilité de ses bêtises.

  4. je suis en pleine séparation et je suis remplie de doutes!!!!
    il correspond a tous vos critères,mais si il m aimait quand meme? ne pourrait-il pas changer ?
    C est l enfer .
    il me culpabilise constamment ,ma vie est devenu sa vie ,il ne parle que de lui et pourtant je pense que nous nous aimons , avec une petite voix qui me dit de l intérieur :cours,cours très vite et sors le de ta vie ,car une fois qu il n aura plus besoin de toi ,il te jettera .il refuse de s’engager et me manque de respect souvent .

  5. Oui j’ai connu c’est violent, on sent bien qu’on existe pas au moindre conflit.
    On essaie d’expliquer mais la personne n’écoute pas ou fait autre chose en même temps, dans une situation normale ça peut arriver mais avec le pervers ça arrive même quand le sujet de discussion est très grave.
    C’est hyper déstabilisant on devient fou et on s’énerve et après c’est de notre faute…
    L’horreur.

  6. Ces gens devraient être enfermés dans des asiles. Ils sont toxiques et devraient être écartés du reste de la société. De la pure nuisance psychologique à l’état pur!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *